Dans l’enfer du trafic animal

Alors que pointent déjà les vacances d’été et les séances de bronzage avec les doigts de pieds en éventail et un bouquin à la main nous avons eu envie de vous recommander la lecture d’un livre paru cet hiver, Dans l’ enfer du trafic animal

Marie- Noëlle,  maman aimante de ses 4 chow chows, nous présente cet ouvrage: « Dans l’enfer du trafic animal est le témoignage d’une femme, Brigitte Piquet-Pellorce qui en 1992 a accepté la proposition de la présidente de la SPA de rejoindre l association et d’y créer une cellule anti-trafic ayant pour but de lutter contre les vols de chiens et de chats à destination des laboratoires.
Rapidement l’action de la cellule anti-trafic s’est étendue au trafic  des animaux de compagnie, en provenance de pays étrangers mais pas seulement.

Brigitte Piquet-Pellorce expose ici différentes affaires de trafic et de maltraitance animale auxquelles elle a participé avec ses collègues successifs. Elle ne mâche pas ses mots pour raconter les événements, qualifier les auteurs de ces monstruosités et révéler la façon dont les services vétérinaires et la justice traitent les affaires quand la cellule anti-trafic, la SPA, ou d’autres associations de protection animale portent plainte. La lecture de cet ouvrage n’est pas du genre qui délasse et repose le lecteur. On sort de cette lecture choqué et incrédule devant la négligence voire la complicité des services vétérinaires et le nombre d’affaires classées sans suite par la justice malgré le travail d’enquête et les témoignages.

Les affaires dont Brigitte Piquet-Pellorce fait la description portent aussi bien sur des chiens, des chats, des bovins et des équidés mais aussi des oiseaux et autres reptiles vendus par des animaleries dont le mode d’approvisionnement encourage le trafic. Les conséquences des mauvais traitements infligés aux animaux sont bien entendu la souffrance, la mauvaise santé et le décès des animaux détenus mais aussi d’innombrables problèmes rencontrés par les acheteurs de chiots et chatons produits dans ces usines écœurantes. Des chiots qui, ayant grandi dans le noir, la crasse et sans contact avec l’extérieur et les humains puis séparés de leur mère bien trop vite, sont inadaptés à la vie d’animal de compagnie et souffrent de problèmes de santé graves. On les retrouve souvent dans les refuges avec des problèmes de comportement et de santé ou encore euthanasiés car devenus dangereux. Les acheteurs n’ont aucun recours et sont souvent impuissants.

Cet ouvrage met en évidence les filières qui s’imbriquent, les réseaux en France et à l’étranger (Belgique, Espagne, pays de l’Est…), les protections dont bénéficient certains de ces monstres, leur aptitude à rebondir malgré les actions menées contre eux, à dissimuler leurs activités en répartissant leurs animaux chez des complices et en utilisant des faux noms.

L’auteure s’insurge contre la faiblesse des peines prononcées par les tribunaux, la longueur des procédures, le peu d’ardeur mise par les différents services pour traiter ces affaires de maltraitance animale.

Elle souligne l’aide des certaines brigades de gendarmerie particulièrement sensibles à ces affaires, quelques personnels de justice également se distinguent par leur empathie envers les animaux maltraités. Des particuliers, choqués par ce qu’ils voient lors de la recherche d’un chiot, des stagiaires ou employés écœurés par les exigences de leurs patrons envoient des témoignages à la cellule anti-trafic permettant de découvrir des élevages honteux ou de compléter leurs enquêtes.

Après 23 ans dans cette cellule anti-trafic, souvent tributaire des baisses de budget, Brigitte Piquet-Pellorce prend sa retraite à 66 ans, après 40 ans de protection animale dont elle ne sort pas indemne. Elle dénonce le laxisme qui permet à ces pratiques immondes de perdurer« .

Parce que la protection animale passe par une prise de conscience et parce que cette prise de conscience peut survenir de diverses façons.

BONNE LECTURE!

 

 

 

 

« C’est impossible » dit la fierté,
« C’est risqué » dit l’expérience;
« C’est sans issue » dit la raison ……
« Mais essayons » murmure le cœur

Association d'entraide autour du Chow Chow