Coffee n’est plus…

06 juin 2019: Nous recevons ce mail d’une de nos adhérentes et amies, un bien triste mail….

 » Coffee nous a quittés le 17 février dernier. 
Je voulais attendre que ce soit un peu moins difficile d’en parler mais ça dure.  Nous savions depuis septembre qu’il avait une tumeur sur le foie. 
On savait donc qu’il était condamné depuis 6 mois et je dois dire qu’on l’a câliné, dorloté. On est partis à la neige la semaine précédente et il était vraiment en forme dans la journée. Pendant les vacances par contre, la nuit, il stressait. On a donc écourté nos nuits puis on est allés dormir dans le canapé pour être avec lui puis il est venu dormir dans notre chambre.  Avec nous, il retrouvait son calme. 

La veille de sa dernière crise, il a fait sa balade normalement, il a sauté comme un cabri quand je lui ai amené sa gamelle de viande comme tous les soirs. On ne pensait pas du tout qu’on allait devoir lui dire au-revoir le lendemain. 
Nous avons bien-sûr nos deux chowchottes, qui nous aident beaucoup à faire notre deuil mais elles, elles sont bien dans leurs pattounes. On a souvent l’impression qu’elles vivent tranquille leur vie de petites chiennes heureuses. Coffee, lui, avait un tel besoin d’attention, de caresses, d’amour qu’on vivait quelque chose de vraiment exceptionnel avec lui. 

 

La petite noire a semblé attendre son copain, notamment pendant la balade. Elle s’arrêtait, se retournait et s’asseyait et ça s’est calmé au bout d’une quinzaine de jours.
… L’adoption de Coffee, les inquiétudes au début, les premiers jours où chacun doit trouver sa place et de tous ces moments incroyables qui ont suivis. Une petite anecdote sur lui: Coffee sentait le parfum.  Bien-sûr, on ne l’a jamais parfumé mais il avait pris l’habitude de venir poser sa tête contre notre poitrine quand nous  mettions nos chaussures, assis sur la première marche des escaliers. Et il restait comme ça, le front contre nous et nous pouvions le caresser et l’embrasser sans qu’il bouge. C’était devenu notre jeu.  Au fil du temps, on s’est assis de plus en plus souvent, et il était toujours prêt pour faire un câlin. En fait, à force de rester avec  sa tête contre nous, il sentait vraiment nos deux parfums.  Je pense tellement souvent à ces moments avec lui. On va mettre du temps à faire notre deuil…
Merci encore de nous avoir apporter votre soutien au moment de l’adoption de Coffee. Quelle chance on a eu… « 
Coffee