Opium

05 juin: « Il est rentré! »

Que cette nouvelle fait du bien! Nous ne nous étions pas trompées en pariant sur le mimétisme et l’exemple donné par Hooly.

« Depuis quelques jours je voyais bien qu’il mettait ses deux pattes avant sur le bord de la porte fenêtre, qu’il trépignait en battant de la queue. Ce soir la pluie l’a peut être décidé… Hooly est couchée contre le canapé, lui il va, explore, renifle…. je ne bouge pas pour ne pas l’effrayer…. »

Il aura fallu 3 semaines, finalement ce fut assez bref; les progrès seront constants désormais…

 

« Bonjour, nous prenons contact avec vous car nous avons un chow de 10 mois et nous ne parvenons pas à l’approcher, ni à le faire rentrer à la maison, ni même à le faire s’abriter lorsqu’il pleut. Impossible évidemment de le brosser et si un jour il est malade il sera impossible de l’emmener chez le veto ou de  lui faire des soins. Nous pensons qu’à son âge, entre des mains plus expérimentées que les nôtres, Opium a des chances d’évoluer« .

Bien qu’habitués des excuses bidons en tout genre pour larguer son chien, après une conversation avec l’humain d’ Opium,  nous n’avons pas douté de la difficulté du cas, aussi c’est avec beaucoup de doutes que le 11 mai nous sommes allées tenter de « capturer » Opium.

Opium, que Sophie a immédiatement baptisé « Bébé Sauvage »….

Inutile de chercher à incriminer ses ex, ils ont tout tenté pour approcher Opium, seuls, car grâce à Dieu, le côté inapprochable d’ Opium lui a évité d’avoir affaire aux éducateurs canins qui sur les chows font le plus souvent plus de mal que de bien. « Si vous ne pouvez pas l’approcher on peut rien faire » autre variante de « si vous ne pouvez pas lui mettre une muselière, on peut rien faire » que nous avons déjà entendu…. Ben, si on pouvait en quoi on aurait besoin d’un « éducateur canin »? lorsqu’il ne s’agit plus de faux problème, en cas de vraie difficulté comportementale, il  n’y a le plus souvent plus d’abonné au numéro qu’on a demandé…

Bébé Sauvage, c’est finalement sa famille qui l’a « capturé », l’incitant à rentrer dans la maison avec une friandise et refermant la porte derrière lui. Et là….. nous avons compris qu’ils ne se soient pas astreints plus souvent à cet exercice. Opium était TÉTANISÉ! figé sur ses 4 pattes raides, la queue basse, le regard perdu… aucune agressivité mais un terrible blocage. On n’achète pas un chien pour vivre ça, pour voir ça…. quelle frustration….. la dame a doucement passé le harnais, nous avons tracté Opium jusqu’à la voiture, l’avons hissé, poussé aux fesses….il n’a plus bougé durant les longues heures de route, s’il avait pu se retenir de respirer, il l’aurait fait.

Mais qu’à pu vivre Opium pour être ainsi, à 10 mois? la cause est à rechercher dans sa génétique ou son passé avant l’achat puisque le jour de l’acquisition, rentrant tous fiers avec Opium dans les bras, celui-ci à peine posé à terre a filé à l’autre bout du jardin et n’a plus pu être approché sans créer chez lui une véritable terreur.

Nous voici donc arrivées à destination avec « Bébé Sauvage ».

L’idée:  sociabiliser Opium par l’exemple.

Pour cela il fallait une chienne équilibrée et expérimentée ainsi qu’une humaine disponible et bienveillante:  Hooly et Chantal ont accepté de relever le défi!

Alors c’est parti!

Bébé Sauvage a été descendu de la voiture, tracté dans le salon, tout  comme au départ: TÉTANISÉ! figé sur ses 4 pattes raides, la queue basse, le regard perdu…. quand est apparue Hooly! avez-vous déjà vu un chien sourire? et bien Opium a souri! Son panache s’est redressé, son regard s’est illuminé, ses muscles se sont détendus. Durant les heures qui ont suivi, Opium a beaucoup reniflé Hooly, qui s’est laissé faire, comprenant la détresse du chiot.

Une semaine a passé.

Opium ne semble pas du tout affecté par son changement de domicile, il mange bien, il reste dans le périmètre d’Hooly, l’invitant au jeu, lui chipant les Dentastix jusque dans la bouche. Hooly, patiente, se laisse faire et va en réclamer un autre à Chantal. Qui le donne.

Ainsi sont les propriétaires des chows, à leur service. Et ceux qui ne l’ont pas compris, ou qui ne conçoivent pas ainsi les relations avec un chien, ne sont pas dignes de vivre avec un chow chow.

Pour le moment, Opium ne rentre toujours pas, cela ne fait qu’une semaine. Il reste sur le pas de la porte mais, curieux, observe tous les faits et gestes de Chantal. Un jour il se débloquera. Ça viendra de lui. Chantal papouille beaucoup Holly, la flatte, la gâte…. un jour Opium voudra lui aussi goûter aux caresses. C’est notre pari.

 

Notre Bébé Sauvage n’est pas à l’adoption, il ne le sera peut être jamais.

A suivre…..