Girl

21 novembre: Girl se laisse passer un harnais et rentre dans la maison avec moins d’hésitation. Nous envisageons de la laisser sortir de l’enclos lorsque le passage de porte nous semblera consolidé.

Girl en balade

 

17 Novembre 2020:  Nous ne l’annonçons pas très souvent car nous sommes comme les chow chows: extrêmement méfiants quant à la nature humaine dont nous n’attendons rien de bon. Mais tout comme nos chers chow chows, une fois que l’humain a démontré son sérieux et que  la confiance est acquise c’est définitif; aussi lorsque les adoptants de I-ou-Shin et Simba ont pris contact pour nous dire qu’ils acceptaient Girl telle qu’elle était, avec ses craintes qui sont peut être rédhibitoires et avec sa tumeur qui est peut être cancéreuse, avec juste pour objectif d’offrir un havre de paix à cette chienne de 9 ans et de s’adapter à elle sans espérer à tout prix qu’elle s’adapterait à eux, (même si accepter n’empêche pas d’espérer), nous avons dit « Banco ».

Mais nous n’actualisons pas la page de Girl pour annoncer qu’elle est réservée.
Nous l’actualisons pour faire part de ses progrès!

 

Et en premier lieu retour dans un enclos puisque cela semble rassurant pour Girl qui, dans cet espace restreint accepte de se mettre à l’abri dans la maison.

Ensuite ce sont les rillettes qui au bout de quelques semaines ont fini par tenter la belle. D’abord posées sur les croquettes, où elle n’y touchait pas faute de connaître. Puis elle a goûté et apprécié. Du coup nous y avons glissé de l’Anafranyl, un anti-dépresseur, déjà utilisé pour Opium, de façon à ce que la vie paraisse plus rose et les apprentissages moins stressants.
Résultat?
Impressionnants! D’abord avec un jeune garçon, Luigi, amoureux des chiens et venu visiter les chows du Pays des Langues Bleues:

Girl, Luigi et les chowchows

Luigi caresse Girl

Depuis les progrès s’enchaînent, principalement envers les femmes:

  • Claire (sans Gummie ni Isaac) est passée au PLB en voisine pour voir si avec elle le courant passerait mieux qu’avec Sylvie  et Girl a essayé une balade en laisse, avec la laisse lasso, pour lui éviter la crainte du harnais.
  • Puis courte séance toilettage qui a permis d’investiguer dans la fourrure et mise à jour de quantité de croûtes sur des plaies de léchage, probablement dues aux puces, vu la quantité de déjections découvertes. Heureusement rillettes et Nexgard se marient très bien. Du coup on pourra aussi traiter les parasites internes avec Nexgard Spectra. Youpi!

Depuis, au Pays des Langues Bleues, Sylvie n’a pas lâché l’affaire et tous les jours apporte un peu de mieux: les caresses se font plus franches, l’esquive est moins dans la panique et on peut effleurer le dos de Girl sans entrainer une fuite effrénée, le passage de la laisse devient chaque jour moins stressant et la marche en laisse -sans sortir du terrain- moins hésitante.
Dans les jours qui viennent Girl sera entrainée au passage des portes, qui la panique toujours et il est clair que si elle était livrée à elle même, elle se réfugierait encore sous les arbres plutôt que dans la maison.

Ensuite elle rejoindra I-ou-Shin et Simba.
Bien sûr il faudra à nouveau lui laisser du temps, mais l’apprentissage de la vie en société, fait tout doucement au rythme de Girl ne sera pas à reprendre à zéro car comme chacun sait: « On grave sur le marbre bien plus malaisément que sur le sable 
mais  les choses y sont conservées bien plus longtemps« 

Novembre 2020

Girl a 9 ans.
9 ans passés dans un élevage parfaitement aux normes.
Un élevage où Girl avait la possibilité de profiter d’un extérieur ombragé et de se mettre à l’abri des intempéries à sa convenance.
Un élevage où elle côtoyait des copains chiens.
Un élevage où elle mangeait à sa faim.
Un élevage où elle n’a pas forcément été exploitée.
Mais un élevage où la relation à l’humain était limitée car lorsqu’on vit avec plusieurs dizaines de chiens on ne peut pas se comporter avec chacun d’eux comme avec des chiens de famille et ce n’est pas médire que de l’écrire.

Girl est arrivée au Pays des Langues Bleues voici deux mois.
« Ses dernières chaleurs ont eu lieu en juin, cela nous laisse le temps de la stériliser, super » pense Sylvie.
Sauf que non.

Si Girl a été super sage dans la voiture où son ex maîtresse l’a portée pour la déposer car Girl ne connait pas la laisse, depuis il est impossible de l’approcher.  Oh! Girl n’est pas agressive, non. Girl est totalement dans l’esquive….. ce qui constitue un léger mieux par rapport aux débuts où elle était dans la fuite.

Girl est incorruptible car elle ne connait aucune friandise. Vache qui Rit, rillettes, récompenses pour chien, rien de cela ne fait sens.

Girl est incorruptible car les caresses, elle ne connait pas.

Girl est incorruptible car la laisse pour partir en ballade, ça ne lui parle pas.

Suivre les autres chiens pour renifler ça et là, oui.
Suivre les autres chiens lorsqu’ils rentrent dans la maison, c’est non. Blocage devant la porte.
A la longue, si on s’accroupit dehors, si on tend les doigts, Girl se laisse caresser le museau. Si on bouge pour tenter plus, elle fuit.

Quelques fois, les jours ou les nuits de grosses pluies, en ouvrant la porte à deux battants, Girl est rentrée et elle a pu rester à l’abri. Mais l’espoir qu’elle comprendrait que dedans aussi les chiens ont leur place a été déçu. Peu importe que tout le monde prenne ses aises sur un couchage, Girl reste debout, filant telle une flèche à  la moindre suspicion que quelqu’un veuille l’approcher…

Du coup la stérilisation est impossible car même à supposer que l’on puisse l’emmener chez le véto, il serait impossible ensuite de lui faire avaler les antibios et les anti inflammatoires. Et en supposant qu’il y ait un problème post op, impossible de l’attraper pour retourner consulter. Pourtant la stérilisation serait bien nécessaire car on voit sous le ventre de Girl une tumeur dont on ignore si elle est mammaire et bien sûr si elle est cancéreuse ou non.

Voilà Girl.
A part ces difficultés d’approche, Girl est extrêmement facile à vivre, compatible chie(ne)s et chat et pas du tout aboyeuse. En deux mois, au PLB on ignore encore le son de sa voix.

Evidemment impossible d’envisager de déparasiter Girl, ni de la brosser, ni de la vacciner.
Sylvie espère un déclencheur par l’exemple.
Ne pas oublier que Girl s’est laissée prendre dans les bras par son ex et qu’apparemment cette dernière avait pu la brosser.
Peut être qu’un jour Girl finira par suivre les chowpains lorsqu’ils rentrent pour la nuit?
Peut être q’un jour Girl finira par se laisser tenter par cette Vache qui Rit dont tous sont si friands?
Peut être qu’un jour Girl finira par cesser de remuer la queue de loin lors de la distribution de caresse et qu’elle approchera franchement au milieu de la troupe?
Si ce jour là arrive, ce sera gagné car c’est elle et elle seule qui aura surmonté ses craintes. Mais en attendant il faut supporter de la savoir dehors lorsqu’il fait froid ou pis, lorsqu’il pleut car Girl ne cherche pas à s’abriter, elle dort roulée en boule sur la pelouse ou le gravier.

Si une autre famille pense pouvoir faire mieux nous tenterons de piéger la belle pour l’emmener dans son nouveau foyer.
Présence d’un autre chien sympa souhaité.

Vous?