Pasha

A 18 mois Pasha est un extraterrestre.
Un être venu d’ailleurs et arrivé dans un monde dont il ne possède aucun code social.


En FA chez Sophie depuis plus de 2 mois,  elle a pu constater que les humains effraient Pasha, mais aussi les chien(ne)s et les chats.
Pourtant Pasha est curieux, il aurait bien envie de coùmmuniquer, mais la peur est la plus forte….

La porte fermée rassure Pasha….

 

Les arrivées des chows en FA se passent toujours de la même manière: on lâche le chien dans le terrain bien sécurisé, on lui laisse toute latitude d’aller et venir à sa guise et on le regarde évoluer; il y a les décontractés qui font rapidement le tour dans la maison, repèrent les gamelles, eau, croquettes et décident de se restaurer pour voir la vie sous ses meilleurs auspices et il y a ceux qui, plus méfiants, commencent à faire le tour du jardin, marquent leur présence et observent de loin avant de se décider plus ou moins rapidement à partager l’activité des humains ou des autres chows de la maison: « Hé! ch’uis ok pour une séance gratouilles devant la TV! » , « Hé! chowpain, on joue?! »

Pasha, en filant au bout du terrain, faisait indéniablement partie du deuxième groupe.
Lorsque la nuit est tombée et qu’il a commencé à aboyer, Sophie s’est dit que les nuits à venir seraient difficiles…
Mais il y en avait eu d’autres ainsi, qui ont beaucoup aboyé, et ils sont mêmes trop nombreux pour que nous puissions tous les citer…. Roxanne par exemple, ou encore Kulan, ou Marius, restés des jours dehors, en plein hiver, parfois sous l’eau….et puis un jour quelque chose a fait qu’ils se sont détendus: le goût de friandises, le plaisir d’aller balader, l’attrait pour les jeux avec les copains…. le mimétisme fonctionne bien…. en général.
Pasha lui est resté sur ses positions.

J’te connais pas, j’ t’approche pas, na!

Oh! il y a bien quelques progrès, il rentre, accepte la Vache qui Rit et même…. les bouts de biscotte à la marmelade d’ orange!
Mais au bout de deux mois il est toujours impossible de pousser l’avantage, de profiter du partage de saucisses apéro pour passer une laisse ou donner un coup de brosse:

 

Du passé de Pasha en tant que chow de famille nous pouvions nous attendre à autre chose; car en effet nous avons connu des chows d’élevage, jamais sortis de leur enclos, plus coopératifs.
Comment décrire notre ressenti envers Pasha?
Nous ne percevons pas Pasha comme Opium, qui était sensible à l’exemple d’ Hooly. Pasha vit avec Bailey’s mais ils ne se comprennent pas, ne partagent rien.
Nous ne percevons pas Pasha comme Lowen qui a décidé de vivre en s’approchant le moins possible des humains. On sent chez Lowen un choix délibéré, alors que Pasha voudrait bien, mais fait un blocage.
Pasha n’est pas non plus comme une Nana ou un Lutin qui ne sont méfiants qu’à l’égard de certains gestes ou de certaines personnes…
Pasha est craintif envers tous et tout, hommes, femmes, enfants…

Si Pasha dort désormais dedans, son premier réflexe au matin lorsque Sophie descend est de fuir de l’autre côté de la baie vitrée.
Le progrès est qu’avec Sophie Pasha reste de l’autre côté de la baie, souvent il prend le soleil non loin d’elle, sur la terrasse, parfois même reste t il à l’intérieur, si Sophie ne bouge pas…

Avec les inconnus, Pasha fuit toujours dans le fond du jardin, ne se rapprochant que si la baie vitrée est fermée, mettant une sécurité entre eux et lui.
Pasha a la trouille des humains, tout est dit.

 

Alors quels adoptants pour Pasha?

Des personnes en pavillon, bien clôturées, qui laissent la voiture dans la rue ou ont un garage accessible depuis la rue car comme il est impossible de faire rentrer Pasha sur commande, le risque de fuite en cas d’ouverture du portail est grand.

Des adoptants sans chien ni chat car les réactions de Pasha sont imprévisibles, comme chez tout être qui a peur.
De la même façon et par précaution on évitera les jeunes enfants.

Surtout des adoptants qui ne sont pas pris par le temps, qui souhaitent s’absenter de leur domicile pour les vacances de Toussaint ou de Noël, car l’apprivoisement de Pasha risque d’être long.
Par contre des personnes extérieures, même inconnues, peuvent venir nourrir Pasha car il n’est absolument pas agressif, du moins envers quiconque ne cherche pas à le contraindre.

Pasha est un défi qu’il faut avoir envie de relever.
Pasha est un pauvre bébé chow  auquel il faut avoir envie d’apporter la sérénité.
Vous?

 

.