Flocky

08 août: Flocky s’est parfaitement remis de son opération et attend les suivantes de patte ferme (Ce sera le 02 septembre).
Quelques coups de brosse plus tard, nous vous présentons le nouveau Flocky:

« C’est un bébé » dit de lui Sophie. « Un gros bébé de 34 kg qui découvre la vie« . Et aujourd’hui, le jacuzzi:

Hé! Flocky! j’te cause!

Ben qu’est tu fais là dedans?

24 juillet: Grand jour pour Flocky qui a subi l’opération du voile du palais. Dur…..

Dur d’accepter de s’endormir, Flocky a lutté, lutté…..

Dur aussi le post op; heureusement que certains vetos ne sont pas bornés. Dès qu’ils ont vu que Flocky stressait dans sa cage, risquant le coup de chaleur, ils n’ont pas appliqué le protocole habituel, qui est d’attendre quelques heures pour rendre la chien. Coup de fil à Sophie qui a été là dans les 10 mn, à entendre sa voix Flocky s’est calmé…..

Application de serviettes mouillées et de poches de glace:

Puis retour chez Sophie.

Dur encore. Il a fallu mouiller totalement Flocky pour espérer le voir se calmer…

Mouillé!

Cela ne suffisant pas, Sophie lui a donné à boire, pour l’apaiser et éviter qu’il ne s’énerve plus, bien que la prise de boisson ne soit pas conseillée sitôt après le réveil. C’était un risque à prendre….

C’est une façon de boire ça, Flocky!

Puis elle s’est enfermée avec lui dans le salon, stores baissés, et Flocky a fini par se poser et dormir…. avant de se réveiller et tourner à la recherche de quelque chose à manger. Bon signe!

Pour les jours à venir, ce sera pâtée car il ne faut pas que des morceaux trop durs irritent la plaie.
Et puis ce sera entrainement à la voiture, en espérant que maintenant qu’il peut haleter sans peiner (le vétérinaire nous a dit avoir enlevé « une sacrée tranche de steak »), le stress de Flocky en voiture retombera, avec un peu d’entrainement. L’ entrainement, c’est peu de voiture -vraiment très peu- et balade au bout. Puis on allonge la distance, en suivant les progrès du chien.

Et dans un mois, ce sera castration et entropion. Et peut être encore des difficultés en post op….

Dur d’être famille d’accueil; ce n’est pas simplement prendre un chien à l’essai avant de l’adopter. Etre FA, c’est prendre un chien dont on ne sait rien, ni de ses compatibilités, ni de ses réactions, ni de ses pathologies, le découvrir, savoir en parler, le soigner, le rendre adoptable, pour d’autres.

Pour ça il faut aimer passionnément les chiens. Et il faut que nos FA aient confiance en nous, dans nos placements. C’est pour cela que nous sommes si rigoureux dans le choix de nos adoptants. Nous le devons au chien, à ceux qui nous l’ont confié et aux FA qui s’investissent à 200 %.

En attendant, il y aura beaucoup de belles soirées dans les bras de Sophie….

Ze t’aime tatie Sophie!

 

875.30 e

 

Nous essayons toujours de décrire nos protégés, et les situations qui les ont menés chez nous, au plus juste.

Parfois des proches de l’asso nous le reprochent: « Il faut penser au chien, peu importe ce que sont, ou font, les gens, si vous les assassinez, ils craindront votre jugement public et ne nous confieront pas leur chow, c’est dommage, pour le chien« .

L’argument est recevable. Même si l’anonymat est préservé, il n’est jamais agréable de découvrir noir sur blanc une réalité que l’on se cachait bien soigneusement…

Puis il y a les FA, souvent en colère: « P….n! M…e! » – Oui, passer son temps à réparer les bêtises des autres rend souvent un peu vulgaire envers l’humanité – vous n’allez quand même pas me dire que laisser un chien qui adore le toilettage dans un tel état de crasse c’est normal?

Dans un moment, je me mettrai carrément sur le dos

La brosse qu’ils ont donnée c’est une brosse pour les chats! Le toiletteur? deux fois dans sa vie? c’est pas possible, à 2 ans et demi il ne serait pas aussi crasseux! Et l’entropion pas soigné, on en parle de l’entropion pas soigné?  Il n’y voit rien le pauvre chien, je lui ai tendu une Vache qui Rit et il a l’a ratée de 5 cm!!!  et la luxation de la rotule, on en parle de la luxation de la rotule?  ça se voit pourtant qu’il souffre non?  surtout qu’ils disent qu’ils le promenaient et ça j’en doute, il tire comme un bourrin, il connaît rien, il a jamais rien vu! Et il refusait de rentrer dans la maison? Tiens donc! pourquoi chez moi il s’est mis devant la porte fenêtre, le regard bourré de curiosité et n’attendant que mon incitation pour rentrer, ce qu’il s’est décidé à faire le soir même où vous me l’avez amené? »

 

Flocky découvre

J’peux monter sur le canapé?

Alors voilà, concernant tout particulièrement l’histoire de Flocky, une fois de plus, nous allons essayer d’être au plus juste, sinon de la vérité, variable suivant les parties, du moins des faits, de l’enchaînement des faits et des causes.

Mais si j’ai été toiletté!

Parce que, concernant Flocky, les vrais responsables de son état, ce ne sont pas que ses propriétaires: c’est la société de consommation. Eux, ce sont plutôt des gens gentils: « Flocky, on l’a acheté dans une animalerie parce qu’il nous faisait pitié, on s’est dit qu’il fallait le sauver« .

Ouiiiiii! sauvez-moi!

Qui, parmi les gens qui nous lisent ne se reconnaîtrait pas dans ses propos? On a tous envie de sauver les tortues qui sèchent dans un aquarium, les perroquets déplumés qui dansent compulsivement d’un pied sur l’autre au bout de leur chaîne, et aussi les poissons qui tournent en rond derrière des vitres obscurcies par la crasse… Et quelque part, c’est même la souffrance de ces animaux qui facilite leur vente aux bonnes âmes et qui remplit le tiroir caisse de commerçants sans scrupules.

Alors non, nous ne dirons aucun mal des ex de Flocky. Certes ils n’ont pas fait ce qu’il fallait pour leur chien, sauf peut être accepter de nous le confier, mais quelque part eux aussi sont victimes, victimes des animaleries. Ils font ce constat: « Jamais nous ne reprendrons un aussi gros chien, nous ne sommes pas faits pour ça, nous n’avons toujours eu que des petits chiens, des chats aussi, l’achat de Flocky a été une erreur, mais on ne pouvait pas le laisser là, il serait mort« .

Victimes aussi des vétérinaires, de leur peur des chows qui fait qu’on ne les examine pas vraiment, plus vite ils quittent le cabinet et plus vite on est soulagé. L’entropion? personne n’en a parlé aux ex de Flocky. « Il a été opéré à l’élevage, la facture est jointe au contrat de vente« . Flocky a donc été opéré de l’entropion avant ses deux mois!!!! Mais dans quel état ses yeux devaient-ils être pour que l’élevage -une usine à chiots- engage des frais pour lui?  Et quel vétérinaire, voyant qu’un chiot a déjà subi une opération à deux mois ne regarde pas ses yeux de plus près ? Ah! il est vrai que Flocky raclait! Peur le veto! Faisant dans son slip!

Flocky racle, ce qui ressemble à un grognement. Comme Isaac et Gummie, comme Bou Bou, comme Jana, comme Murphy, comme Jewenn, comme Louki et tant d’autres. Comme tous ces malheureux chow chows tellement choux avec leur museau sur-plissé, si trognons qu’ils se vendent comme des petits pains avec leur voile du palais qui les empêche de respirer au moindre effort, qui les fait s’étouffer lorsqu’ils mangent, qui les fait paniquer et entrer en crise d’angoisse au moindre stress. Et pour un chow, situation inconnue = stress.  Parlons-en!

Chows et veto se craignent mutuellement. Pas le vôtre, bien sûr, votre chow et votre veto sont exceptionnels. Nous parlons ici des autres, de ceux qui ne sont pas votre chow et votre veto, des chows et des veto lambda. Eux ils se font peur mutuellement. Le chow stresse et son voile du palais le fait racler, le veto sort sa muselière et sa grosse voix. Le chow monte en stress…. Vous voyez la spirale? elle peut être létale.  Pour le chow. ..  Le veto s’en tire, le plus souvent. Forcément, car le chien n’était pas le moins du monde agressif, il était juste en train d’étouffer.  Lorsqu’on sait les difficultés de ces chiens pour respirer et qu’on voit le comportement des vetos, ça énerve et on s’interpose. Mais lorsqu’on ne sait pas?  Alors on fait confiance au veto car après tout, c’est lui le sachant.

Donc, alors que Flocky avait scrupuleusement eu tous ses vaccins, jamais il n’a été question d’entropion, de luxation de la rotule ou de voile du palais.

Pourtant Flocky stresse en voiture et son vétérinaire l’a vu dans cet état hallucinant qui fait craindre pour sa vie. Son maître le sait aussi, sans savoir à quoi son état est dû, il nous a mis en garde: « Flocky est malade en voiture, déjà pour faire 20 mn de route pour aller chez le veto, ..alors deux heures pour se rendre chez vous! ..Je vais lui donner du Nozévet. »  Encore un fait prouvant que sa famille aimait bien Flocky,  ils sont juste passés à côté de ce merveilleux chien.

Car Flocky n’est pas malade en voiture, genre diarrhée, vomissements. Pas du tout. Flocky n’a pas sali la voiture, mis à part des tonnes de poil et de bave qui ont volé partout. Ce jour là, a deux ans, Flocky est passé tout prêt de la mort. A cause de son voile du palais trop long et de son stress, au bout d’une heure, Flocky ne pouvait plus respirer. 2h30 de route, les plus longues de la vie de Sylvie. Mais certainement pas les plus longues de la vie de Flocky car s’il stresse autant en voiture, c’est peut être à cause de l’Enfer qu’il a vécu pour faire le voyage depuis les pays de l’Est, tout chiot, fraîchement opéré de l’entropion. Souvenez-vous de ce qu’a dit son ex: « On a voulu le sauver« . Flocky,  dans quel piètre état Flocky tu as du arriver dans ton animalerie du nord de la France, haletant, au bord de l’épuisement….  Revenons en à ce dimanche où nous avons récupéré Flocky, qui s’agitait, de plus en plus; au bout d’une heure ses raclements ont viré au sifflement, les yeux étaient révulsés, la bave inondait les sièges. Dans sa panique Flocky avait cassé la laisse qui le retenait et passait sans cesse du coffre au siège passager et retour.  Même si cela avait été possible, inutile de s’arrêter. En mémoire le décès de James, ses adoptants, croyant bien faire s’ étaient arrêtés plusieurs fois, accentuant sa panique à chaque fois.

Règle absolue du transport d’un chow inconnu: aller le plus vite possible du point A au point B; Justement, quel point B? L’arrivée au Pays des Langues Bleues, avec tous les chows, risquait de paniquer plus encore ce pauvre Flocky qui ne connaissait que sa copine chihuahua et la chatte. (Une greffière mal aimable qui avait tout de suite pris en grippe ce chiot 3 fois gros comme elle. « Elle en avait peur » nous a dit leur humain. Effet de notre imagination si nous disons qu’à notre avis les sentiments de la chatte à l’égard de ce gros chien soufflant et raclant était conforme à ceux du reste de la maisonnée, les parents et deux petites filles?).

Sylvie: « J’ai choisi de me dérouter vers Sophie qui à ce moment là n’avait plus avec elle que Bailey’s, ce qui offrirait un joli havre de paix à Flocky. Dès qu’elle a entendu la respiration de Flocky, Sophie a appelé un veto de garde, non pour y aller ce qui aurait achevé Flocky, mais pour avoir quelques conseils. Elle a préparé un tuyau d’arrosage qu’elle a pu monter sur son évier, donc avec de l’eau tiède, important pour éviter le choc thermique. Je regardais défiler les kilomètres et passer les minutes qui me séparaient encore de Chartres tout en tachant de rester calme et de parler tranquillement à Flocky. Dieu que la route a été longue! A l’arrivée nous avons mouillé Flocky, mouillé, mouillé et mouillé encore pour arriver à la peau sous la carapace de poils. Mouillé le ventre, les coussinets, mouillé les oreilles difficilement accessibles sous la montagne de nœuds. Faire boire Flocky aussi, d’abord en lui humectant la bouche car un chien en coup de chaleur ne boit pas, puis , victoire!!! Flocky s’est couché et à accepté de boire un peu. Intime conviction que ce chien pour lequel nous éprouvions déjà toutes les deux tant de sympathie était sauvé. Puis lui retirer l’eau. Le faire boire progressivement pour éviter la dilatation, mouiller encore. 

Une heure après, la respiration de Flocky s’est enfin calmée. Nous avons pu nous détendre en accompagnant sa découverte des lieux tout en dégustant quelques cerises dont les arbres regorgeaient. »

C’était le 14 juin.

Depuis Flocky a pris possession de son nouveau domaine. Il découvre les « gros » chiens en la personne de Bébelle et s’ils jouent souvent, ils se font aussi, parfois, un peu peur:  Bayle’s n’est pas toujours aimable et Flocky est un gros bébé pataud.

Flocky et Bailey’s

Avec les petits chiens, ça va.

Au détour d’un champs

Avec les chats? hum…. Flocky n’est pas tueur mais comme dans tout ce qu’il fait, c’est un bourrin.

Avec les gens?   Flocky est adorable et toute son aventure le démontre: en panique dans la voiture il aurait pu dévorer Sylvie pour sortir de là;  arrosé copieusement par deux inconnues il aurait pu se rebeller. Or Flocky a toujours été adorable.

Alors s’il a un jour pincé une des petites filles de la famille qui lui tendaient de quoi manger, c’est que probablement il a mal visé, comme le jour où Sophie lui tendait la Vache qui Rit. Mais la peur du gros chien qui raclait dans le jardin était déjà là, ce n’était plus la jolie boule de poil qu’on avait sauvée de l’animalerie, Flocky était crasseux…. peut être dangereux. D’ailleurs il a pincé la petite. Et si on le faisait piquer?  Il faut savoir se montrer responsable, même si ça fend le cœur. Alors on prend rv chez le veto….. Ce qui aurait découlé de ce RV ? Nous l’ignorons car il a été annulé. Trop dur de faire piquer Flocky qui se jette sur son maître, pattes à la taille pour quémander des gragrattes sur la tête… Monsieur le propose sur LBC. Comme il sait son angoisse en voiture, pour atténuer son stress, c’est lui qui accompagne Flocky jusque chez ce gentil jeune homme qui a un beau terrain et tellement envie d’un chow chow crèèèèème. Mais voilà, Flocky aboie toute la nuit dans ce terrain inconnu, le jeune homme ne peut pas l’approcher, peut être prend-il peur, et retour à la case départ.  C’est là que la famille a accepté notre proposition de récupérer Flocky.  Heureusement.

Depuis j’vis avec Bailey’s

Pas de « jugement » dans notre histoire sur Flocky.  Ce serait stérile. Répétons que ses ex sont des gens bien, dans lesquels nous pouvons tous nous reconnaître. Soyons humbles, ce sera plus profitable que la critique. Nous tous  pouvons aussi nous laisser aller à acheter un animal dont nous ne savons rien, surtout si l’envie de le sauver nous anime. L’erreur a été de ne pas se renseigner après l’achat, pour le comprendre, le soigner. Mais l’incompétence des professionnels, vétos, éducateurs….Flocky et ses ex, ce fut une erreur de casting, à cause de la tentation offerte à portée de main par la facilité d’acquisition. Mais au final, peut être qu’en achetant Flocky il y a deux ans et demi, ils l’ont réellement sauvé, Flocky aurait pu tomber pis, chez des gens qui auraient voulu « le dresser », faire absolument cesser ses raclements à coup de dresseurs bourrés de testostérone et de peu de matière grise… « Flocky s’assoit quand je lui donne une friandise mais il l’a appris tout seul, moi je ne lui ai jamais rien demandé » nous a dit son ex. Et ça, c’est plutôt une attitude sympathique!

Quel avenir pour Flocky?

Compte tenu de l’état dans lequel le met la voiture nous avons renoncé à la castration prévue le 19 juin.

Nous commencerons par l’opérer du voile du palais au plus proche de chez Sophie où fort heureusement une clinique pratique ce genre de chose, même si c’est au tarif tout à fait prohibitif de 850 e.

RV pris pour le 24 juillet.

Puis le mois suivant nous ferons la castration en même temps que l’entropion.

Et si Flocky sort indemne de toutes ces épreuves, alors il sera prêt, courant septembre, pour découvrir une nouvelle famille. Laquelle devra avoir un extérieur car oui, Flocky aime bien ça.

Laquelle ne devra pas être adepte des voyages en voiture et savoir préserver les articulations de Flocky car pour la luxation de la rotule il n’est pas nécessaire d’intervenir, pour l’instant . Il faudra donner des chondro-protecteurs, peut être des séances de laser si un vétérinaire pratique cette technique dans un rayon possible…

Vous?