Sylvie

Mon expérience comme famille d’accueil a débuté avec la création de l’association.

J’avais déjà 4 chows, l’un d’eux acheté chiot, les autres adoptés à des âges divers, de 3 à 12 ans. Accueillir un chow de plus ? La belle affaire !….

Les grandes familles.
Vichnou, Stuppa, Rubie, Ganesch

Bien sûr, lorsque l’arrivée d’un chow parmi nous se profile, il y a toujours des questionnements, principalement au sujet de l’entente avec les chows de la maison et avec le chat  mais je me rends compte qu’au fil des nombreuses expériences, il y a de moins en moins de questions et de plus en plus d’automatismes.

D’abord, les anciens propriétaires ont tout de même une notion de la personnalité de leur chow, s’ils disent par exemple qu’il est radicalement hostile aux chiens de l’un ou l’autre sexe, aux chats, pourquoi tenter l’expérience ?

Parfois ils ne savent pas, il faut alors laisser l’arrivant se poser, puis faire se rencontrer les deux animaux prudemment, au bout d’un jour ou deux, le chow étant en laisse, ou à travers une porte, et bien s’assurer que le nouveau a vu le chat ou le chien. A la réaction du chien on comprend tout de suite si la cohabitation est possible ou non…

Gimmy et Bacchus
Bacchus et Gimmy

Lorsque j’héberge un chien pour une courte période, quelques jours, en transit, si j’ai des doutes sur son caractère, je ne cherche plus à faire cohabiter tout le monde car l’expérience m’a appris que se trouver au milieu d’un groupe, pour un chow qui a vécu en solitaire est parfois une source de stress, ce fût le cas pour Casumi et Ginger.

Casu, c'est moi, avec le harnais.
Casu, c’est moi, avec le harnais.

D’autres au contraire sont parfaitement à l’aise avec les autres, et même leur présence les aide à supporter le changement de vie, l’exemple le plus parlant est celui de Gimmy. Mais aussi Lion ou Gaston.

On joue?
On joue? Lili et Lion, devenu Thor

La plupart restent un peu à l’écart les premiers jours et s’intègrent peu à peu, à leur rythme, en quelques jours. Il aura fallu 10 jours à Paco car il souffrait énormément des yeux  ce qui le diminuait beaucoup; je lui ai attribué une chambre, sa chambre, avec son couchage, son eau, ses croquettes, l’accès direct à l’extérieur où il a fait peu à peu la connaissance des autres ; il a progressivement appris la disposition de la maison, et un jour j’ai eu la bonne surprise de le voir se poser avec les autres dans le salon.

J'vous présente mon copain Wen Laï (mais l'appelle Wenou) et derrière c'est Gimmy. J'suis d'venu beau hein? et c'est qu'un début!
Paco et Wen Laï

 

Ensuite, les automatismes.

Tant que l’on n ‘a pas sondé la personnalité de l’arrivant, éviter les sources de clash. Exemple le plus classique : la gamelle. A la maison, les croquettes sont en libre-service, plus un repas en fin d’après-midi. Aucun soucis lorsque les chows se connaissent . Mais plus de self lorsqu’il y a un arrivant qui n’est pas toujours, mais souvent, affamé. J’isole l’arrivant pour la nuit, comme cela chacun dort tranquille ; et je lui mets des croquettes à disposition, ainsi, s’il a faim, s’il avait l’habitude de manquer, il peut se rassasier.

Lorsqu’il y a agressivité à la gamelle, il faut compter 3 semaines-un mois de nourriture à satiété pour que cela lui passe.

Ah? c'est pas ma gamelle? j'avais pas vu....
Paco: Ah? c’est pas ma gamelle? j’avais pas vu…. Vichnou: Pffftttt!

Idem pour les jouets qui traînent, à proscrire.

Idem pour la priorité aux passages de portes. Si la cohabitation est la solution choisie (chow pour une période indéterminée), je préfère ouvrir les portes à deux battants cela limite les risques d’incident….. cette précaution peut être moins nécessaire si on n’a que deux chiens, mais beaucoup de chiens qui veulent passer au même moment donnent souvent des chamailleries qui peuvent dégénérer en bagarre, principalement avec un nouveau venu….

Une expérience malheureuse m’a aussi appris à ne pas mettre deux chiens dans une même voiture, même s’ils ont l’air de s’entendre et qu’il n’y a jamais eu d’incident entre eux.

Attention ! Je ne parles pas de VOS chiens. (Les miens ont voyagé à 4 ensemble, plus le chat, et en parfaite harmonie). Je parle DU chien qui est là depuis un mois ou deux, en FA.

Car les bagarres entre chiens se passent rarement tout de suite, il y a un round d’observation de 3 semaines à un mois. Une broutille peut les déclencher. Et après, ce ne sera pas forcément permanent, mais toujours récurrent.

Dites-vous bien que lorsqu’une vraie bagarre éclate, vous en serez le plus souvent à l’origine :

  • une friandise donnée en douce que le chien ira manger dans la pièce à côté pour narguer les copains,
  • ou un os jouet qui traîne dans le jardin,
  • une caresse trop appuyée que l’autre voudra partager,
  • une cohabitation forcée, genre à l’arrière d’une voiture

De toute façon, quoiqu’il arrive, ce n’est pas la faute du chien, le chien est instinctif, la notion de bien ou de mal lui est totalement étrangère.

Enfin, si vraiment m’échoit un chow qui déteste radicalement les chats ? Qui est tout crocs dehors à la simple odeur de ses congénères ? L’association a toujours pu trouver une FA pour gérer ce genre de cas de figure, dans les meilleurs délais  car toutes les familles d’ accueil n’ont pas un chat, ou pas un chien, ou pas un chien du sexe honni.

Bobi, mon amour...
Bobi, une sainte horreur des chats!

Deux ans d’expérience comme FA et je ne compte plus les chiens qui sont passés à la maison, pour une nuit, pour une semaine, pour un an, ou qui sont là pour toujours.

Je ne les compte pas mais je pourrais le faire, car je me souviens de chacun d’eux, plus qu’eux même, parfois tout à leur anxiété, ne se souviendraient de moi s’ils me revoyaient.

Je ne conçois pas d’aimer mes chiens de façon exclusive, et si aujourd’hui beaucoup partagent ma vie, c’est aussi mon choix. Gerchi ma choisie, je suis la seule personne qu’elle n’ait pas chercher à pincer, elle est restée car je n’ai pas voulu trahir sa confiance, débordante, en moi ;

Gerchi la pinceuse, un noeud rouge signale le danger. "J'me demande lequel j'vais bouffer en premier..?"
Gerchi la pinceuse, un noeud rouge signale le danger.
« J’me demande lequel j’vais bouffer en premier..? »

Paco, ce sont ces soins quotidiens et à vie qui m’ont attachée à lui, et il est devenu si beau, si enjoué, que l’avoir près de moi est LA récompense qu’il me donne pour l’avoir soigné,

Paco
Paco

Wen Laï, c’est son âge et son signalement de mordeur (le pauvre!) qui le condamnait à l’euthanasie ou a finir sa vie dans un refuge, or c’est un chien à l’attachement profond et sincère, qui avait dû aimer ses ex comme il m’aime désormais et que son abandon a bouleversé….sans qu’il ne montre jamais la moindre agressivité, juste une extrême méfiance, six mois nécessaires pour un câlin matinal avec les autres chows, dans la chambre.

Qu'es t'as toi? qu'es t'as??
Wen Laï

« Ma » chowchotte, Stuppa, aura 15 ans en avril. Avec nous depuis 12 ans, toujours bon pied bon œil, il faut croire que tout ce passage lui fait travailler ses facultés cognitives.

sdr
Stuppa et Paco

« Mon » chow chow , Vichnou, que nous avons eu bébé, roi fainéant chronique de 11 ans, apprécie je crois tous ces chows, mâles et femelles, qui viennent déposer leurs empreintes olfactives sur son terrain, occasion pour lui d’aller couvrir leurs traces sans s’infliger des kilomètres de ballades avant de tomber sur une hypothétique odeur qui mérite qu’il s’y attarde.

Vichnou
Vichnou

Je ne parle pas du vieux berger allemand, Varoh, que les hasards de la vie ont fait échouer à la maison….

Varoh
Varoh

Pour conclure, quelques vers de Victor Hugo:

« Ô l’amour d’une mère, amour que nul n’oublie !

Pain merveilleux qu’un Dieu partage et multiplie,

Table toujours servie au paternel foyer !

Chacun en a sa part, et tous l’ont tout entier !