Hatchi (3)

19 juillet:

« Des nouvelles de Hatchi.
J’ai été ce matin chez le véto, Hatchi pèse maintenant 22 kg tout juste, très bien il a pris 2 kg
Il mange quand il veut et n’est pas gourmand du tout.
Il a reçu son rappel de vaccin, il est donc en ordre.
Pour son souci d’oreille, il avait une otite comme je le craignais, le véto a nettoyé ses oreilles, 5 cotons tige ont été nécessaires par oreille, les deux étaient infectées.
Il a reçu un médicament et maintenant il se porte comme un charme.
Le véto a dit qu’il avait de belles dents, il connaît déjà son nonos pour les dents tous les matins ha!ha!ha!ha!ha!ha!
En tout cas, pour un chien qui n’aboyait pas…….ici il se rattrape ha!ha!ha!ha!ha!ha!ha!
Il est d’une extrême gentillesse. 
Je pense que depuis vendredi il m’a adopté car il faut voir le matin quand je me lève…il tourne autour des tables, fait aller sa queue et maintenant il fait le potager avec moi hi!hi!hi!hi!hi!hi!
J’ai même pu le brosser pendant quasi 30 min sans rouspétances de sa part …. tous ses noeuds sont partis.
Je vais le promener tous les jours et ça ..il connaît déjà bien son harnais.
Avec Osiris…ça se passe bien, elle a montré 2-3 fois que c’était la chef mais maintenant elle cherche à jouer avec lui.
IL est ADORABLE ce chien …..encore merci de me l’avoir proposé.
Armand

Juillet 2022

Hatchi, 4 ans en fin d’année.
Triste histoire, peut être plus pour sa maîtresse que pour Hatchi car lui a été un chow très aimé, vacciné, castré, soigné tant que sa maman a pu assumer.
Hatchi vivait même avec une copine, une malinoise de plus ou moins le même âge. Stérilisée elle aussi. Aucune idée de reproduction derrière l’acquisition de ces deux chiens, c’est assez rare pour être souligné.
Et puis les difficultés de la vie…

La jeune femme a confié sa malinoise à une association spécialisée.
Et elle nous a confié Hatchi.
Nous l’avons vu se promener une dernière fois avec son papy, tout confiant….
Et puis lorsque Hatchi a compris que le retour à la maison ne se faisait pas comme de coutume, que l’inconnue accroupie et qui ébauchait des caresses semblait beaucoup trop s’interesser à lui, son regard a chaviré, une terreur immense a dilaté ses pupilles, tout son corps s’est tendu en arrière pour éviter de monter dans le coffre où son papy l’installait.
Sa maman retenait ses larmes.
Nous sommes partis très vite.


Contre toute attente le long voyage fut tranquille: Hatchi est sage en voiture.
Arrivée de nuit au Pays des Langues Bleues.
C’est Charly qui a eu pour mission d’apaiser les craintes du pauvre loulou en lui faisant visiter ses appatements, interieur, extérieur:
– « Regarde les croquettes sont là, il y en a toujours à disposition, et puis de l’eau bien fraîche aussi… et puis maman elle laisse la porte ouverte, si tu veux dormir dehors, t’as le droit, pis si tu veux dormir dedans t’as le droit aussi et de quoi te coucher, sauf si tu préfères le carrelage, comme moi, car il fait un peu chaud…. De toute façon t’inquiète pas, je reste avec toi.  »

Rassurant: malgré le voyage, malgré la nouveauté, malgré son trouble, Hatchi a dévoré ses croquettes, faut dire qu’il n’était pas épais. Plein de noeuds aussi, particulièrement derrière les oreilles. Une otite?
Les soucis font que parfois le chien passe après les tracas quotidiens, ce n’est pas une critique mais la réalité, et lorsqu’on aime vraiment son chien on pense à lui, à son bien être, et on choisit de ne pas lui faire vivre la galère. Choix généreux que de dépasser sa tristesse pour offrir un avenir meilleur à son chien..

Les jours qui ont suivi ont été en demi teinte pour Hatchi: très à l’aise avec Charly qui a tenu son rôle d’hôtesse à la perfection, manifestement heureux d’être dehors, bon appétit, des siestes détendues, couché sur le flanc… par contre plus que méfiant à l’approche de l’humain, refusant les friandises, ce qui est classique, mais allant jusqu’à se faire dessus de trouille et ça c’était du jamais vu au Pays des Langues Bleues….

Nous avons décidé de fiche la paix à Hatchi, n’intervenant que pour recharger les gamelles en croquettes et en eau, ajoutant une Vache qui Rit sur les croquettes juste pour en donner le goût, pour pouvoir  progresser ensuite avec la Vache qui Rit attrappée du bout des dents, puis la Vache qui Rit dont la langue bleue essuie les traces dans les doigts, puis la Vache qui Rit qu’on accourt chercher au froissement du papier.
Il aura fallu 10-12 jours pour en arriver là, classique, progression normale pour un chien qui n’avait jamais quitté sa maîtresse auparavant.

Quelques indices nous ayant laissé supposer qu’Hatchi était sociable avec ses congénères mâles, durant les semaines qui ont suivi ce fut la fête au Pays des Langues Bleues: tous les chows (saus Louki la Terreur) restaient ensembles, jeux, siestes, exploration, découverte des poules, aboiements après le chat; même Lowen s’est décontracté, suivant la troupe dans le vaste terrain (et même dedans, à son plus grand étonnement!!!). L’éducation en groupe est très positive, lorsque tout le monde s’entend.

Mais le but du Chowpôle n’est pas de garder tous les chows, aussi agréables soient-ils. C’est même tout le contraire, les plus sociables doivent trouver un foyer à eux, restent « les cas ».
Alors il a fallu se séparer.

Pour Hatchi nous souhaitions un pavillon avec du terrain et une copine ou un copain pour se tenir mutuellement compagnie.
Pas de chats, Hatchi ne les apprécie pas. Jusqu’à quel point? test non fait.
C’est en Belgique que nous avons trouvé la famille idéale d’Hatchi. Armand et son épouse sont retraités, ils ont toujours eu des chows. Leur garçon, Kazan, est décédé fin 21, laissant seule sa copine Osiris, qui déprime un peu. La vie à deux, c’est mieux.

C’est encore au cours d’une promenade qu’Hatchi a changé de famille. Une fois encore son regard a chaviré devant cet homme qui voulait le caresser. Un fois encore les larmes ont été refoulées. Donner une belle vie à nos protégés, souvent arrivés tout tremblants, comme Hatchi, passe par beaucoup d’émotions, qu’on maîtrise, pour les chiens qui ressentent l’inquiétude et pour les adoptants qui sont tout à leur bonheur et dont il ne faut pas ternir la joie.

 

Mais comme nous sélectionnons les adoptants avec beaucoup de soin, si l’émotion est toujours au rendez-vous, il n’y a jamais d’inquiétude.  Et les nouvelles arrivent vite, comme pour Hatchi où la vidéo de son arrivée à bon port a trouvé Sylvie encore dans les embouteillages de Rouen. Super! ça donne le sourire, ça fait voir la vie en rose, ça motive pour continuer.

Puis Hatchi et Osiris, comme Hatchi et Charly quelques semaines auparavant.  Et la deuxième fois est toujours plus simple pour les chiens, comme pour tout le monde.

Cette fois Hatchi a moins peur, il se laisse approcher par sa nouvelle maman.

Et avec la petite-fille du couple, l’entente est topissime! Hatchi est heureux!

Plus compliqué avec papa, Hatchi semble avoir peur des hommes;  apparemment pas de mauvaises expériences mais il n’en a pas connu beaucoup nous dit son ex, toujours présente pour accompagner l’adaptation de son petit Hatchi.

Et de fait, ça passe au fil des jours nous écrit Armand: « Hatchi va de mieux en mieux ….il se rapproche de moi à grandes pattes hi!hi!hi!
Il a commencé à jouer avec une peluche, faire des tours sur lui-même et quand je l’appelle il vient directement.
Il m’a fait la première « lechouille » hier …. suis super content.
Osiris avait l’habitude de lécher l’intérieur des oreilles de Kazan.. elle lui a fait et rien …..il s’est laisser faire sans problèmes.
Il remue la queue quand il me voit, de temps en temps il s’éloigne mais cela devient rare.
En tout cas, je peux vous dire que Monsieur Hatchi aboie ha!ha!ha!ha!ha!ha!…mais c’est bien il garde la maison qu’il connaît déjà, quand je rentre de promenade il bifurque tout seul.
Il est super gentil et mange très bien, à ce rythme il va vite prendre ses kilos de retard.
Dès que j’ai son carnet je prends RDV chez le vétérinaire pour le rappel. »
Eh! oui,  le carnet de santé est resté dans le sac à main, confier un chien à sa famille pour la vie, adopter un chien pour la vie, c’est beaucoup, beaucoup d’émotions qui font qu’on perd un peu ses moyens…