Nikita

20 octobre 2020

Petite Nikita.
Ce jour de 2017 où tu as quitté ton éleveuse pour rejoindre ta famille, tout le monde devait afficher un grand sourire. Un rêve de petite fille se réalisait pour ton acquéreuse, qui a surement fait la promesse de t’aimer pour toujours.

Quelle hypocrisie.

Chez les cas sociaux, « réaliser un rêve de petite fille », c’est l’équivalent de faire un caprice, comme Nikita l’a découvert très vite, car son carrosse s’est rapidement transformé en citrouille. Un 2ème enfant est arrivé dans la famille, puis un 3ème. Et comme les cabots, ça ne rapporte pas d’allocs et ça salope l’appart, ouste, dehors Nikita, fais ta valise!

Et un beau jour de l’été 2020, Nikita est cédée via les réseaux sociaux à une personne dont ses ex propriétaires ne connaissent que le pseudo FB.  TOUT VA BIEN!

Personne ne vous avait obligés à acheter un chiot, ni à faire d’enfants, et si vous étiez déjà à la limite de vos capacités d’organisation avec 2 enfants, pourquoi en faire un 3ème? Vivement l’arrivée de n°4. Et bonne chance à toi, n°1!

Arrivée chez sa nouvelle propriétaire, Nikita essaye de mordre l’enfant de la maison. La nouvelle propriétaire, aussi abrutie que les premiers, dégage promptement Nikita chez « un ami éleveur ».

Autant d’intelligence et d’humanité concentrées dans les gens que croisent Nikita, c’est presque une malédiction.

Et mi-août, dans la campagne tourangelle, un chow errant est repéré. Ce chow est hyper craintif, très mal entretenu… et c’est Nikita. Il faudra 2 mois pour arriver à la capturer.

2 mois d’errance et Dieu seul sait ce que la vie de Nikita a été avant car:

  • Nikita souffre d’un entropion pas soigné, et sa vue est grandement altérée
  • Nikita est EXTREMEMENT craintive des humains et des contacts avec eux, et pour nous, ses comportements témoignent sans aucun doute possible de l’absence de bienveillance avec laquelle elle a été traitée.

Toujours est-il que mi Octobre, quelques jeunes femmes de la zone où erre Nikita, et qui depuis des semaines la nourrissaient, l’abreuvaient et essayaient de la capturer, arrivent enfin à la mettre en sécurité. La sécurité, pour un chien errant, ça veut dire la fourrière, qui est compétente pour chercher et prévenir les propriétaires, si toutefois l’animal est pucé.

Et pucée, Nikita l’est. Son éleveuse appelle les acquéreurs, qui ne sont absolument pas à la recherche de la chienne, puisqu’ils l’ont vendue ou donnée, ils ne se rappellent plus trop, mais ce qui est sûr, c’est que l’éleveuse les emmerde bien à les appeler pour leur parler d’un cabot qui n’est plus à eux et ils lui raccrochent au nez.
Comment ont-ils pu vivre pendant 3 ans auprès d’une chienne et manifester aussi peu d’intérêt pour son devenir?
Comment ont-ils rendu cette petite aussi craintive?

Dans son box de la fourrière, Nikita s’enfonce, amorphe, et nous demandons son transfert chez un vétérinaire. L’asso payera disons nous, on ne va pas laisser crever cette petite parce qu’elle a été vendue à des salopards il y a 3 ans, on ne va pas attendre le délai de 8 jours pour la soigner.

Nikita à Azay le Rideau

Fiévreuse, cachectique, Nikita lutte contre une énorme infection, et son corps est affaibli par l’errance et la dénutrition. Le véto lui injecte des antibios, essaye de la faire manger, mais Nikita ne mange pas, sauf à la seringue. Le véto considère qu’il est d’une urgence vitale que la chienne se nourrisse et la fourrière accepte de nous la confier, dans une de nos familles d’accueil, le temps du délai légal de garde.

Nikita arrive à Chartres, chez Sophie, tenant à peine sur ses pattes. Mais, dès le 1er soir, elle mange. Le lendemain aussi, un petit peu. Pourtant, Sophie voit bien que ça ne va pas mieux, direction à nouveau le véto.

Nikita est au bout de ses forces, toujours fiévreuse, elle se laissera manipuler sans réagir pour l’échographie, les prises de sang. Les résultats sont catastrophiques, les globules rouges, qui étaient déjà très bas le week-end précédent, ont encore chuté, l’infection est toujours présente. L’hypothèse du pyomètre est écartée, il s’agirait d’une énorme cystite qui dégénère. La véto préconise une hospitalisation, Nikita risque de décompenser à tout instant, et une transfusion est envisagée.
Le pronostic vital de Nikita est à ce moment réservé.

Sophie repart en pleurant de la clinique, les sauveuses de Nikita pleurent aussi, elles qui ne connaissent Nikita que depuis quelques heures ou quelques semaines, elles aiment déjà Nikita.

24H de perfusion, un changement d’antibios, la fièvre descend un peu. Nikita ressort de la clinique sur ses 4 pattes et retourne chez Sophie, l’objectif est toujours de la faire manger.

Nikita mange, et 48h plus tard, les analyses de sang montrent enfin une amélioration, les globules rouges ont augmenté, même s’ils restent extrêmement bas, et la fièvre est tombée.
Nikita va vivre!

Nikita aux Sablons 1

Nikita aux Sablons 2

Nikita aux Sablons 3

Evidement, les propriétaires de Nikita n’ont pas réagi suite à l’envoi du courrier par la fourrière. Elle est donc maintenant officiellement transférée à Chôc.

L’histoire de Nikita nous confirme une fois de plus qu’il ne faut jamais céder son chien via les réseaux sociaux ou les sites d’annonces gratuites. Nous ne savons pas sur quel ton le chanter pour que le message passe. Vous ne voulez plus de votre animal? Vous ne pouvez plus le garder parce que votre vie a changé? Cédez-le à une association, à la SPA, il n’y a pas de honte à ça. La honte, c’est la maltraitance, et la négligence. Nikita a failli en mourir.

Elle nous démontre aussi, que s’il y a des gens qui sont totalement dépourvus de conscience, et dont l’intelligence frôle le niveau des globules rouges de Nikita, d’autres sont prêts à tout pour sauver un animal. Merci à Edwige, Gwen et Marjorie d’avoir veillé sur Nikita quand elle était errante, à Adeline, Anne, Cécile, Gawen, Ma, Monika, Marie-Noëlle, Sébastien d’avoir proposé d’amener vos chiens pour transfuser Nikita. C’est vous qui nous donnez de la force chaque jour.

Grâce à vous, grâce à chacun des bénévoles de l’asso, ceux qui donnent, ceux qui covoiturent, ceux qui accueillent, ceux qui adoptent, nous allons pouvoir assurer un avenir à Nikita, loin du fossé où ses ex l’avaient condamnée à crever. Chôc! a déjà dépensé 850 e pour sauver Nikita d’une mort certaine.
Quand elle aura repris du poids, elle sera stérilisée, opérée de son entropion et adoptable…  Laissons-lui d’abord le temps de récupérer physiquement et moralement.