Poupée

2 Octobre 2023

Cette page sera une lettre d’amour à Baileys, puisque tout ce qui se passe avec Poupée, c’est grâce à elle.

Baileys, que j’ai adoptée en 2016, une des premières chiennes que j’ai accueillies pour l’association. Baileys, tout ce que je ne voulais pas comme chien, parce que… vivre avec un chien qui a un passé fait de traumatismes, c’est une gestion dont je ne me sentais pas capable. Et puis c’est elle qui a choisi, et la voir heureuse me rendait heureuse. Baileys était drôle, Baileys avait de l’humour, Baileys était aussi mal aimable et dangereuse. A l’asso, on savait tous qu’il ne fallait pas y mettre les doigts ou les pieds, on savait tous que face à un nouveau chien elle allait commencer par grogner, et qu’elle ferait ensuite sa meilleure danse du ventre pour jouer. On savait tous qu’elle avait une peur panique des bâtons, qu’elle n’aimait pas les chiennes non stérilisées ni les chows noirs. Baileys était attendrissante, quand elle montait sur le lit ou sur le canapé et qu’on sentait qu’elle était en paix. Une paix qu’elle méritait plus que tout autre après sa première vie lamentable.


Et Baileys est partie. Hier. Enfin à force de dire hier, c’est devenu la semaine dernière, puis le mois dernier. Puis ça a fait 6 mois, et maintenant bientôt 8. 8 mois, ce n’est pas le temps qu’il m’a fallu pour « faire mon deuil ». La maison n’a jamais désempli de chows, parce que le rythme des abandons ne faiblit jamais. A chacun, j’ai donné l’amour dont il avait besoin. Et avec chacun, je ressentais le manque de ma précieuse auxiliaire, Baileys. Baileys qui aurait pu les aider à se détendre, Baileys qui aurait pu leur montrer à quoi servent les machins en peluche dans la caisse à jouets.

je vais rester là, un peu loin, pour être sûre

Parce que ce n’est pas que moi qui suis famille d’accueil, Baileys était aussi chienne d’accueil, avec ses défauts, mais surtout avec sa joie de vivre qu’elle savait communiquer aux petits abandonnés.

ou un peu plus près, pas loin de Lulu

J’ai espéré qu’avec une de mes petites en accueil, le lien serait aussi évident qu’il était entre Baileys et moi. Et je me suis souvenue que ça n’existait pas, cette évidence, ce prétendu coup de foudre. Je n’avais pas eu le coup de foudre pour Baileys quand elle est arrivée à la maison. Elle puait, elle était crade, elle avait des puces et les dents dehors prêtes à croquer. Ce jour-là, j’étais surtout sûre de ne jamais l’aimer. Notre relation s’est construite sur le temps.
Plusieurs petites que j’ai accueillies ont conquis un bout de mon cœur en arrivant, je me disais « tiens et pourquoi pas celle-ci? c’est peut-être elle la parfaite chienne d’accueil? » et rapidement, le désenchantement, pas le bon comportement avec les chats, ou avec les congénères.

oui là c’est vraiment près, mais tu es gentille!

Et Poupée est arrivée, tondue, puante, tremblante de peur dès que je m’approchais d’elle.

Une chienne qui n’avait connu que le box dans sa 1ère vie. Je n’aurais pas parié un centime sur elle. Et finalement, elle s’est détendue avec les humains, même les petits enfants elle les aime, les chats aucun problème, mais surtout… Elle respecte ses congénères, mâles comme femelles. Elle n’insiste pas lourdement pour jouer, elle ne leur grogne pas dessus quand ils s’approchent. Et bien sûr, elle a intégré la règle n°1  de la maison, une règle écrite par Baileys: le canapé, c’est le meilleur dodo de la maison.

la règle n°2, c’est que je suis copilote

Evidement, Poupée a encore beaucoup de boulot pour devenir une chienne de famille.

Découvrir la ville, ses bruits, ne pas paniquer en présence d’humains inconnus. Mais les progrès se font petit à petit :  elle a appris la gourmandise, à sauter sur le canapé, à dormir en voiture, à revenir quand on l’appelle. Ce n’est rien, mais c’est tellement énorme en 1 mois de temps.

Bientôt, c’est elle qui apprendra aux autres tout ce qu’elle sait. J’espère juste qu’elle et ses copains de passage laisseront une petite place dans le canapé, et que Poupée ne se vantera pas trop fort d’avoir fait de moi son esclave dévouée.

tais-toi, esclave, et remplis les gamelles en silence

Poupée a été confiée aux mains expertes du Dr Hersan pour sa stérilisation et son opération des entropions.

Elle est maintenant prête à vivre sa plus belle vie.

Un avant après de son opération des entropions.

Baileys, je te remercie d’avoir été ma chienne de rêve, et d’avoir mis Poupée sur ma route. Ma vision des chiens a changé avec toi, et mon amour pour les chows a grandi. Avant je n’aimais que le mien, maintenant je les aime tous.

Poupée, je te promets de te rendre aussi heureuse que Baileys l’a été avec moi. Parce que te voir heureuse me rend heureuse aussi, et quand je te vois ronfler dans le canapé, je me dis que c’est un bon début. Le reste viendra avec le temps. Nous sommes une équipe.