Yoko (bis)

26 août: Michko n’a pas pu rester chez Béatrice, au bout de 3 semaines Maczek l’a attaqué et il a récidivé le sur-lendemain.  Il eut été stupide de pourrir la vie du gentil Yoko -et peut être installer une mésentente générale- en s’acharnant à vouloir ce que Maczek ne voulait pas.

Michko est redevenu Yoko pour sa nouvelle famille, de « vieux » chowistes dont il fait le bonheur.

Et pour aimer les chows on peut aussi ne pas fermer son cœur et sa porte à d’autres races frappées par la cruauté humaine; Yoko nous présente son frère Tarzan. Tarzan, petit york de 3 kg a semble-t-il erré des jours avant de trouver refuge dans le jardin de ceux qui sont désormais leur famille à tous les deux.

29 juin: Plus de 15 jours que  Yoko est dans sa FA et il n’y a pas eu l’ombre d’une mésentente. Béatrice a donc décidé de l’adopter.

Laissons la nous parler ci-dessous de celui qu’elle a baptisé Michko, contraction de Michoko:  « Petit cœur tendre de caramel enrobé de chocolat noir« :

Yoko, rebaptisé Michko

 

 

17 juin :

En vous présentant Yoko, 6 ans, nous vous présentons la crème des chow chows.

L’adjectif « gentil » lui va à merveille.

Confiant, tranquille dans sa prise de contact avec les inconnus.

Placide avec les autres chiens même lorsqu’ils le cherchent un peu, il préfère regagner ses pénates et s’il le pouvait, il refermerait la porte sur lui comme dans un dessin animé.

Totalement indifférent aux chats, que ce soit dedans ou dehors, ainsi qu’aux lapins qui peuvent lui courir dans les pattes sans qu’il s’en émeuve.

Pourtant, si Yoko est parmi nous, c’est qu’il a mordu, deux fois.

Et comme ces personnes étaient des proches de sa maîtresse, malgré tout l’amour qu’elle éprouvait pour son chien, c’est de lui qu’elle a choisi de se séparer. En le donnant sur Leboncoin; parce qu’elle ne connaissait pas notre asso; parce qu’elle espérait aussi que si Yoko ne partait pas trop loin d’elle elle pourrait le revoir…

Heureusement, dès notre prise de contact, elle a décidé de nous confier Yoko.

Prudents, nous avons d’abord demandé à Aurélie, l’adoptante d’Alaska, d’aller évaluer la potentielle dangerosité de Yoko.  Aurélie est presque une spécialiste des chow chows compliqués, son premier chow était un chow ombrageux, ce qui ne l’a pas empêchée de le garder jusqu’au bout, malgré l’arrivée d’un conjoint dans sa vie, malgré la naissance de sa fille…. Et après avoir vu Yoko, après avoir pour ainsi dire pratiqué une visite comportementale, après avoir posé des quantités de questions sur les circonstance des morsures (en rapport avec la nourriture) , après avoir testé Yoko en balade, en lui donnant des friandises, en les reprenant, en les partageant avec le copain staff de Yoko, Aurélie est arrivée à la conclusion que nous pouvions accepter de nous voir confier Yoko sans craindre de rencontrer l’ombre d’un problème.

Selon elle, Yoko n’avait mordu que des personnes qui ne l’appréciaient pas. Qui ne le comprenaient pas. Avec lesquelles il ne se sentait pas bien. Factuellement, Yoko aurait mordu pour des questions de nourriture. Mais le fond du problème n’était pas là.

L’important pour Yoko, et malgré le chagrin qu’éprouvait sa maîtresse, était de se retrouver uniquement avec des amateurs de chows, des personnes avec qui il se sentirait en osmose, d’un simple regard.

De fait, déjà pendant le co-voiturage qui le menait vers le Pays des Langues Bleues, Yoko a fait la conquête de Béatrice. Puis de Sophie. Et puis de Sylvie qui a éprouvé pour le beau et gentil loulou un réel coup de foudre.

Sylvie: « Ce chow est parfait. Sur le recul juste comme il sied, mais il n’a pas l’ombre d’une agressivité. Je l’ai brossé, je lui ai nettoyé  les oreilles, je lui a regardé les dents 3 jours après son arrivée, mais j’aurais pu le faire avant….

Il a rapidement accepté de manger.  Il n’est pas maigre du tout mais j’ai néanmoins forcé sur les gamelles très appétentes pour voir sa réaction: il ne finit pas et s’en va….

Il aime être dedans autant que dehors, souvent il rentre dans sa pièce pour dormir. Aucune agressivité avec les autres chiens, même Louki ne le cherche pas à travers le grillage, et Gaston -qui ne fait jamais ça!-  essaye de le monter lorsqu’ils se baladent dans le parc sans que Yoko réagisse…. Le chat, il l’ignore. Yoko est silencieux, il ne pleure pas lorsqu’il est seul pour la nuit.  Et en plus, mis à part les premières 48 h où il était si indifférent qu’il pouvait sembler sourd, il a énormément de rappel. Je suis sous le charme! »

Alors quel avenir pour Yoko?

Après avoir beaucoup réfléchi à sa rencontre avec lui lors du co-voiturage, Béatrice a décidé de l’accueillir en FA, et plus si affinités.

Ce temps de pause en FA est de toute façon nécessaire pour plusieurs raisons:

  • Réfléchir à la nécessité d’une opération du voile du palais  car Yoko racle beaucoup mais principalement en situation de stress, en voiture avec des inconnus par exemple. Il faut observer s’il est réellement gêné lorsqu’il est au calme et dans sa vie de tous les jours car l’opération du voile du palais est risquée en soi, au delà du risque anesthésique.
  • Evaluer par une radio la gêne causée il y a des années par une luxation de la rotule gauche. Probablement rien d’autre à faire que donner des chondro-protecteurs et suivre des séances de laser ou d’ostéopathie mais nous allons toujours au bout des investigations sur les problèmes  que nous détectons. Nos adoptants doivent savoir et adopter en connaissance de cause.
  • Tester durablement l’entente entre tous les chows car nous savons qu’il faut plusieurs semaines avant d’être à peu près certain que tout se passera bien entre les chiens.

 

Et si tout va bien entre Matchek, Dounek et Yoko, ce dernier restera en Seine Martime, non loin de son ex maîtresse, comme elle l’espérait.

Pour le moment tout va bien.

A suivre!