Marley

18 octobre: « Voilà les photos de Marley bébé que nous ont gentiment envoyé ses ex-parents.

Il va très bien, il est très proche de mon mari et moi, dès qu’on s’absente, il va dormir dans nôtre chambre et nous attend.
Il est resté un peu seul dans la maison, il n’a rien fait.

Ça c’est bien passé avec mon petit fils. S’il s’approchait trop il l’évitait.
Pas d’agressivité. Ma fille et mon gendre l’ont adoré.
Il est la coqueluche de tout le monde, il est tellement gentil.

Il adore les longues ballades.
Il mange très bien et est gourmand.


Nous l’avons emmené chez véto samedi car mon mari trouvait son œil droit rouge, il a une conjonctivite. Et il faut surveiller qu’il n’est pas la glande de Harder qui sort, comme il s’est fait opérer l’ œil gauche.
Il a bien grossi, 39,4kg, il profite et n’est plus stressé.

Il a compris que c’était chez lui car maintenant il aboie s’il ne connaît pas les personnes. Il reste toujours méfiant. Il reste un peu plus dehors, il prend confiance.

Demain il aura trois ans. »

 

Marley n’a pas encore 3 ans, il les aura en octobre, et, est-ce l’arrivée d’un bébé? est-ce le déménagement? en tous cas il ne se plaît plus du tout chez ses humains.
Comment l’exprime-t-il? par des destructions lorsqu’il est dedans et par des fugues lorsqu’il est dehors.
Lui, un chien jusqu’alors si calme! Un chien qui passait ses journées à dormir tranquillement allongé contre le canapé! Sa famille n’en revient pas et est sincèrement attristée de ce comportement qu’elle  ne comprend pas.

Tentative pour calmer l’esprit frondeur de Marley par la castration. Mais pas assez de recul, elle a eu lieu fin août.
Tentative pour laisser Marley dans la propriété de famille.
Mais Marley fugue dès que la famille s’en va et sur plusieurs hectares il est difficile de colmater toutes les failles d’une clôture. Il s’est mis en danger plusieurs fois.

Hum…j’pourrais peut être passer par là…..

Alors le 3 septembre, après un contact téléphonique, nous recevons le contrat de cession.

Ah! bon?
  • Ben oui Marley! Tu ne crois tout de même pas que tu vas pouvoir battre la campagne toute ta vie, au risque de te faire accidenter, tuer, ou finir attaché à une niche dans l’espoir que tu pourras saillir une quelconque chienne dont on vendra les chiots sur LBC?
  • Mouais…..j’avais pas vu les choses sous cet angle….Et alors, j’vais où?

Alors, grâce aux nombreuses demandes d’adoption que nous recevons et grâce aux personnes qui s’impliquent à tous niveaux, co-voiturages, famille d’accueil, une solution est rapidement mise en place pour soustraire Marley aux dangers d’une vie aventureuse et le rapprocher de ses nouveaux humains.

Ce sont Dominique et Gervais qui vont faire quitter la Normandie au beau loulou;  Direction Chartres où une nouvelle mission les attends (à suivre dans un futur épisode)…. Pour l’instant ils vont y retrouver Sybille, son mari et sa fille qui ont quitté l’Aveyron au petit matin pour rencontrer celui qui va faire leur bonheur quotidien: MARLEY!

Oui, moi!

La famille vient de perdre son jeune chow de 18 mois et sombre dans la déprime, surtout monsieur qui est en retraite et qui vivait en permanence avec lui.

En permanence avec un deux pattes? sans bébé qui braille dans les oreilles? Mais c’est un bon plan ça!!!

C’est aussi ce que nous avons pensé et le 12 septembre Marley continuait son voyage avec sa nouvelle famille, tranquille comme il a toujours été.

Sybile: « Au bout d’un moment, il s’est couché presque sur ma fille. Et lorsque nous l’avons sort pour se dégourdir les pattes, il s’est comporté avec nous comme si nous nous étions toujours connu.

Depuis, notre Marley se porte bien, il dort encore beaucoup, on pense qu’il décompresse.

C’est un chien très calme, nous n’avons pas encore entendu sa voix.
Quand il veut quelque chose, il pleure. Il est rigolo.
Il vient nous voir à table et a bien compris …
Il connaît « assis » et « la patte ». Je lui ai demandé au hasard….
Avec nous, il est encore un peu distant, répond quand il veut, mais c’est un chow.
Il me suit pour la gamelle, je peux lui faire des bisous sur sa tête, il ne bouge pas.
Je pense qu’il lui faut du temps pour donner sa confiance, on ne le brusque pas.
Il reste tout le temps en haut avec nous.
C’est déjà la mascotte dans nôtre rue.
Voilà nôtre Marley, que je surnomme mon P’tit Père. »
Finalement, les balades en laisse, c’est bien aussi!