Pongo (bis)

Oh! Encore un chow chow abandonné pour cause d’agressivité envers un nouveau-né!
Après Chanel et Pacha c’est le troisième cette année, lui s’appelle Pongo;  comme les deux autres, il a 3 ans, il les a même fêtés dans sa famille d’accueil.
Pour plus d’infos sur sa vie d’avant, vous pouvez vous reporter aux  pages des sus-nommés, les histoires sont toujours les mêmes. Inintéressantes.

Il a fallu récupérer Pongo très vite car une fois que la décision de se séparer de lui a été prise par ses futurs ex, il leur était vraiment trop difficile de le garder. Alors, faute de FA expérimentée et pour des raisons de proximité géographique, c’est Koda bis et ses parents qui s’y sont collés.
Nous savions aussi que Koda est un chow accueillant et qu’il n’y avait pas trop de difficultés à envisager avec lui…

Koda et son cousin golden

Et de fait, même si ses humains l’ont bien senti un peu tendu les premiers jours, l’entente a rapidement été cordiale…

… au point qu’ils n’ont pas hésité à mettre les deux loulous à l’arrière de la voiture pour une balade plus lointaine que d’ordinaire:

Pongo lui, comme beaucoup de loulous qui n’ont pas beaucoup d’expérience en dehors de la vie en pavillon et des humains qu’ils connaissent a eu des débuts un peu stressés: première nuit dehors, impossible de le faire rentrer, impossible de lui passer une laisse pour faire la balade…

Deuxième nuit dans le garage, peu d’appétit…

Ce n’est que le troisième jour qu’il a accepté de franchir la porte de l’habitation, mais à partir de là, c’était gagné: Catherine a pu enlever le collier qui serait excessivement le cou, (peut être par crainte que Pongo ne s’échappe dans les débuts de son abandon?)…

Et Pongo a commencé à manger, sans excès toutefois car c’est un petit appétit, et à se rapprocher de Koda…

 

 

Didier a commencé à le prendre en balade, Pongo ne tire pas mais ne semble pas trop bien connaître le but de cette pratique étrange, Koda devra lui expliquer…

Au bout de quelques semaines Pongo se mettra au diapason de Koda et ne sera pas le dernier au portail…

Enfin le jour « J », celui du grand voyage en voiture pour aller trèèèès loin est arrivé; ce sont Catherine et Didier qui l’ont conduit vers la famille qui l’attendait, celle d’une chowiste de plus de 40 ans d’expérience, qui ne conçoit pas de vivre sans chow chow. « Un chow un jour, un chow toujours » n’est ce pas?


Comme toujours, la première séparation, la première coupure dans son expérience de vie ayant été bénéfique à Pongo c’est sans trop d’atermoiements qu’il a pris ses quartiers auprès de la vieille dame.
Très câlin, Pongo lui a redonné le sourire et le goût de vivre après le décès de sa chienne.
Et lui, Pongo, ce qu’il voulait, ce sont les câlins qu’il avait connus dans sa première vie, celle d’avant l ‘Enfant…

Voici un mois que Pongo est installé dans sa nouvelle famille et c’est « comme s’il avait toujours été là« …

 

Il en est des vies de chien comme de celles de beaucoup d’humains: le deuxième mariage, celui de la maturité est plus durable que le mariage de la jeunesse. Pongo a enfin trouvé son âme soeur!