Yin et Yang

Décembre 2022

Si, lorsque nous avons rencontré Yin et Yang, nous nous sommes dit, comme souvent, qu’ils pourraient être adoptés séparément, que cela ne serait peut être même pas plus mal, que Yang, 7 ans, l’ainé, écrasait peut être la personnalité de Yin, plus jeune de 2 ans, nous avons assez rapidement changé d’avis.
Yin et Yang s’entendent bien, tout simplement.
Pourquoi les séparer alors que très souvent, après quelques mois ou quelques  années les adoptants d’un chow souhaitent lui donner un compagnon ou une compagne, ce qui pose toujours le problème de la compatibilité entre les chiens?
Yin et Yang s’entendent.
Yin et Yang sont de vrais amis, aucun n’étouffe l’autre, les friandises sont prises ensemble, aucune jalousie, aucune protection de ressource, aucune tentative de se mettre en avant de la part de Yin, aucune crainte de la part de Yang.
Yin et Yang ont traversé l’épreuve du changement de vie ensemble, se soutenant mutuellement.
Lors de la castration de Yin, les quelques heures de séparation ont suffit à déclencher un hot spot à Yang, qui a cessé ses gratouilles au retour de Yin.
La décision était donc évidente: nous attendrions le temps nécessaire mais Yin et Yang seraient adoptés ensemble.

Yin et Yang sont arrivés au Chowpôle fin octobre. Très méfiants.
Durant 3 bonnes semaines impossible de les  enfermer dans leur chambre pour dormir; s’ils acceptaient de rentrer, et même de se coucher sur leurs couettes, il suffisait de rentrer dans leur pièce pour qu’ils fuient se mettre en sécurité à l’extérieur.
A côté de ça, bon appétit, pas d’aboiements, une certaine impassibilité et absolument aucune agressivité.
Tous les jours, nous proposions des Vache qui Rit, jamais acceptées dans la main mais toujours mangées lorsque personne n’était en vue.
Certainement par Yin car c’est lui qui le premier a accepté de les prendre dans la main. Au bout de ? 15 jours? trois semaines? Yang a suivi. Avec plus de méfiance.

C’est pour quoi?

Si spontanément les deux chowpains ne recherchaient pas la compagnie et se suffisaient à eux mêmes, une fois qu’on leur avait mis la main dessus ils étaient parfaitement manipulables.
Pour preuve leur passage au toilettage quelques jours après leur arrivée:

Mais sitôt libérés…..

Vous m’attraperez plus, na!

C’est Yang qui a été castré en premier, courant novembre.
Nous en avons profité pour soigner une belle otite dans l’oreille droite; Application de Neptra, effet sur 1 mois, car nous n’étions pas certains de pouvoir lui faire des applications bi-quotidiennes.

Ah! te v’là avec tes produits? j’me casse.

Pour Yin c’était plus compliqué.
Outre la stérilisation il est vite devenu évident il fallait opérer du voile du palais car avec la décontraction est venu le jeu et avec le jeu sont venues les courses et avec les courses un raclement de mauvais aloi s’est fait entendre accompagné d’étouffements à fendre l’âme.
Alors nous sommes allés le faire castrer et opérer du voile du palais à Cognac par le Dr Hersan qui fait les deux opérations au cours d’une seule anesthésie.
C’était le 13 décembre.
Yang était du voyage pour soutenir moralement son chowpain.
RV à 7h30, endormi avec nous, récupéré à 16h.  Tout s’est bien passé. Le voile était épais et long.
Pour bien comprendre ce qu’est la gêne d’un chien au voile du palais trop long il faut s’imaginer avec ça dans la  glotte:

Un ou des bouts de chair de 3 cm, épais, gluants, qui collent et obstruent le passage de l’air, donnant au chien l impression d’étouffer à chaque inspiration. Plus il respire vite (en cas de chaleur, de stress ou d’effort) plus il s’étouffe, plus il s’étouffe et plus il panique et il entre alors dans la spirale du coup de chaleur.
Concernant les chows, autrefois, ils n’étaient pas des chiens porteurs de cette malformation, les chows étaient faits pour la vie.

chow chow en 1915

Maintenant ils sont devenus brachycéphales et ce sont pour la plupart des pathologies sur pattes:

Fidji, dysplasie des coudes, voile du palais, rupture des ligaments croisés, décédée à 9 ans…

Parfois on peut opérer ces malformations, on opère l’entropion, on opère le voile du palais, on fait des liftings, on fait des rhinoplasties, on fait des arthroscopie pour les coudes, des TPLO pour les ligaments croisés; mais parfois on ne peut rien faire, il n’y a pas d’opération possible.
C’est le cas pour Yang.

Ch’uis fichu?

Sur le trajet du retour vers le Chowpôle, alors que Yin  émergeait tranquillement de son opération en dormant d’un sommeil sans rêve Yang nous a fait très peur. Il s’est mis à hoqueter, puis à vomir, à vomir de la mousse seulement, et on sait ce que cela peut signifier.
Arrêt sur une aire à hauteur de Poitiers pour vérifier qu’il ne faisait pas une dilatation. Tout semblait normal.
Mais les renvois ont continué, de plus en plus nombreux, paniquants; Il ne fallait pas s’arrêter, il fallait rouler et réfléchir.
Continuer jusqu’au Chowpôle?  Et si Yin faisait bel et bien une torsion d’estomac? il n’y a pas de clinique dans les environs pour opérer, on le sait depuis que c’est arrivé à Paddy et en matuère de SDTE la rapidité de la prise en charge est la clé de la réussite…
La meilleure solution:  s’arrêter à TourainVet qui était sur la route , à Tours, mais ils ne traitent que des cas référés…
C’est là qu’on apprécie d’être une équipe! une équipe solide, soudée et qui a les nerfs. Un appel à Sophie qui comprends aussitôt l’ urgence, se met en devoir d’appeler la clinique du Lude qui nous connait désormais et qui croit ce qu’on lui raconte. Ils nous réfèrent à TourainVet sur nos simples dires, nous arrivons à 19h passées, un brancard attend Yin, il est enmené pour être examiné aussitôt… Le temps parait long pour qui attend. Heureusement Yang va bien, il respire tranquillement toujours bien installé dans le coffre.
30 mn après, le verdict: il n’y a pas de SDTE, echo normale, analyses de sang et d’ urines normales, seule la radio révèle une trachée en zigzag, écrasée par endroits, dilatée à d’autres. La jeune vétérinaire de garde veut le garder pour la nuit et continuer les examens le lendemain. Nous refusons.
Si Yin doit mourir ce sera dans un endroit qu’il connait, au calme, avec son frère de coeur, pas dans une cage dans une clinique vétérinaire.
Nous signons une décharge et continuons les 45 mn de route pour arriver au Chowpôle. Le trajet est moins angoissant car Yin a reçu des injections d’anti-spasmodique et d’anti-inflammatoire et elles agissent vite.
On s’installe pour la nuit au chevet des deux loulous, la nuit est calme.
Le lendemain Yin va bien. On annule le rv pour les examens complémentaires.
Que s’est-il passé?
Le stress. Le stress de cette journée sans Yang. Peut être aussi deux Nuggets offerts pour faire passer le temps…
Le stress mais aussi cette trachée en zigzag, écrasée, autre symptôme de la brachycéphalie avec le voile du palais trop long et les narines qui ne laissent pas passer l’air.
Respiration, déglutition, digestion. Trois réflexes naturels et vitaux qui ne sont pas naturels et pourtant vitaux chez les chows surtypés.
Il n’y a pas d’opération possible pour Yin.

La convalescence de Yang a duré 15 jours.
Difficile pour lui de manger, la douleur d’abord, puis la crainte d’avoir mal.
On maintien le convalescent avec de la mousse à diluer qu’on donne en seringue. Pansements gastriques. Anti-inflammatoires. 5 jours.
L’envie de manger revient peu à peu.
Il faudra 8 bons jours pour être tranquille, même si Yang bave encore beaucoup.

Lorsqu’il n’y a plus aucune raison pour garder encore Yun et Yang ils partent retrouver leur adoptante. Il faut retraverser la France.
Pas de co-voit pour éviter toute source de stress. Voyage d’une seule traite. 7 h. Lres voilà posés dans leur nouvel environnement. Consignes habituelles. On n’enlève pas la laisse avant d’être sûre qu’ils rentrent sans hésitation…
Consignes pour ainsi dire inutiles.
En quelques heures  Yun et Yang étaient chez eux!

Le soir même de l’adoption

 

On ne dira jamais assez les vertus du passage en FA! Les FA essuient les plâtres. On récupère des chiens à tout le moins perdus d’être, souvent pour la première fois, séparés des humains dont ils ont l’habitude et il faut les aider à dépasser ce trauma, il faut les accompagner dans la découverte d’une autre vie… et ils sont prêts à voler de leurs propres ailes, à explorer le monde dont on leur a donné les clés..

Ying et Yang ont trouvé la famille qui est faite pour eux, tranquille.
Ils sont deux, ils ont 7000 m2 à découvrir, ils sont ensemble et ça leur suffit.

Ils ne seront pas sollicités pour aller marcher sur l’asphalte par temps de canicule et ils ne seront pas stressés par un changement d’environnement car les vacances se passent à la maison, en compagnie de mamie et papy qui habitent sur la même propriété.

Les vidéos arrivent: manifestement Yin et Yang sont heureux.
Yang est parfaitement remis de son opération, c’est magnifique de le voir prendre plaisir à courir sans râcler, sans s’étouffer. On dirait que lui même découvre ce nouveau bonheur, il ne s’arrête pas….

 

Yin, lui, a découvert une activité plus contemplative, ….. ce qui nous conforte dans l’idée que Bacchus n’est pas un vrai chat car au Chowpôle Yin ne lui avait accordé qu’une attention extrêmement modérée…  Reste calme Yin! ménage ta trachée!