Archives de catégorie : chows adoptés en 2022

Paddy

Octobre 2022:

Ci-dessous nous allons vous présenter Paddy.


Nous allons aussi vous raconter une belle histoire, celle qui se tisse entre une famille et un chien, pas forcément le plus beau ou le plus jeune. Parce que le coup de coeur, le vrai, celui qui fait que l’on restera ensemble la vie entière, ce n’est par sur ces critères qu’il nait.
Vouloir adopter le chow le plus beau, ou le plus jeune, c’est chercher la bonne affaire au prix associatif, ça n’a rien à voir avec la protection animale. Et le critère de la couleur encore moins! Il y a des élevages pour ça où vous pouvez faire votre marché et des animaleries, pour quelques temps encore.

 

 

Paddy a 3 ans et depuis 3 ans Paddy se bat pour survivre, c’est toute la triste histoire de sa vie.
Paddy, c’est aussi  la belle histoire d’humains qui se sont relayés auprès de lui pour lui permettre d’être encore là aujourd’hui.
Là, ça veut dire « vivant », et pas seulement « survivant ».

Paddy est arrivé par une chaude journée de juillet au Chow Pôle : la voiture pour la première fois, le trajet, pourtant pas très long, puis l’installation dans un nouvel environnement ont étés une dure épreuve pour lui. À tel point que sa température est montée rapidement à près de 42 °, coup de chaleur! 
En l’absence de Sylvie ce sont Marie-Noëlle et Richard qui ont enclenché le protocole d’urgence en cas de coup de chaleur : doucher le chien à l’eau pas trop froide  jusqu’à atteindre la peau, surveiller la température, et tâcher de la faire baisser jusqu’à 38,5 °, température normale d’un chien.
Depuis une expérience avec Louki où elle s’est montrée incroyablement efficace,  dans de tels cas nous faisons aussi appel à Maud, maman de Florine, qui barre parfaitement le feu.

Après plus d’une heure de soins et d’angoisse, c’est posé sur une dalle de béton fraîche que Paddy a enfin retrouvé une température normale et une respiration plus calme.

La situation d’urgence était passée et Marie-Noëlle et Richard avaient subi avec succès leur baptême du feu, celui de ces situations d’urgence où il faut décider et agir efficacement, sans paniquer, parce qu’il en va de la vie d’un animal que nous nous sommes fixé pour mission de sauver, parfois, et de protéger, toujours.

 

Les jours suivants Sylvie, Sandrine, Marie-Noêlle et Richard ont pu faire posément le tour des divers handicaps de Paddy: principalement des yeux carrément fermés par des doubles entropions bilatéraux et purulents à longueur de journée, évidemment….

… mais aussi un voile du palais important gênant en permanence la respiration et la déglutition,  accessoirement une allure peu commune dans l’ arrière-train (peut être conséquence  des hésitations dues à sa cécité), une perte de poils à des endroits laissant supposer une hypothyroïdie, des dents déjà entartrées, des oreilles et une peau suintantes de gras, sans trace de hot spot ni d’otite, heureusement pour ce pauvre loulou déjà bien amoché.

A ce stade, à part lui prodiguer de réconfortantes caresses, des soins locaux pour soulager ses yeux, des gamelles bien pleines et un bon toilettage nous ne pouvions rien faire d’autre qu’attendre le rv vétérinaire.

Jusqu’à ce fameux jour du mois d’août…..
Ce dimanche matin là, Paddy, habituellement joyeux malgré tout,  portait sa queue basse, ses flancs se soulevaient à chaque inspiration, son souffle crépitait un peu, nous incitant à prendre sa température.  Par chance Paddy est un petit trésor parfaitement confiant en l’humain.

Bingo! sa température était trop élevée, flirtant avec les 40°.
Le ventre nous semble souple et nous pensons à un problème pulmonaire.
Départ en urgence chez le vétérinaire de garde au Lude, radio et…. diagnostic de dilatation de l’estomac avec possible retournement.
Il faut se rendre à la clinique de Tours, Tourrainevet qui pourra donner les soins nécessaires. Il s’agit d’une urgence vitale.
Sandrine et Sylvie  repartent avec le petit Paddy dans les bras, des serviettes fraîches et humides données par la clinique de garde et une aiguille pour trocarder si Paddy est en souffrance durant le trajet. Hum…. geste jamais fait mais qu’on se fait expliquer, en cas de vie ou de mort, il n’y a pas le choix.
Les 50 minutes qui suivent sont angoissantes.
Mais il faut garder son self-control pour être efficace et rassurer Paddychou….
Enfin arrivés, nous sommes pris en charge….. après 20 minutes d’attente. C’est court. C’est interminable.
La torsion d’estomac est rapidement confirmée, il va falloir opérer.

 

Sandrine et Sylvie repartent sans leur protégé, la boule au ventre.
Elles ne prononcent pas les mots mais tout dans leurs regards et leurs attitudes montre qu’elles pensent ne pas revoir Paddy vivant.
Elles trainent en voiture, pour ne pas rentrer, comme si rouler, regarder le paysage qui défile conjurait le sort…
À 15 h, le vétérinaire appelle….. Paddy a été opéré avec succès, une gastropexie a été pratiquée pour préserver l’avenir.
Paddy est vivant !
Soulagement!
On oublie la facture de 1800 e car le miracle attendu s’est produit!
Mais le vétérinaire prévient: pour respecter la déontologie la seule torsion a été opérée, Paddy a probablement aussi une infection pulmonaire que le véto généraliste devra soigner au plus tôt.
Sans parler d’un état général que le chirurgien laisse aussi au généraliste le soin d’explorer…

Sandrine et Sylvie n’ ont pu aller chercher Paddy que le lendemain dans le courant de l’après-midi.
Et le retour qui devait être une joie, n’ a été qu’inquiétude.
Paddy était apathique, fiévreux, il respirait péniblement.

Et pour cause, l’urgence vitale avait été traitée mais les poumons avaient besoin d’ une antibiothérapie adaptée  puisque , manifestement,  l’antibio utilisé durant l’opération de la torsion n’avait pas amélioré la fonction pulmonaire  Paddy  respirant bien plus mal que la veille. Antibiothérapie hélas impossible à mettre en place le soir même, fautes d’avoir pu récupérer Paddy assez tôt dans l’après-midi. Une fois de plus, rester hospitalisé plus que nécessaire (il aurait pu sortir en fin de matinée…) aurait pu  être funeste à Paddy….

Le lendemain Paddy était trop faible pour être transportable.

Heureusement, prenant conscience de l’extrême gravité de l’état de Paddy, le vétérinaire à bien voulu prescrire un autre antibio et de la cortisone qui  se sont avérés rapidement efficaces.

Mais un autre problème s’est rapidement révélé : à cause d’un voile du palais bien trop long et trop épais qui lui obstrue la trachée Paddy a été blessé durant l’intubation  et, souffrant, ne voulait rien manger. Sylvie avait connaissance d’une  pâtée enrichie qu’on peut mélanger à de l’eau et qui sert à nourrir lors de la pose de sondes gastriques. Elle peut aussi être donnée à la seringue. Additionnée de Nutrigel c’est cela qui a permis à Paddy de reprendre des forces et retrouver confiance en sa possibilité de se nourrir sans souffrir. L’antibiotique a été écrasé dans des rillettes, l’anti-inflammatoire donné par injections.
Ouf, une fois de plus tiré d’affaire.

 

Evidemment ces 2 événements où  Paddy a frôlé la mort n’encourageaient guère à faire les chirurgies pourtant indispensables : voile du palais et entropions.
Et pourtant l’expérience nous apprend qu’un chien peut mourir des conséquences d’une fausse route, elle-même conséquence directe d’un voile du palais trop long et trop épais. Certes…..
Et pourtant l’expérience nous apprend aussi que même si un chien a les yeux obstrués par l’entropion, parfois, une fois opéré il peut voir…
Mais les risques anesthésiques sont bien réels aussi, les risques post-opératoires également….  Et si le cœur de Paddy s’arrêtait de battre pendant l’opération ?…. Et s’il repartait en coup de chaleur et en dilatation après son réveil ?…..
Nous y avons tous pensé.
Mais Paddy ne pouvait pas continuer de vivre ainsi car , nous l’avons dit, sa vie n’était qu’une lutte pour sa survie: TOUT était un effort pour ce petit chien: manger, respirer, marcher. Même son sommeil n’était pas réparateur.
Alors, le choix était fait, Paddy serait opéré.

Le choix du vétérinaire est porté sur le Dr Hersant et son équipe à Cognac, parce qu’elle pratique en une seule anesthésie toutes les opérations dont Paddy avaient besoin. C’est lourd, mais il n’y aurait pas à y revenir et que nous savions que si Paddy s’en sortait il faudrait attendre des mois pour ré-anesthésier ,  Paddy ne devait plus supporter autant de souffrance.
Egalement parce que personne de l’équipe n’était certain d’oser prendre encore le risque d’une nouvelle anesthésie…

La consultation pré-operatoire a été longue car Paddy avait de multiples pathologies:


– Les yeux invisibles à cause des entropions ET  des chairs  collées sur les globes oculaires.
– Les articulations pas totalement fonctionnelles,
– Les dents recouvertes de tartre,
– Le fond de sa gorge obstrué par un voile du palais trop long, trop épais et une langue trop grosse.
Sandrine, qui pour des raisons de proximité géographique avec la vétérinaire était devenue la famille d’accueil de Paddy a été  informée des risques et du pourcentage de réussite … assez bas.
Même le Dr Hersant hésite à opérer.

Deuxième long voyage de Paddy, confiant cette fois.

 

C’est la boule au ventre, encore une fois,  que Sandrine a accompagné son  protégé au petit matin.
C’est avec ses encouragements, un dernier câlin et la promesse de revenir le chercher très vite après son réveil qu’elle l’ a regardé partir pour la salle d’opération.
C’est avec la main posée sur le téléphone qu’elle a passé la matinée, attendant et craignant à la fois l’appel de la clinique.
Ce matin là, tous ceux qui avaient tenu Paddy dans leurs bras, tous ceux qui l’avaient sauvé une première, puis une seconde fois, tous ceux qui avaient rencontré Paddy pensaient à lui.

Même Bailey’s

Et bien sûr Maud pratiquait des soins énergétiques depuis la veille pour mettre toutes les chances du côté de ce petit coeur sur pattes.
C’est à 11h30 que le téléphone a sonné…  Le corps  et l’esprit de Sandrine étaient tendus, prêts à entendre le pire, comme dans un état second.
Mais le pire n’est pas annoncé!
Alors les explications qui suivent mettront un certain temps à monter au cerveau… Paddy est vivant! Paddy est vivant! Paddy est vivant! ….  Une avalanche de diagnostics et de pronostics sont assénés à Sandrine qui assimile surtout la conclusion: il faut que Paddy reste la nuit suivante à la clinique…

 

En peu de temps, l’équipe se concerte et conclue que s’il doit mourir c’est préférable pour lui de mourir dans les bras de sa famille d’accueil au sein de laquelle il est déjà en confiance, qui sera toute réunie pour lui tenir la patte, le caresser entre les deux yeux, l’endroit préféré de petit Paddy pour recevoir des câlins, pour lui parler et le rassurer à l’approche de la fin.
De plus, prudente,Sandrine s’est assurée que son vétérinaire habituel, qui est aussi celui des chows de l’ association et qui est à quelques minutes de chez elle serait de garde et accepterait d’intervenir sur Paddy pour le cas où le post-op se passerait mal.
Il faut dire ici que tous les vétérinaires n’acceptent pas de prendre un animal en charge lorsqu’il n’a pas été opéré par eux, ils se retranchent derrière la question de la  responsabilité, ou de la déontologie. Mais quid de la non assistance à animal en danger? Cette notion n’existe-t-elle pas pour les animaux? Ne pas intervenir et risquer la mort d’un animal est-ce bien déontologique?
C’est à 14 h, avec une décharge de responsabilités signée  par Sandrine que petit Paddy, faible sur ses pattes, reprend le chemin du retour vers la maison qu’il connaît désormais.

Quelques gorgées d’eau, dodo , pipi , quelques gorgées d’eau, pipi, dodo, tout semble aller bien jusqu’à 22 h…
Là, un froid transperce la famille jusqu’aux os, sans trop savoir pourquoi, juste une pré-science que quelque chose ne va pas…
C’est l’heure de se coucher et Paddy ne se couche pas.
On pense à la douleur, à la gêne, alors on l’installe près de Gucci afin qu’il le rassure par sa calme respiration. Et ça fonctionne….. 30 minutes.


Alors, c’est le scénario qui avait été envisagé et balisé qui devient réalité: Sandrine appelle le vétérinaire de garde, qu’elle avait prévenu quelques jours auparavant de cette opération à hauts risques  sur un chow de l’asso.
Paddy est mis dans la voiture, il est minuit passé à l’arrivé en clinique. Paddy est immédiatement pris en charge. Radio…  Dilatation avec estomac encombré d’eau.
Il faut le vidanger.
Heureusement la gastropexie devrait empêcher une nouvelle torsion…
Perfusion durant 2 h.
Sandrine repart après avoir convenu avec le vétérinaire qu’il l’appelera  si Paddy ne s’endort pas et monte en stress.
Nuit évidemment blanche, mais pas d’appel.
À 8h, Sandrine est devant la clinique, Paddy l’ y attend.
Il a à nouveau fait un grand bras d’honneur à la mort.
Non, décidément, Paddy veut vivre.

Mais une question taraude Sandrine: comment l’ estomac a t-il pu ne pas se vidanger alors qu’ elle  voyait Paddy uriner? D’après le vétérinaire c’est parce que l’urine évacuée provenait de l’eau bue avant l’opération, ainsi que de la perfusion durant l’opération et les heures qui ont suivi.
Sandrine a eu l’impression de donner peu d’eau et de manière fractionnée. Mais elle a eu tort. C’était trop. Le vétérinaire dit aussi qu’un chien n’est pas déshydraté à la sortie d’une opération car il a reçu une perfusion. Par contre, comme nous, il peut avoir la gorge sèche et douloureuse, surtout après une opération du voile du palais. Pour  remédier à l’inconfort,  il faut ne donner que  quelques gorgées d’eau ou, mieux encore, hydrater d’ un pshittt d’eau en brumisateur. Le chien, apaisé par ce rafraichissement ne montera pas en stress, et il n’aura pour autant pas bu.

Cela fait  maintenant plus de 15  jours que Paddy a reçu les soins chirurgicaux nécessaires à sa survie et à son confort.

Nous remercions sincèrement le Dr Hersan de ne pas l’avoir affublé d’une collerette et autres pansements qui l’ auraient gêné .
Aucun fil visible autour des yeux. Un travail formidable!
Paddy est resté en post-op  libre de ses mouvements, du moins autant que la nature, sa nature, lui octroie cette liberté.
Car Paddy est aveugle et  il le restera.
Mais ne souffre plus à cause des cils qui frottaient la surface des yeux.
De yeux, il ne reste pas grand chose en réalité: des ulcères à répétition, non soignés ont fini par perforer l’œil gauche. L’œil droit est dans un état légèrement meilleur, ou bien  il faudrait dire, un peu moins pire.
Durant l’anesthésie, des radios ont été faites, montrant des poumons en mauvais état, probablement dû à des séquelles de fausses routes alimentaires ou salivaires qui se sont soignées comme ça a pu.
La trachée est pratiquent invisible.
Côté voile du palais, c’est un morceau énorme qui a été retiré, le maximum possible, laissant apparaître enfin, un petit trou pour le passage de l’eau, des aliments et de sa salive. Et dire que c’est 100 fois mieux qu’avant!…

3.5 cm de voile du palais enlevé

Nous avions précisé au Dr Hersan  que la castration n’était pas une priorité et de ne la faire que si les constantes étaient bonnes et que si  la durée d’anesthesie était convenable. Et ça a été fait.  Et c’est une bonne chose car au moins Paddy ne risque pas de faire accidentellement des petits et leur transmettre ses pathologies

 

Sandrine: « Nous avons accueilli Paddy comme bien d’ autres chows. Avec ceci de différent  que nous l’avons vu par deux  fois dans un état critique, qu’ il a fallu agir, prendre des décisions, rassurer ce petit chien qui n’est que gentillesse et bonne humeur.

A ce jour, et à notre connaissance, Paddy a frolé la mort par 3 fois.
Il a été multi-opéré.
Il dort beaucoup. Le Dr Hersant nous a expliqué cela par le fait que son sommeil jamais été réparateur avant de l’avoir soulagé de son voile du palais.


Paddy aime manger et pas que sa pâtée. Il demande désormais à table tous les petits à côté qui sont quotidiens chez Gucci et Nina. Il faut le voir se précipiter, prendre un pas de plus en plus assuré en se dirigeant vers Joël attablé, car c’est lui qui donne les meilleurs morceaux. Moi je ne propose que des tomates et des haricots verts, beaucoup moins goûteux du point de vue de tous les chiens de la maisonnée, adoptés ou de passage.

Quelques jours après son arrivée chez nous,  une promesse a été faite entre les 4 humains de la maison :  s’il survivait, Paddy ne quitterait plus cet endroit qu’il a fait beaucoup d’efforts pour s’approprier, dehors, dedans, la végétation, le mobilier, la présence des autres chows…

On le lui a dit, on le lui  a répété, en espèrant ainsi lui donner la force et l’envie de ne pas se laisser abattre.
Et cela a fonctionné!.

En vivant Paddy nous a fait un immense cadeau : il a largement rempli sa part du contrat et c’est pour nous une évidence, Paddy est désormais le petit troisième de la maison.
Et nous n’oublions pas pour autant Noisette et Jewenn  
(décédée d’une fausse route à cause du surtype) dont les souvenirs sont quotidiens ».

 

Croisée: Canisse

Septembre 2022.

Mais qui est donc cette nouvelle pensionnaire du Pays des Langues Bleues? C’est Canisse, une fifille d’ une bonne quinzaine d’années.
Sous réserve que l’évaluation de son âge soit le bon, Canisse détient, à l’asso , le reccord du plus vieux chow chow abandonné….

Son histoire avec nous a commencé un jour d’été, par un article paru dans La Dépêche du Midi:

Il y est question de 5 chiots croisés, déjà réservés, de leur maman, qui elle est toujours au refuge, et de Canisse, croisée chow chow de 16 ans arrivée là suite au décès de son humain.
En peu de mots toujours la même ritournelle bien connue de toutes les associations de protection animale: bousculade pour adopter des chiots, même croisés, l’important est qu’ils soient JEUEUEUEUEUEUNES, leur mère, la pauvre, on s’en bat les flancs… Et Canisse, tellement vieille qu’elle n’a plus qu’à mourir au refuge, 16 ans, pensez donc! Qui la voit? qui s’émeut de son sort en passant dans les travées du refuge?  Elle est vieille, elle est maigre,  elle est moche, le refuge lui a donné un traitement contre les puces mais son arrière-train est totalement dépourvu de poils, les croûtes de sur-infection la démangent, elle aboie pour attirer l’attention , l’attention à laquelle , depuis 16 ans elle était habituée, et ne recueille qu’indifférence en retour: comment lutter avec les fameux chiots tout mignons?

Savoir cette vieille chowchowtte, en refuge nous bouleverse: même croisée, Canisse est un membre de notre famille, et on n’abandonne pas la famille.
Contact est ausitôt établi avec le responsable du refuge cité dans l’annonce.
C’est Laure qui ira chercher Canisse quelques jours plus tard et qui la remontera à Sylvie lors de la balade du lac des Sapins.

Laure: « Tu verras, Canisse est très en forme pour son âge. Elle est un peu raide mais se déplace bien. Elle est très maigre mais elle a bon appétit, pour tout sauf pour les croquettes😉, elle reprendra quelques kilos.
Elle a tout de suite adopté le confort d’une panière.
Ses poils repoussent.
Elle est très sympa, tant avec les chiens qu’avec nous.
Elle vivait avec des chats,  et deux autres chiens, mis au refuge eux aussi.
Ben tiens! En cela aussi toujours la même ritournelle, qu’il s’agisse de n’importe quel animal, de n’importe quel chien, de race ou croisé: pour la plupart des gens, l’important est de ne pas blesser mamie, ou tonton, ou même le voisin ou l’ami car il ne faudrait pas qu’il change ses dispositions testamentaires, ou n’en prenne pour protéger son vieux compagnon: alors on promet! « Mais bien sûr papy qu’on s’en s’en occupera bien de ton chien!« .
« Bien s’occuper du chien », c’est le plus souvent prendre contact avec une asso  -et parfois même du vivant du futur  « cher disparu » – afin de se débarrasser très vite de Médor: « C’est qu’on voudrait bien, mais on peut point, on a déjà des chiens » larmoie-t-on ou des chats, ou on bosse, ou on vit en appart, ou ou ou…
Ok, vous ne pouvez pas, cela peut se comprendre.
Mais pourquoi vous ne le lui dites pas à mamie, à tatie  ou à Robert que la seule humanité dont vous ferez preuve à l’égard de son vieux compagnon c’est de ne pas l’attacher à un arbre? « On veut pas lui faire de peine, c’est déjà dur pour lui. »
Bande de faux culs…

Canisse, elle, vous remercie de l’avoir abandonnée.
« Même si les premières semaines ont été difficiles, parce qu ‘ a 16 ans, j’avais toute une vie d’habitudes avec mon papy , j’ai rencontré des gens bien gentils, aux petits soins avec moi.
Au refuge d’abord.  Même s’ils ont l’habitude de la misère j’ai bien vu qu’ils avaient beaucoup de peine pour moi, ils ont fait tout ce qu’ils ont pu pour que je me sente le moins perdue possible, et puis ils m’ont aussi guérie de toutes les puces que j’avais car papy, il était gentil mais la notion d’hygiène pour les animaux, ça lui passait au dessus de la tête.

Ensuite il y a eu Laure qui est venue me chercher, on est restées 15 jours ensemble.
Puis il y a eu la découverte du lac des Sapins, la voiture durant des heures, la nuit en gîte…  je ne connaissais pas tout ça mais je suis confiante, mon papy il était gentil avec nous, les chiens et les chats, et du coup les humains ils me font pas peur,  j’aime dormir dans leur chambre, je sais demander à table…

T’es qui toi?

Je suis repartie du lac des Sapins avec Sandrine et Clothilde.

Là ch’uis en promenade avec Sandrine

J’ai vécu 15 jours avec encore des chow chows, Gucci, Nina, Paddy… Chez Sandrine et sa famille, on s’occupe super bien des chiens…

Un bon bain, et même plusieurs, ça fait du bien!

je crois que Paddy va bientôt vous raconter son histoire, Nina et Gucci vous les connaisez déjà…

J’ai tout de suite adopté le panier réservé aux chienvités.

Et puis je suis arrivée au Chowpôle, le Pays des Langues Bleues comme ils l’appellent.
Sylvie, elle avait dit qu’elle voulait m’adopter mais je sais bien que Laure et Sandrine, elles m’auraient bien gardée aussi.
J’ai perdu mon papy mais j’ai trouvé 3 mamans, prêtes à veiller sur moi. Ch’uis trop contente et je crois que je vais profiter encore longtemps des plaisirs qu’offre la vie.

J’vais m’plaire ici….

Tito

Septembre 2022

Nous la commençons comment l’histoire deTito?
On vous la fait science fiction? « Au secours!!! notre chiot s’est transformé en mooooonstre! »
On vous la fait fait manchette de journal? « Comment un chiot de moins de deux mois s’est retrouvé bloqué dans un appartement sans la moindre sortie »
On vous la fait rapport de police? « Tito, 9 semaines, abandonné »

A vrai dire, depuis que nous avons récupéré Tito nous sommes tous pris de l’envie de rire et l’envie de pleurer…..
L’envie de pleurer, c’est lorsque nous pensons à Tito, né dans un élevage qui fait du « pure race non lof » et arraché à sa fratrie à moins de 8 semaines, ce qui laisse supposer, de la part de son éleveur, des conditions de sevrage olé-olé et  aucune préocupation pour évolution psychique des chiots qu’il produit.

L’envie de pleurer c’est lorsque nous constatons que cet innocent bout de chien vit dans un appartement couvert d’alèses pour qu’il puisse se soulager mais sans aucun contact avec le monde extérieur…

L’envie de pleurer c’est lorsque son acquereuse nous dit que son conjoint ne voulait pas du chiot et qu’elle même est impotente et donc incapable de le sortir. Tito a donc été acheté avec l’intention de ne jamais le sortir!

L’envie de pleurer c’est lorsqu’on comprend que peu importent à certains « éleveurs »les conditions de vie du chien, l’important c’est de vendre et seulement de vendre.

L’envie de rire c’est lorsqu’on pense que Tito, chiot de 2 mois, est qualifié de monstre par son acquereuse. « Vous êtes sûre que c’est un chow chow qu’on va récupérer, c’est pas plutôt un croco? » ironise la FA préssentie pour aller le chercher.

L’envie de rire c’est lorsqu’on voit la tête de Tito – position des oreilles, de la queue, ectropion, forme du museau – et qu’on se dit qu’il a été vendu, et cher, comme « pure race non lof »
« Ah! ben c’est clair que dans son élevage ils ne doivent pas militer pour rendre obligatoire les tests ADN! »
Bon, Tito est adorable par ailleurs et fera le bonheur de sa famille, le sujet n’est pas là….

 

L’envie de rire c’est lorsqu’on pense que des personnes avaient conçu le plan d’acheter un chiot en pensant que lui donner la vie d’un lapin d’appartement en ferait un chien qui roupillerait 23h45 sur 24  sur un canapé, les 15 mn restantes étant consacrées à bouffer et déféquer sur des alèses. Enfin, là, le rire comence à être jaune, pauvre chien…
« Allo Chow au Coeur? j’ai acheté un chiot, voilà 15 j que nous l’avons, c’est un moooooonstre!!! »
Bon, allez, nous n’allons pas en rajouter, il parait que ce n’est pas bon pour notre karma ….. 😂 Et puis reconnaissons un grand mérite à ces personnes: ils n’ont pas essayé, comme d’autre, nombreux, de rattraper financièrement leur erreur en revendant Tito sur FB ou LBC avec tous les risques que cela comporte pour l’animal cédé, il y a des conditions de vie encore pis que celles qu’il vient de vivre.

Nous avons donc récupéré « le monstre » et nous l’avons mis dans une famille avec deux chows, Haustin et Alby, afin que ces deux chows adultes puissent lui apprendre les bases de la vie sociale intra et inter espèces.


Haustin, le mâle a été très sympa avec lui, très tolérant aux harcèlements du petiot qui, forcément, sollicitait beaucoup pour jouer, apprendre, apprendre en jouant.. un chiot quoi!


Alby, la femelle, a tout de suite renvoyé Tito dans ses 22 m; comme quoi il serait faux de penser que toutes les femelles sont maternelles.
Tito en aura-t-il conçu une préférence définitive pour les mâles? ce sera interessant de le savoir …

Rapidement Tito a suivi ses deux ainés en balade.
La plage, les rues, les trottoirs , les terrasses n’ont plus de secrets pour lui et il trouve que c’est drôlement mieux de renifler  les odeurs laissés par les loulous en promenade que  les alèses de son appartement.


Un « monstre » Tito? non, juste un chiot normal qui a besoin de faire ses petites dents qui percent, qui a besoin de contacts, qui a besoin de se defouler, d’exercer ses muscles et son esprit.

Un animal « pour de vrai », ce n’est pas un chien Sony, on ne met pas sur « on » uniquement lorsqu’on a envie , soi, de jouer.


Aimer un animal, ce n’est pas juste le nourrir et le brosser.
Une vie, ce n’est pas juste assouvir des besoin naturels, manger, dormir, pipi, caca, ça c’est la vie des amibes…. et encore.
Un animal se respecte physiquement ET moralement.

C’est parceque les adoptants d’Alby et Haustin respectent leurs chiens , leurs compagnons de vie, qu’ils ont choisi de ne pas garder Tito; Alby le supportait sans adhérer à ses facéties, Haustin est vieillisant, épileptique de surcroît, et il prenait beaucoup sur lui pour tolérer Tito. Alors ils ont décidé que maintenant que l’éveil du petit avait été fait par eux et par leurs chows, que Tito était parfaitement apte à vivre sa vie de chien équilibré auprès d’une autre famille, il fallait se séparer.


Pas facile néanmoins, mais une attitude d’humains responsables des animaux qu’ils ont un jour décidé de faire entrer dans leur vie.

Pas facile mais totalement rassurés par la famille élue pour adopter Tito.

Les chows, ils connaissent un peu, par des amis. Eux, c’est une golden qu’ils avaient…. Nos doutes sur le look à venir de Tito, ils s’en fichent du moment qu’il est heureux avec eux et gentil avec leur enfant.


Ils savent que dans quelques temps l’ectropion de Tito devra être opéré et que nous le prendrons en charge.


Ils savent qu’en attendant il faut soigner pour éviter une détérioration de la vue.
Tito, lui, a changé de famille sa problème. Son nouveau compagnon de jeu a deux pattes? c’est parfait, au moins il joue au ballon mieux qu’ Haustin!

 

 

 

 

 

Mazé, rebaptisée Yumi

4 octobre:

Delphine: « Nous avions rv à la clinique Vétoeil aujourd’hui. Les yeux de Yumi sont secs, surtout le gauche, donc il faut lui mettre plusieurs collyres et une pommade surement pour tout le temps. Le côté droit est moins sec mais il y a comme une bulle dans le coin de l’oeil que le Dr Dean ne sait pas expliquer… il faut un nouveau controle dans un mois et demi. Entre Yumi et Blacky, c est parfait! »

 

Septembre  2022

C’est un jour d’avril que Mazé, petite chienne de 18 mois, nous a été confiée.
Elle a fait la route jusque chez Monika et ses loulous en compagnie de son papa Nanco, blottis l’un contre l’autre sur le siège arrière de la voiture, étonnés par l’aventure, et sages.
Un trajet plein d’interrogation pour la conductrice: les deux chiens étaient tellement rassurés de vivre cette épreuve ensemble, fallait-il les séparer comme c’était prévu, Nanco devant continuer vers le  Pays des Langues Bleues tandis que Mazé s’arrêterait chez Monika ? une chienne de plus au Pays des Langues Bleues,  ce n’était pas un problème, surtout un petit coeur adorable comme Mazé, la difficulté serait plutôt de ne pas s’attacher… mais d’un autre côté on nous avait annoncé une chienne aveugle de l’oeil gauche, suite à un entropion, opéré, certes, mais les dégâts étaient parait-il irréversibles et, au vu du jeune âge de Mazé,  il était important pour nous de faire confirmer ou infirmer ce diagnostic par les ophtalmo de la clinique Vétoeil, d’où le choix de Monika qui habite à une heure de la clinique….
Finalement la raison l’a emporté sur le sentiment, avec quelques regrets car il aurait été bien agréable de voir ces deux beaux et très gentils chows découvrir leur nouvel environnement et évoluer ensemble….

Nanco, rebaptisé Muffin

Mais très vite les vidéos sont arrivées, de Mazé, Maya et Pako, heureux de jouer et cela a rassuré sur le choix.

Ce qui a aussi rassuré sur le choix fut le RV du mois de juin avec le Dr Déan .
Selon lui Mazé voit de l’oeil gauche, la cornée est épaissie, c’est un peu pour elle comme rouler avec de l’huile de vidange sur le pare-brise, mais les images se forment et Mazé n’est pas totalement borgne, toutefois  il conviendra de la réopérer des entropions des 4 paupières car la première chirurgie a été mal faite.
ExportDossierMedical-MAZE-22.06.2022

Ce sera chose faite le 8 août
CR entropions Maze

Entre temps Monika a remarqué les raclements de Mazé, lors des jeux, certes, mais aussi à cause des fortes chaleurs. Pour elle il était évident que Mazé profiterait plus et mieux de la vie si elle était opérée du voile du palais.
Opération réalisée le 16 juin par le Dr Guidoni de la clinique du Confluent à Montereau:
voile de palais Mazé

A chacune de ces opérations ce sont des rv pré opératoires et ce sont des journées de congés prises par nos FA pour être présentes le jour de l’opération et assumer le post op.
Autant de temps donné à l’asso pour le bien être des chows pris en charge.
Car le post-op d’un chow, ce n’est pas simple.  Il ne s’agit pas de le laisser en cage chez le veto et d’aller le rechercher le soir à 18 h comme un bagage gardé en consigne.

Il faut récupérer le chien sitôt son réveil, pour qu’il reprenne ses esprits avec des humains et dans un endroit qui lui sont familiers.
Il faut pour autant lui assurer du calme, et ne pas paniquer si des gémissements ou des mouvements incontrolés se produisent: c’est comme le post op des humains, parfois on fait n’importe quoi au réveil…. Mais il faut aussi surveiller l’arrivée  d’une dilatation d’estomac, toujours possible chez nos fragiles chow chow et alors il faut courrir chez le veto, celui qui a opéré car aucun autre (sauf les CVH) ne voudra intervenir suite au travail d’un collègue…
Il faut aussi savoir enfreindre les consignes qui sont de ne pas donner à boire afin que le chien ne se sente pas inconfortable et ne monte trop en stress au risque de partir en coup de chaleur mais à peine, deux ou trois lapements, ou mieux encore, utiliser une bombe rafraichissante, une ou deux pressions, renouvelées lorsque le chien s’énerve …
Et lorsque le chien s’endort enfin paisiblement, ouf….; il est temps d’aller prendre un peu de repos en prévision de la nuit qu’on passera à ses côtés…

 

Nos FA sont à la hauteur de toutes ces difficultés, parce qu’ au fil des opérations elles ont vécu des moments dramatiques et qu’ elles ont appris de ces expériences.
Les vetos auxquels nous avons recours ont aussi appris à leur faire confiance, souvent aussi suite à des expériences dramatiques, et ils savent qu’une personne compétente et dévouée à un seul chien est plus efficace que toute une équipe d’ ASV qui doivent s’occuper de plusieurs chiens hospitalisés.
En tous cas, après 8 ans d’expérience, FA et vétérinaires forment désormais de bonnes équipes qui collaborent efficacement pour donner le meilleur à nos protégés.
Non, il ne suffit pas d’avoir un vétérinaire au coin de sa rue pour y avoir recours pour soigner son chow!

Ah! oui!  Mazé a été opérée du voile du palais et de l’ entropion, mais aussi ovariectomisée, car toutes nos chiennes et tous nos chiens sont rendus inaptes à la reproduction. Depuis 8 ans que nous procédons ainsi la chose est certainement connue mais une piqûre de rappel ne fait jamais de mal: inutile de rêver se procurer un chow chez nous à bon compte pour démarrer un petit business bien lucratif:
ovario Mazé

Fin août,  joyeuse, joueuse, bien dans sa peau, voici Mazé fin prête à être adoptée!

 

Ce sont Delphine et Black que nous avons choisis pour que Mazé continue sa vie..

Durant tout le temps de l’attente, ils sont allés visiter Mazé par deux fois. Pour faire connaissance. Pour s’assurer que le courant passait…

Et puis le grand jour est arrivé!
Une fois arrivé chez eux Black s’est tout d’abord montré peu enthousiaste, boudant un peu l’intruse. Mais peut on résister longtemps au charme de Mazé, rebaptisée  Yumi?

Réponse: non

Alors depuis quelques jours Black prête volontiers son jardin, ses jouets …  et mêmes ses deux pattes!  à la jolie Yumi, convaincu que finalement, la vie à deux, c’est mieux, lorsqu’on trouve le ou la partenaire idéal(e).

Raelie

1ier octobre:

Raélie en visite chez Lyha et Drill. Au programme activités de plein air…

 

26 septembre:

« Raélie a été super cet après midi, elle a tres bien compris ce que tata et tonton lui ont dit sur la pluie: qu’il fallait se mettre à l’abri.

Quand il s’est mis à pleuvoir, elle est rentrée toute seule et a fait un gros dodo à la maison.

Bisous (grosses léchouilles) de Raélie. »

 

22 septembre: « Ah! là là! il faut absolument que je vous raconte tout ce qui m’est arrivé depuis quelques semaines que j’ai été abandonnée!
Passage en pension, puis au Pays des Langues Bleues, stérilisation, mon copain Seïko est adopté, je me retrouve avec toute une bande de chows,  agressée par le vilain Louki, du coup c’est Sandrine, Gucci et Nina qui m’ont hébergée, ça vous le savez.
Ce furent quelques semaines cools puis voilà que Sandrine m’enmène au lac des Sapins.
La journée y a été plutôt agréable, la nuit à l’hôtel aussi d’ailleurs.

Je ne connaissais pas du tout le concept hôtelier mais bon, rien à dire…

Papouilles à 8 mains

 

Au lac des Sapins toujours, j’ai rencontré deux dames, deux soeurs, Nadège et Christelle. J’ai bien vu qu’elles s’interessaient fort à mois et, perso, je les ai trouvées sympa….

Raélie avec Nadège et Christelle

 

Bon, au lac des Sapins, il y avait aussi beaucoup de chows, il y avait aussi Sylvie, et Marie-Noëlle, et Richard que je connaissais, leurs toutous, Opalo, Irma, Angie, Ohana, heureusement y’avait pas Louki… Il y avait Sandrine et Clothilde, je savais pas trop où donner des yeux et de la truffe, je découvrais d’autres paysages, d’autres endroits à sentir, plein d’autres chowpains….

Quelle ne fut pas ma surprise lorsque, le soir venu, je me suis retrouvée dans une voiture encore différente de celle dans laquelle j’étais venue!!! Plus de Sandrine! Plus de Clothilde!
Je crois qu’une vilaine fée les avait transformées en chow chows car c’est avec Lyha et Drill que je me suis retrouvée à voyager!!!

Drill Lyha et Nathalie

Ben ça alors!!!! La voiture a roulé un peu et là, je me suis retrouvée encore une fois dans un endroit inconnu.
Petit moral…

 

Mais bon, c’était bien aussi hein! Pis Nathalie et Fabrice ils m’ont fait pleeeeein de câlins! Et j’aime ça les câlins!

 

Alors j’ai recommencé à jouer parce que pour moi, la vie c’est le jeu, seule ou à plusieurs…
Lyha elle voulait pas trop, je crois qu’on se comprenait pas, Drill, pas du tout….

 

Alors j’ai joué avec les humains, Nathalie et Fabrice…

 

… Ou seule, enfin, seule… j’ai beaucoup été filmée et photographié, j’ai été un peu une vedette durant ces quelques jours passés chez eux…

 

Pis ch’uis pas du genre à me laisser abattre! Pis aussi  j’entendais les conversations des humains: ils parlaient d’adoptantes, de clôture qui devait se terminer, de visite pour tester la clôture…. c’est même moi qui suis allée tester! Vous le croyez? c’était chez Nadège et Christelle, que j’avais rencontrées au lac des Sapins! Le monde est petit….
Chez elles, j’ai été troooop forte! Hé! hé! j’ai tout de suite trouvé le point faible pour aller voir les copines vaches de l’autre côté
😄😂🤣

Alors je suis retournée avec Nathalie et Fabrice, j’ai encore eu droit à plein de câlins, je les sentais un peu triste alors je leur ai fait plein de bisous moi aussi..

 

Et puis on est retournés chez Nadège et Christelle et là ils sont repartis sans moi….


Maintenant je suis chez mes mamans « pour la vie », j’bougerai plus; Ou j’bougerai avec elles. On ira dans les fameux « hôtels » ensemble, et le soir on repartira ensemble. J’veux plus jamais les quitter! j’ai atteint le port! Elles disent que j’aurai peut être un chowpain ou une chowpine.
Pour le moment y’a les chats des voisins, et les vaches…
Pis  aussi  il y a la maman de Nadège et Christelle, ch’uis jamais seule et ça, c’est cool!
J’sens qu’on va bien s’entendre parcequ’elles voulaient un chow câlinou et joueur et ça, c’est tout moi!

A plus pour des news!

 

1ier septembre:

Raelie nous invite à jouer à cache cache

Maintenant en balade au bord de l’eau…

 

28 août:

Raelie prend ses aises!

 

 

 

Août 2022

Pour présenter Raélie, autant commencer par une vidéo:

 

Voila, c’est tout Raélie!
Il faut dire que Raélie est encore très jeune, elle fêtera ses 2 ans en novembre, et pour elle tout est source de jeu et de joie de vivre.
On monte en voiture? « c’est chouette! »
On va balader? « Magnifique! »

On va voir le veto? « c’est sûrement un pote avec qui on pourra jouer! »
C’est jour de toilettage? « ok, j’dois faire quoi? »

Sauter dans la baignoire? un jeu d’enfant!
Passer au pulseur? Ch’uis une star!
On m’fait même la « pattucure »😉

De parfaits inconnus pour Raélie viennent déjeuner? trop cool pour Miss Saute-aux-Prunes qui distribue léchouiles et bisous!

En un mois au Pays des Langues Bleues Raélie a séduit tout le monde, permanents et visiteurs, par son enthousiasme, sa bonne humeur, sa gentillesse avec tous, humains, chiens et chat.
Tout le monde?  non.
L’enthousiasme débordant de Raélie, les jeux qu’elle déclenchait dans la troupe des filles, Kali et Charly ont profondément agacé Louki au point qu’il a fallu isoler Raélie, ce qu’elle ne méritait nullement et ne pouvait comprendre.
Trop triste de la voir couchée sous la gloriette à regarder en direction de la maison….

C’est chez Sandrine et sa famille, en compagnie de Nina et de Gucci que Raélie va attendre ses futurs adoptants.

Oh! moi, du moment que je peux faire le clown, tout me va!

Cette expérience avec une nouvelle FA nous apprend que Raélie ne tire pas du tout en laisse « c’est un bonheur de la promener » dit Sandrine « manifestement elle connait les promenades, elle profite, elle renifle« :

 

Nous souhaiterions pour elle une maison avec du terrain car Raélie adore jouer dans l’herbe, piquer des démarrages, courir.

Hé! voudrais aller rejoindre mes chowpains! y’a partie de jeu!

Nous souhaiterions pour Raélie des humains relativement présents car elle adooooore la compagnie des 2 pattes, y compris des enfants  s’ils sont correctement éduqués par des parents eux même respectueux de l’animal. Par exemple un chien n’est pas un cheval, on n incite pas les bambins à grimper sur leur dos, ces photos de chiens transformés en poneys d’occasion et censées être drôles sont tout bonnement choquantes à plus d’un titre.

Ch’uis pas ch’val!!!

Enfin nous souhaiterions pour Raélie la présence d’un autre chien, mâle ou femelle, grand ou petit, mais JOUEUR!

Envie d’un rayon de soleil, c’est par ici!