Simba 5 rebaptisé Shiro

01 avril: Le confinement, pour beaucoup de nos adoptants, c’est passer plus de temps avec leur chowpain.

Pour Shiro, il signifie, entre autre,  continuation des soins entrepris par sa FA pour rendre sa peau saine comme elle aurait toujours dû l’être et construction d’une « résidence secondaire » pour profiter du jardin en cas de pluie:

« Shiro est super. Il évolue très bien. Il devient proche de mon mari. Il est de moins en moins craintif. Il joue dans le jardin, à courir derrière les chats. Je pense qu il se sent bien. Nous sommes très fiers de lui. On est ravis de l avoir a nos côtés. »

 

 

Deuxième adoption de Simba:

20 mars 2020:  Restons positifs: durant son adoption  précédente Simba 5 n’a pas manqué de nourriture.

C’est ce que nous avons pu constater lorsque Claudine, notre toiletteuse, est venue le débarrasser de son impressionnant manteau de fourrure:

Quel gentil chien!

Là ou beaucoup de chow chows auraient eu besoin d’une anesthésie, -gigotant ou carrément envoyant les dents à ces inconnues qui se permettaient des familiarités manifestement depuis TRÈS longtemps reléguées au rang de souvenirs- Simba est resté très tranquille, semblant même apprécier les gratouilles de la tondeuse sur sa peau enfin aérée.

Et après 2h30 de soins, surprise! surprise! Simba  est un shar peï déguisé en chow chow!

Un très joli croisé chow chow shar peï, de belle taille, solidement bâti  avec ses grosses pattounes et surtout tellement adorable! On est saisi d’une grosse envie de le prendre dans ses bras et de lui faire plein de bisous pour chasser la tristesse de son regard!

C’est ce que font ses nouveaux adoptants, Laetitia et Alexandre qui désiraient depuis  un bon moment ouvrir leur foyer, donner leurs soins et leur amour à un chow chow.

Grâce à eux, Simba a assez vite vaincu ses craintes, ou sa timidité, et, équipé d’un manteau car les journées de mars sont encore assez fraîches pour notre chowpeï, celui qu’ils ont rebaptisé Shiro a découvert les joies de la promenade: renifler les traces laissées par les copains, découvrir les chiens, les passants, et, graduellement, les rues de plus en plus animées de la ville l’ont finalement bien amusé.

On y retourne?

 

Très vite Shiro a pris ses marques dans la maison, validant le gros dodo moelleux, s’appropriant les étages, dévalant les escaliers pour courir au jardin et faisant ami-ami avec les trois chats qui, d’abord un peu effrayés, on rapidement compris la passivité du gros nounours  pataud.

Pour le moment, c’est vers Laetitia que vont ses préférences, il la suit partout et la nuit c’est de son côté qu’il se couche. Mais Alexandre adore les chiens, c’est lui qui fait les soins quotidiens, forçant gentiment notre timide à recevoir des caresses pour briser la glace.

Ça marche! au bout de 15 jours Shiro a déjà énormément gagné en confiance.

On peut même dire que ce n’est  plus le même chien, au physique comme au moral! Les progrès ne cesseront de continuer. Patience. Confiance.

 

Première adoption de Simba.

Un petit loulou dont nous n’avions pas eu le temps de vous parler car sitôt abandonné, sitôt adopté: Simba, cinquième du nom.

Simba était le compagnon de Maya-la-chipie et tous les deux ont été confiés à Chôc!  car leur deux pattes avait de gros soucis de santé. Lorsque nous l’avons découvert, par un lumineux dimanche de janvier, c’était clairement un chien timide et en retrait. C’était sa copine Maya qui menait la dance, il se protégeait derrière elle.

Celle qui devait être sa famille d’accueil, Lindsay, a tout de suite craqué pour lui, il était si mignon avec sa bonne tête et son regard triste! En le voyant on ne pouvait qu’avoir envie de le couvrir de bisous et de lui rendre douce la vie.

C’est ce que Lindsay a fait, passant très vite de la famille d’accueil à la famille adoptante, dès que la castration a été faite:

Castration Simba 5

Depuis,  Simba partage la vie d’un couple de chiens nus, d’un superbe chat et de cinq jeunes enfants. La maisonnée ne doit pas manquer d’animation!  Mais Simba sait trouver les coins tranquilles…

Et peut être qu’au fond de lui, il est heureux d’avoir échappé à la domination de Maya?