Hilaski, rebaptisé Chamalow

25 août: une longue lettre de la famille de Chamalow, des photos et une vidéo (il y en avait deux, mais l’une fait 225 Mo, WordPress a pas voulu 🙁 ) !
« Chamalow en Italie, à la mer.
Nous avons l’impression de le connaître encore un peu plus en profondeur, de nous y être aussi attachés encore plus, l’amour et la tendresse que nous lui portons grandit un peu plus de jour en jour… Le câlin du matin est mon moment préféré de la journée, et à chaque fois qu’il me regarde avec ses grands yeux noirs, je fonds.
Nous sommes partis en voiture, un très long voyage que Chamalow a extrêmement bien supporté (évidemment, climatisation, pause obligatoire toutes les 2 heures pour boire, se dégourdir les pattes, et être brumisé à volonté.)  Il adore la voiture et en voyage c’est littéralement un amour, il adore regarder par la fenêtre ce qui se passe et quand il en a marre il s’allonge et c’est comme s’il n’était plus là. Il a même finir par s’endormir quelques fois !
Nous logions dans une maison au frais dans les hauteurs du bord de mer, et ces deux semaines nous ont appris beaucoup sur lui :
– Chamalow est un excellent chien de garde, gare à celui qui tentera d’entrer dans tout nouveau lieu où nous nous trouvons (même lors d’une simple soirée avec lui chez des amis) Il guette les ennemis à tous les angles des terrasses, et est à l’affut du moindre bruit.
Peut-être pour la même raison, c’est aussi un adorable pot-de-colle qui, je crois, se colle à celui qu’il pense le plus vulnérable (si je fais la sieste, il reste au pied du lit et personne ne pourra l’en décoller ; si l’un de nous se douche, il monte la garde devant la porte, on ne sait jamais ce qui pourrait nous arriver.)
Il est extrêmement attaché à nous et a une peur panique de l’abandon ; nous l’avons un jour laissé à des parents l’espace d’une journée, il a eu le malheur de nous voir partir en voiture et a passé la journée à grogner et à ne pas se laisser approcher. Il est très méfiant avec les inconnus au début et c’est étrange car il s’était tout de suite laissé approcher avec nous lors de notre première rencontre. Lors des dîners de famille, il adore se mettre sous la table, au plus proche de tous, à l’abri : c’est un chien qui aime les endroits cosy 😊
– Chamalow est aussi un excellent chien de chasse, le problème c’est qu’il ne s’attaque pas qu’aux mouches… il nous a donné de nombreuses fois des sueurs froides en s’attaquant à des frelons presque plus gros que lui…
– Sa relation avec les autres chiens est très ambivalente, il peut tolérer un chiot qui lui saute dessus pendant des heures, ou bien essayer de croquer un chien qui ne lui a rien fait (une chienne y a laissé une touffe de poils…) ; globalement le problème se pose surtout quand le dit-chien entre dans ce que Chamalow pense être “son” territoire… on reste donc très vigilant.
– Chamalow est réellement un chien d’appartement, il disposait ici d’un énorme jardin dont il aurait pu profiter à sa guise, mais non. Même pour faire ses besoins, il fallait l’emmener avec la laisse (!!!) car il n’y allait pas du tout spontanément. Même dans les parcs, on avait déjà remarqué qu’il marche presque tout le temps sur les sentiers et non sur l’herbe.
– Chamalow a beaucoup progressé au niveau de sa peur des bruits. Deux feux d’artifices auxquels il n’a pas du tout réagi nous l’ont prouvé.
Enfin, Chamalow a pu découvrir la mer, encore une fois des moments plein d’émotions où nous portions sur lui un regard plein de tendresse, comme j’imagine on regarde un bébé faire ses premiers pas :
– Dès le premier essai, après quelques minutes d’hésitation, Chamalow s’est glissé spontanément dans l’eau jusqu’au bas du ventre, malheureusement il s’est pris une vague qui l’a un peu refroidi… et il n’a plus voulu y rentrer. Mais il s’est tout de même assis au bord de l’eau et avait l’air tranquille.
-Le deuxième essai était plus concluant, l’entrée dans l’eau était plus rapide, il est allé plus loin (mais toujours là où il avait pied), y est resté beaucoup plus longtemps et a gardé tout du long la queue bien sur le dos, tout tranquille 😊. Il a même jeté ses pattes avant dans l’eau, comme pour jouer ! C’était adorable 😊
Nous poursuivrons nos essais quand nous serons sur Montpellier, mais nous avons bon espoir que la mer soit quelque chose qu’il apprécie ! »
31 juillet: une vidéo de Chamalow
« la petite victoire du jour, trois quarts de la balade en liberté, un vrai plaisir ! « 
20 juillet:  « Nous avons  réessayé le harnais, la balade ne s’est pas moins bien passée qu’à l’habitude; peut-être même mieux. L’occasion de se rendre compte une fois de plus du chemin parcouru:
– une après-midi dans la campagne en altitude nous a permis de tester une nouveauté : je n’y aurais jamais cru, mais Chamalow s’est mis d’abord à boire dans un petit ruisseau, puis y a glissé les 4 pattes timidement, puis s’est mis à patauger joyeusement et taper dans l’eau avec ses pattes. C’était si attendrissant et je me mords mille fois les doigts de ne pas avoir eu de portable à disposition pour immortaliser ce moment. 
Je réfléchis.
Ça a été aussi l’occasion d’essayer de le laisser quelques minutes en liberté dans un endroit calme. Il ne fuit pas mais ne nous écoute pas pour autant. Un chow chow pur et dur, en somme.
Je réfléchis ENCORE!
-enfin cette photo dans les escaliers chez mes parents, qui fait partie de mes préférées : papa en haut, maman en bas, et Chamalow en plein dilemme, complètement bloqué, qui ne sait plus quoi faire ! « 
….et j’sais pas quelle décision prendre….
17 juillet:« Voici quelques photos de la visite de Chamalow chez nous :-). Depuis Janvier, il a fait beaucoup de progrès en promenade c’est réjouissant. « 
« Oui, c’est moi au centre, debout, les autres sont couchés… »
Mouais, je bave un peu…
Mais ch’uis beau non?
29 juin: « Un petit message pour vous donner des nouvelles de notre petit loup.
Chamalow ne boîte plus du tout depuis déjà un petit moment. On espère que ce soit définitif. Les croûtes de la pyodermite sont tombées il y a déjà longtemps donc l’infection est loin derrière nous (en revanche les poils ne veulent pas repousser sur cette zone, je ne sais pas si c’est définitif…)
Il est en pleine forme, toujours plus adorable à nous faire la fête au retour du travail, avant les balades, voire même au réveil parfois. Les balades sont toujours plus agréables, en particulier quand nous les faisons à trois.
Il ne souffre même pas de la chaleur, étonnamment ! »
à suivre, un petit pêle-mêle de photos qui traduit  bien l’état de quiétude dans lequel se trouve Chamalow

le test du miroir, bof, en fait moi ça m’hypnotise, ça m’endort

11 Mai:  Même un succès, une TPLO n’est pas une opération bénigne et le chien, tout comme l’humain, a besoin d’une longue période de convalescence et de rééducation:  « Chamalow a fait une pyodermite du fait de la tonte (à distance de la cicatrice qui elle est très belle) donc il est sous antibiotiques pour 10 jours ;

Il s’est aussi remis à boiter après l’arrêt des anti-inflammatoires, probablement parce qu’il a reposé la patte très vite, le véto a dit que c’est très fréquent et bénin mais qu’il faut reprendre les antalgiques pour 1 mois (à plus petites doses) car ça peut mettre longtemps à passer.

Par ailleurs  il est très dynamique, câlin et toujours gourmand.

On ménage encore les balades le temps que ces désagréments passent. »

27 avril: Chamalow est en convalescence chez papy-mamie qui possèdent une maison avec terrain, plus pratique que l’appartement pour un chow chow qui vient de se faire opérer des ligaments croisés.

Trois semaines après on peut dire que la TPLO a été un succès! Chamalow ne boite presque pas et n’a jamais montré de signe de douleur. La patte n’a pas gonflée et il a même bien supporté sa collerette.

Il faut dire qu’il a eu d’excellentes infirmières et une très bonne garde malade…

C’est même le grand amour!

Voilà une opération bien stressante pour ses parents à conjuguer au passé, les points vont être enlevés et ils vont pouvoir très vite retrouver un Chamalow vif et dynamique pour profiter des balades d’été.

 

26 mars: Certaines personnes ne « parleront » jamais chow, qu’elles achètent un chiot parce « ils sont si mignons avec leurs têtes de nounours » ou qu’elles adoptent un adulte.

Ces gens là sont bourrés de leurs certitudes: « Ben quoi, vous en faites tout un plat de vos chows mais ce sont avant tout des chiens« ….  Non, choisir de vivre avec un chow, c’est choisir de laisser de côté toutes les idées reçues sur les chiens, se remettre en question et apprendre un autre code comportemental. Ce fut la démarche de Caroline et Marco:

« C’est vrai que nous avons la « chance » que Chamalow nous fasse confiance. C’est si touchant de le savoir attaché à nous autant que nous à lui. Ça se voit jusque dans la façon qu’il a d’accepter qu’on lui nettoie les yeux sans broncher alors qu’il n’aime pas du tout ça. Ça se voit dans la façon qu’il a de nous suivre partout dans l’appartement même s’il est en plein somme. Ça se voit dans son extrême progrès dehors où nous sommes désormais capables de faire des balades quasi normales en plein centre ville. Pourtant ça reste un chow chow, il n’accourt pas souvent de lui-même pour demander des caresses mais remuera par contre tout le temps la queue à chaque fois qu’on s’approchera pour lui en donner. Je me souviens que c’était la chose qui me faisait le plus peur avant de le rencontrer : qu’il ne nous aime pas, qu’il ne nous choisisse pas. Parce qu’on aurait bien pu faire tous les efforts du monde ça n’aurait rien pu changer. En fait, je pense que ça aurait été pire que tout ce par quoi on a pu passé. Il est heureux avec nous et c’est une sensation tellement extraordinaire ».

 

17 février 2017:  » Des petites photos de Chamalow en espérant qu’elles vous fassent sourire autant que nous, avec en bonus ses fonds de yaourts préférés : les Mamie Nova !

La patience semble peu à peu porter ses fruits lors des balades, on est sur la bonne voie. Et s’il n’a jamais daigné jouer avec sa balle aujourd’hui on a découvert qu’il adore jouer avec… les boules de papiers froissées ! A suivre! « 

 

Jolie histoire que celle de la rencontre entre Hilaski et ses adoptants, Caroline et Marco….

Tout a commencé en octobre 2016, une prise de contact FB, un chow chow de 4 ans à donner, vite.

Il est décrit comme gentil avec les humains, adultes et enfants, propre évidemment;  pour le reste les propriétaires ne savent pas nous dire grand chose.

Les causes de l’abandon? un déménagement pour une maison où le terrain est moins grand que celui dont Hilaski a l’habitude. C’est vrai qu’il ne faudrait pas traumatiser encore ce pauvre loulou….

Car des traumatismes, Hilaski en a eu au moins un autre, lorsque ses premiers humains l’ont cédé via un journal d’annonce gratuite et qu’ils ont tendu sa laisse à d’autres humains, sur le parking d’un supermarché, en lui souhaitant bon vent.

Ces humains là  lui ont offert un terrain et une petite fille qui venait parfois le voir, peut être même jouer avec lui, entre deux activités de petite fille, l’école et les copines. Au moins au début.

Puis la petite fille s’est lassée.  Un « couché Hilaski » qui se voulait autoritaire a été son câlin d’adieu pour celui qui aurait dû être son meilleur copain; sa maman a déposé un Hilaski plein d’interrogations dans le coffre de la Twinchow et ce sont Sylvie et sa mère qui ont éprouvé de la compassion pour ce pauvre chien déboussolé, mais sage comme une image pieuse.

 

18 novembre: Première nuit en Auvergne. Premières constatations:

  • Hilaski parcours la balade nocturne à toute vitesse après s’être longuement soulagé, point de reniflage. Il n’a donc jamais été promené, ne sait pas ce que c’est que « marquer ».
  • Hilaski adore être brossé, il va être très beau après quelques soins.
  • Hilaski ne dédaigne pas les croquettes, c’est bon signe.
  • Hilaski n’est pas aboyeur,  Caroline et Marco vont être soulagés.

En effet, nous destinons Hilaski à des jeunes gens qui vivent en appartement, car nous sommes persuadés que ce n’est pas la grandeur d’un terrain qui importe pour un chow, mais l’intérêt qu’on lui porte, les balades qu’on fait avec lui, les moments qu’on partage ensemble, y compris les séances de brossage-caresses devant la TV ou un feu de bois. Evidemment, Hilaski peut être tout à fait réfractaire à ce mode de vie et Caroline et Marco sont prévenus, ils partent sur l’idée d’être FA « et plus si affinités »….

Le co-voiturage se poursuit le lendemain.

Point de rencontre au Puy en Velay où se retrouvent Andrée avec Gitan; Sandrine, l’adoptante de Gitan; Sylvie et Hilaski, qui lui repartira avec Andrée.

Direction Saint Chamond où Hilaski rencontrera Caroline et Marco et partira avec eux pour sa nouvelle vie….

 

Evidemment, nous restons en contact étroit avec les jeunes gens que nous avons déjà rencontré à la balade de St Genix sur Guiers, qui sont pleins de l’envie de bien faire, qui rêvent de vivre avec leur chow chow, mais qui n’en ont jamais eu. Hilaski sera-t-il un chow pour eux? Seront-ils les humains dont Hilaski a besoin? Comment va-t-il s’adapter à une vie en appartement lui qui n’a connu que des maisons avec un terrain dont il n’est que rarement sorti?

Durant les 3 premiers jours, Caroline et Marco constatent qu’ Hilaski est assez tranquille dans l’appartement, qu’il explore sans crainte et que son appétit ne se ressent pas du changement de vie….

….Par contre Hilaski est mal à l’aise lors des promenades en ville, il fait ses besoins très vite et n’aspire qu’à une chose: retrouver la sécurité de son appartement! Au point que 4 jours après son arrivée, il refuse tout net de le quitter pour faire sa promenade hygiénique. Caroline et Marco essayent de le sortir très tôt le matin, pas de chance, Hilaski tombe sur le camion poubelle et son bruit épouvantable, ils essaient dans la journée mais Hilaski ne veut même plus du saucisson incitateur, ils essaient le soir tard mais Hilaski est resté sur sa crainte du matin…. 24h sans faire ses besoins! panique à bord!

Vendredi 25 novembre: Tous,  nous avons mal pour Hilaski qui se retient depuis le mercredi matin! Les coups de fils sont passés en tous sens, les mails se croisent, les adoptants du coin sont mis à contribution (merci Illija et Sanja) et donnent des idées, un veto est consulté, puis nous pensons à une amie chez les eurasiers, Carole, qui vit dans la même ville et a une grande expérience des chiens du 5 ième groupe, pourra-t-elle aider Caroline et Marco à sortir Hilaski? Nous l’appelons tôt ce vendredi matin; Oui, elle pourra passer après sa journée de travail et essayer de faire sortir Hilaski. Mais elle nous conseille aussi l’éducateur canin auquel elle a eu recours pour ses chiens, on peut faire appel à lui en toute confiance, nous dit-elle….. mais encore faut-il qu’il soit disponible au pied levé et accepte de se déplacer jusqu’à l’hypercentre, nous croisons les doigts…………………… Et miracle! Pascal Deroeux est arrivé, à 16h. Et Hilaski a accepté de descendre et a pu se soulager, 16h30. C’est fou comme un pipi peut mettre 20 personnes en joie!

Durant 2h, Pascal expliquera a Caroline et Marco comment « obliger » Hilaski à sortir, comment lui donner confiance en  eux pour lui donner confiance en lui et ainsi l’inciter à surmonter ses peurs…. et ça a fonctionné! http://www.canislupus-education.fr/

Educateur canin Hilaski

Tout timidement d’abord, mais l’important était qu’ Hilaski ne mette pas sa santé en danger, puis il y a eu la balade du dimanche en campagne qui a permis à Hilaski d’évacuer son stress en faisant quelque chose de sympa avec Caroline et Marco…

Puis un we en maison de famille et la découverte des chats des voisins, qu’Hilaski déteste,…

…puis d’autres balades en campagne….

 

Et puis Hilaski a accepter de manger un morceau de saucisson au cours de sa ballade en ville, belle preuve de décontraction, signal attendu par Caroline et Marco.

« Si vous pensez qu’il est heureux avec nous, si nous pouvons l’adopter, nous souhaiterions l’appeler Chamalow« .

Heureux?

Heureux?

Pour rassurer Caroline et Marco nous proposons une rencontre avec deux fidèles de Chôc!, Ibiza et Hélios, accompagnés par leurs parents, Sanja et Ilija. Rendez-vous est pris pour une balade…

8 janvier: Quelques heures de balade et le verdict est sans appel! Hilaski la chrysalide est devenu Chamalow le papillon!

Heu-reux!

Dehors Chamalow est très à l’écoute de ses nouveaux humains, tranquille et joyeux…

Dedans, Chamalow est très zen, l’appartement est une grande niche où il se sent partout chez lui…

Chamalow est donc adopté! Et en plus ses nouveaux parents vont déménager bientôt pour un appartement plus éloigné du centre ville, rien que pour lui.

………………………………………………………………………………………..

Aux dernières nouvelles, après quelques tentatives infructueuses ou vite avortées, Chamalow a enfin accepté de s’installer sur le lit!

 

A suivre!