Archives de catégorie : chows adoptés en 2022

Leny

26 janvier:

Marlène: « Leny progresse bien, lentement mais sûrement. 

Je laisse encore la longe mais elle est moins longue et plus légère. Une fois à l’intérieur elle se laisse bien faire pour accrocher ou décrocher la laisse. Elle a bien compris qu’elle servait aussi à la promenade et elle aime ça et flaire tout. 

Dans la cour,  elle a visité tous les coins et passe le plus clair de son temps couchée sur une petite couverture devant la porte d’entrée. 

La nuit elle dort près de ma porte de chambre.

 Je ne peux toujours pas la caresser ni la brosser et là Nounours n’est pas une référence car il déteste le brossage. »

Janvier 2023

Leny a 7 ans, elle est bleue et elle est notre dernière adoptée de 2022.
Leny, nous l’avons récupérée en novembre et elle est à elle seule un plaidoyer pour l’existence d’une asso spécifique pour les chows.
Car un chow adulte ne s’adopte pas comme un autre chien.
Avec sa méfiance innée,  un chow dans une nouvelle famille se comporte plutôt comme un chat qui se met en observation loin des inconnus, loin du danger potentiel.

T’es qui toi? Qu’est-ce tu m’veux?

« Voilà je viens d’acheter un Chow Chow pour la retraite âgé de 6 ans.
Malheureusement cette petite chienne est absolument terrifiée et elle nous mord et fait pipi partout et ne mange absolument rien.
J’aurais vraiment besoin d’aide s’il vous plaît pourriez vous me recontacter? »
Précisons que cette dame a déjà une chowchowtte, son fils aussi , elle pense connaître la race, mais ce qu’elle connaît ce sont seulement SES chows, achetés chiots, habitués à elle.
Ceux qu’elle a pu voir ailleurs ce sont des chows, avec leurs humains, rassurés par leur présence.
Avec Lény, chienne d’élevage, pas sociabilisée à la vie dans une maison, qui a peur de tous les bruits, des bruits de la ville qui arrivent à  travers la haie,  du son de la TV, de tout, cette dame est totalement démunie. Bien sûr elle a essayé d’ apprivoiser Leny en donnant du poulet, du saumon… mais Leny ne connaît pas ces mets, elle n’approche pas; en panique, elle a escaladé la clôture faite de palettes et ce malgré sa petite taille, elle a mordu le fils de la dame qui a néanmoins réussi à lui passer un collier et une longe pour l’attacher et ainsi la sécuriser dans le jardin.
Leny aboie de jour comme de nuit, le voisinage commence à rouspéter. Dedans Leny urine partout.
Nous devons récupérer Leny, au plus vite.

Ce sont Elisabeth et Rémi, les adoptants de  Sue Mihn qui sont les plus proches. Devant l’urgence ils passent un coup de fil au garagiste où leur voiture est en révision et foncent récupérer Leny.
2h après Leny est chez eux, en compagnie de Sue Mihn t Ning -Shu.
Parfois les bénévoles de Chôc! sont des pompiers, toujours prêts à sauter dans le camion 😊

Sue Mihn  devant, Leny derrière

Elisabeth et Rémi savent qu’il faut laisser du temps au chow chow, le laisser récupérer de son stress, apprendre lui même et à son rythme. Ils savent que créer la relation  prendra …. un certain temps.
Qu’il n’y a rien à espérer dans l’immédiat mais que ça viendra.
Savoir tout ça destresse.


Que le chow qui nous est confié soit un chow  issu d’ un élevage -où il n’a jamais rien vu d’autre que des chiens et de rares personnes-   ou qu’il soit  un chow qui a toujours vécu dans l’enceinte d’un pavillon avec papy ou mamie, sans jamais une promenade, souvent sans voir un veto, peu de visites,  souvent isolé lorsque quelqu’un vient pour qu’il ne salisse pas, ou n’agresse pas, c’est kif-kif lors de l’abandon: ce sont toujours des chows qui découvrent une autre planète et qu’il faut amener à la vraie vie par paliers, comme des plongeurs qui remontent à la surface, si la remontée est trop rapide leurs organes explosent.
De même les chows font des crises cardiaques. Ou mordent. Ou restent prostrés sans manger ni boire, ou sautent partout à la recherche d’une issue pour fuir ce monde inconnu.
Voilà la réalité, le quotidien des FA de Chôc!
Pour aider Leny à passer ce mauvais cap Elisabeth et Rémi l’ont conduite chez leur veto, il a prescrit du Zylkène, mais aussi des boites de pâtée reconstituantes, un vermifuge… Conduire Leny chez le veto, 8 jours après qu’elle ait quitté ses seuls repères depuis 6 ans, c’est une très belle victoire!

Zylkene et autre Leny

Mais Leny ne pouvait pas rester avec Elisabeth et Rémi car une opération des ligaments croisés, dont on connait le post op contraignant, était prévue pour Sue Mihn .
Quelques jours après direction Belfort où Hatchiko accepte de rempiler comme FA!
En compagnie d’Hatchiko Leny s’est assez vite détendue….

Leny et Hatchiko

Rentrer, sortir, assez vite acquis.
Se laisser approcher,  aussi.
Caresser, un peu brosser… heu… non.
Manger, non, toujours pas. Préocupant.

Préocupants aussi  les pipis très fréquents dans la maison.
Lorsqu’on est chowiste, on sait qu’il n’y a pas de chow malpropre; même s’ils sortent d’un élevage, lorsqu’on leur donne la possibilité de sortir, c’est dehors qu’ils font.
Il n’y a pas de chow malpropre, mais il y a des chows qui souffrent.

Compte tenu du changement de FA nous avons mis un peu de temps à comprendre ce dont souffrait Leny, mea culpa.
Le 3 décembre elle était opérée d’un pyomètre. Nous mettons ici le lien vers un article de la clinique Fréjis pour que tous les propriétaires de chiennes soient bien conscients des risques qu’il y a à ne pas les faire stériliser. Et si vraiment le risque anesthésique ne peut pas être pris, il faut avoir une vigilance accrue dans le mois qui suit la fin des chaleurs. Tout changement de comportement, tous pipis fréquents, toute fatigue doit faire penser à un pyomètre.

Bizarre aussi chez Leny, sa démarche.
Profitant de l’anesthésie Juliane et Daniel ont demandé des radios et le résultat n’est pas brillant: une rupture très ancienne des ligaments croisés avec beaucoup d’arthrose à un genou. Une rupture plus récente sur l’autre.
La découverte de la vie hors élevage s’accompagnait pour Leny de beaucoup de souffrance dans sa chair, à quoi s’attendre d’autre qu’à un comportement totalement paniqué lors de la cession?


Un(e) adoptant(e) lambda aurait-il pu/su enmemer Leny chez le veto?
En aurait-il vu le caractère d’extrême urgence? aurait-il su surmonter les difficultés de manipulation?
Bien sûr le contrat de cession prévoyait l’obligation de faire stériliser Leny dans le mois, mais cette condition n’est pas rare lorsqu’on achète une retraitée d’élevage et qui aurait pu penser que cette stérilisation dans le mois pouvait être vitale pour Leny?
Vraiment, si son acquéreuse n’avait pas eu la très bonne idée de nous contacter pour nous confier Leny, la pauvre petite ne serait peut être plus là…

Mais Leny est bel et bien là et après son opération elle a vite commencé à manger….

A jouer aussi..

C’est le 30 décembre que Leny a rejoint son nouveau partenaire de vie, nous avons nommé Nounours!

Nounours devant, Leny derrière

Nounours et sa maman nous suivent depuis de nombreuses années, nous sommes en confiance totale pour l’avenir de Leny et les soins qui lui seront prodigués. Elle et son veto s’entendent bien. Si l’opération des ligaments n’est pas possible  ou jugée inutile car trop tardive  des soins physiothérapiques seront pratiqués.
Pour le moment Leny découvre son environnement et copie Nounours, l’instant présent est à la détente..

Marlène: « Nounours est toujours un amour avec Leny  elle le suit et le cherche. Ce matin il m’a semblé qu’ils commençaient à jouer mais Leny est encore très méfiante. En promenades c’est nickel elle ne tire pas et regarde si je la suis. Je ne peux toujours pas ôter la longe dans la cour mais à l’intérieur elle n’a plus la petite laisse . Pour la gamelle elle a vite compris . Elle est très gourmande et un peu voleuse, je suis obligée de protéger la gamelle de Nounours sinon elle prendrait bien sa place et Nounours ne dit rien. Elle est vraiment gentille adorable mais ne se laisse pas encore toucher. Le matin elle vient avec Nounours et j’ai droit depuis 2 matins à un petit coup de langue sur le visage ...

 

Le tapis est celui qu’elle a choisi le premier soir et depuis elle passe toutes ses nuits dessus et elle ronfle sérieusement. Les jours où il pleut idem.

Leny mange et est même gourmande!
Leny se promène, Leny a un bon chowpain.
Leny a une maman qui sait laisser du temps au temps…. et qui est bien clôturée pour laisser Leny vaquer à sa guise.

19 janvier: dernière minute!
Marlène: « Leny  progresse ! c’est la 1ère fois qu’elle s’aventure dans le salon. Pour la 1ère fois la porte est entr’ouverte , je fais de la broderie diamant et Melle Lény monte la garde en ronflant comme un sonneur 😊 »

L’adoption de Leny cloture en beauté l’année 2022.

Yin et Yang

Décembre 2022

Si, lorsque nous avons rencontré Yin et Yang, nous nous sommes dit, comme souvent, qu’ils pourraient être adoptés séparément, que cela ne serait peut être même pas plus mal, que Yang, 7 ans, l’ainé, écrasait peut être la personnalité de Yin, plus jeune de 2 ans, nous avons assez rapidement changé d’avis.
Yin et Yang s’entendent bien, tout simplement.
Pourquoi les séparer alors que très souvent, après quelques mois ou quelques  années les adoptants d’un chow souhaitent lui donner un compagnon ou une compagne, ce qui pose toujours le problème de la compatibilité entre les chiens?
Yin et Yang s’entendent.
Yin et Yang sont de vrais amis, aucun n’étouffe l’autre, les friandises sont prises ensemble, aucune jalousie, aucune protection de ressource, aucune tentative de se mettre en avant de la part de Yin, aucune crainte de la part de Yang.
Yin et Yang ont traversé l’épreuve du changement de vie ensemble, se soutenant mutuellement.
Lors de la castration de Yin, les quelques heures de séparation ont suffit à déclencher un hot spot à Yang, qui a cessé ses gratouilles au retour de Yin.
La décision était donc évidente: nous attendrions le temps nécessaire mais Yin et Yang seraient adoptés ensemble.

Yin et Yang sont arrivés au Chowpôle fin octobre. Très méfiants.
Durant 3 bonnes semaines impossible de les  enfermer dans leur chambre pour dormir; s’ils acceptaient de rentrer, et même de se coucher sur leurs couettes, il suffisait de rentrer dans leur pièce pour qu’ils fuient se mettre en sécurité à l’extérieur.
A côté de ça, bon appétit, pas d’aboiements, une certaine impassibilité et absolument aucune agressivité.
Tous les jours, nous proposions des Vache qui Rit, jamais acceptées dans la main mais toujours mangées lorsque personne n’était en vue.
Certainement par Yin car c’est lui qui le premier a accepté de les prendre dans la main. Au bout de ? 15 jours? trois semaines? Yang a suivi. Avec plus de méfiance.

C’est pour quoi?

Si spontanément les deux chowpains ne recherchaient pas la compagnie et se suffisaient à eux mêmes, une fois qu’on leur avait mis la main dessus ils étaient parfaitement manipulables.
Pour preuve leur passage au toilettage quelques jours après leur arrivée:

Mais sitôt libérés…..

Vous m’attraperez plus, na!

C’est Yang qui a été castré en premier, courant novembre.
Nous en avons profité pour soigner une belle otite dans l’oreille droite; Application de Neptra, effet sur 1 mois, car nous n’étions pas certains de pouvoir lui faire des applications bi-quotidiennes.

Ah! te v’là avec tes produits? j’me casse.

Pour Yin c’était plus compliqué.
Outre la stérilisation il est vite devenu évident il fallait opérer du voile du palais car avec la décontraction est venu le jeu et avec le jeu sont venues les courses et avec les courses un raclement de mauvais aloi s’est fait entendre accompagné d’étouffements à fendre l’âme.
Alors nous sommes allés le faire castrer et opérer du voile du palais à Cognac par le Dr Hersan qui fait les deux opérations au cours d’une seule anesthésie.
C’était le 13 décembre.
Yang était du voyage pour soutenir moralement son chowpain.
RV à 7h30, endormi avec nous, récupéré à 16h.  Tout s’est bien passé. Le voile était épais et long.
Pour bien comprendre ce qu’est la gêne d’un chien au voile du palais trop long il faut s’imaginer avec ça dans la  glotte:

Un ou des bouts de chair de 3 cm, épais, gluants, qui collent et obstruent le passage de l’air, donnant au chien l impression d’étouffer à chaque inspiration. Plus il respire vite (en cas de chaleur, de stress ou d’effort) plus il s’étouffe, plus il s’étouffe et plus il panique et il entre alors dans la spirale du coup de chaleur.
Concernant les chows, autrefois, ils n’étaient pas des chiens porteurs de cette malformation, les chows étaient faits pour la vie.

chow chow en 1915

Maintenant ils sont devenus brachycéphales et ce sont pour la plupart des pathologies sur pattes:

Fidji, dysplasie des coudes, voile du palais, rupture des ligaments croisés, décédée à 9 ans…

Parfois on peut opérer ces malformations, on opère l’entropion, on opère le voile du palais, on fait des liftings, on fait des rhinoplasties, on fait des arthroscopie pour les coudes, des TPLO pour les ligaments croisés; mais parfois on ne peut rien faire, il n’y a pas d’opération possible.
C’est le cas pour Yang.

Ch’uis fichu?

Sur le trajet du retour vers le Chowpôle, alors que Yin  émergeait tranquillement de son opération en dormant d’un sommeil sans rêve Yang nous a fait très peur. Il s’est mis à hoqueter, puis à vomir, à vomir de la mousse seulement, et on sait ce que cela peut signifier.
Arrêt sur une aire à hauteur de Poitiers pour vérifier qu’il ne faisait pas une dilatation. Tout semblait normal.
Mais les renvois ont continué, de plus en plus nombreux, paniquants; Il ne fallait pas s’arrêter, il fallait rouler et réfléchir.
Continuer jusqu’au Chowpôle?  Et si Yin faisait bel et bien une torsion d’estomac? il n’y a pas de clinique dans les environs pour opérer, on le sait depuis que c’est arrivé à Paddy et en matuère de SDTE la rapidité de la prise en charge est la clé de la réussite…
La meilleure solution:  s’arrêter à TourainVet qui était sur la route , à Tours, mais ils ne traitent que des cas référés…
C’est là qu’on apprécie d’être une équipe! une équipe solide, soudée et qui a les nerfs. Un appel à Sophie qui comprends aussitôt l’ urgence, se met en devoir d’appeler la clinique du Lude qui nous connait désormais et qui croit ce qu’on lui raconte. Ils nous réfèrent à TourainVet sur nos simples dires, nous arrivons à 19h passées, un brancard attend Yin, il est enmené pour être examiné aussitôt… Le temps parait long pour qui attend. Heureusement Yang va bien, il respire tranquillement toujours bien installé dans le coffre.
30 mn après, le verdict: il n’y a pas de SDTE, echo normale, analyses de sang et d’ urines normales, seule la radio révèle une trachée en zigzag, écrasée par endroits, dilatée à d’autres. La jeune vétérinaire de garde veut le garder pour la nuit et continuer les examens le lendemain. Nous refusons.
Si Yin doit mourir ce sera dans un endroit qu’il connait, au calme, avec son frère de coeur, pas dans une cage dans une clinique vétérinaire.
Nous signons une décharge et continuons les 45 mn de route pour arriver au Chowpôle. Le trajet est moins angoissant car Yin a reçu des injections d’anti-spasmodique et d’anti-inflammatoire et elles agissent vite.
On s’installe pour la nuit au chevet des deux loulous, la nuit est calme.
Le lendemain Yin va bien. On annule le rv pour les examens complémentaires.
Que s’est-il passé?
Le stress. Le stress de cette journée sans Yang. Peut être aussi deux Nuggets offerts pour faire passer le temps…
Le stress mais aussi cette trachée en zigzag, écrasée, autre symptôme de la brachycéphalie avec le voile du palais trop long et les narines qui ne laissent pas passer l’air.
Respiration, déglutition, digestion. Trois réflexes naturels et vitaux qui ne sont pas naturels et pourtant vitaux chez les chows surtypés.
Il n’y a pas d’opération possible pour Yin.

La convalescence de Yang a duré 15 jours.
Difficile pour lui de manger, la douleur d’abord, puis la crainte d’avoir mal.
On maintien le convalescent avec de la mousse à diluer qu’on donne en seringue. Pansements gastriques. Anti-inflammatoires. 5 jours.
L’envie de manger revient peu à peu.
Il faudra 8 bons jours pour être tranquille, même si Yang bave encore beaucoup.

Lorsqu’il n’y a plus aucune raison pour garder encore Yun et Yang ils partent retrouver leur adoptante. Il faut retraverser la France.
Pas de co-voit pour éviter toute source de stress. Voyage d’une seule traite. 7 h. Lres voilà posés dans leur nouvel environnement. Consignes habituelles. On n’enlève pas la laisse avant d’être sûre qu’ils rentrent sans hésitation…
Consignes pour ainsi dire inutiles.
En quelques heures  Yun et Yang étaient chez eux!

Le soir même de l’adoption

 

On ne dira jamais assez les vertus du passage en FA! Les FA essuient les plâtres. On récupère des chiens à tout le moins perdus d’être, souvent pour la première fois, séparés des humains dont ils ont l’habitude et il faut les aider à dépasser ce trauma, il faut les accompagner dans la découverte d’une autre vie… et ils sont prêts à voler de leurs propres ailes, à explorer le monde dont on leur a donné les clés..

Ying et Yang ont trouvé la famille qui est faite pour eux, tranquille.
Ils sont deux, ils ont 7000 m2 à découvrir, ils sont ensemble et ça leur suffit.

Ils ne seront pas sollicités pour aller marcher sur l’asphalte par temps de canicule et ils ne seront pas stressés par un changement d’environnement car les vacances se passent à la maison, en compagnie de mamie et papy qui habitent sur la même propriété.

Les vidéos arrivent: manifestement Yin et Yang sont heureux.
Yang est parfaitement remis de son opération, c’est magnifique de le voir prendre plaisir à courir sans râcler, sans s’étouffer. On dirait que lui même découvre ce nouveau bonheur, il ne s’arrête pas….

 

Yin, lui, a découvert une activité plus contemplative, ….. ce qui nous conforte dans l’idée que Bacchus n’est pas un vrai chat car au Chowpôle Yin ne lui avait accordé qu’une attention extrêmement modérée…  Reste calme Yin! ménage ta trachée!

Opame et Looping

26 janvier:

Un coucou d’Opame et Looping qui vont très bien.

18 janvier:

Annie: « Ma petite Opame fait des grosses léchouilles à tous ses chowpains du pôle. »

7 janvier:

« Premier marché ce matin avec notre petite puce! Tout c est bien passé, à part qu elle est très attirée par les pigeons 😂

Puis promenade au centre ville. »

6 janvier:

Souvenons nous: il y a deux mois Opame avait peur de tout.

Aujourd’hui, aux côtés de Looping, elle a toutes les audaces. Notamment d’aller se promener…

3 janvier 2023:

L’année commence bien pour Opame et Looping.

« Mes 2 Amours❤ »

Décembre 2022

Opame et Looping….
Nous hésitons. De qui devons-nous parler en premier?
D’Opame, petite chowchotte bleue qui nous a été confiée fin octobre, très craintive mais pleine de courage et de douceur?
Ou bien de Looping, beau gosse que nous connaissons depuis des années maintenant (Ouiiiiii! c’est sa maman Annie qui fait les cookies en forme de chows pour nos ventes dans les Hyper U) et qui a eu la tristesse de perdre son papa Goliath voilà quelques mois?

 

Ce qui est certain, c’ est que lorsque Monika nous a parlé d’ Opame, la fifille qu’elle avait en FA, de sa façon de s’intégrer au groupe formé par Maya et Pako, de ne jamais chercher l’affrontement, de ne pas s’imposer mais d’occuper de plus en plus au fil des semaines la place que les deux complices acceptaient de lui laisser, nous nous sommes dit qu’ Opame serait peut être bien la compagne idéale de Looping.

Opame à son arrivée chez Monika

Parce que Looping n’est pas du bois dont on fait les flûtes!
Il démarre au quart de tour le pépère!
Peut être plus par peur que par réelle volonté de dominer son monde, mais le résultat est là: si la partenaire de vie pressentie est un peu trop active, si Looping se sent dépassé, s’il ne comprend pas le langage, les relations peuvent tourner court.

Ce dimanche matin de novembre, lorsqu’ Annie  et Jean Pierre ont rencontré Opame, ils n’étaient pas certains du tout que l’adoption serait validée par Looping.
Pourtant qu’elle était mignonne Opame! Eux ont étés tout de suite conquis!

Looping lui était resté à la maison .
Pour mettre toutes les chances du côté de l’adoption il avait été considéré qu’un voyage de quelques heures dans un endroit clos risquait de mettre les deux chows mal à l’aise et que de ce mal être pouvait naître une incompréhension.
Mais quid de l’arrivée?

Présentations dans le jardin, laisse rapidement détachée pour laisser aux deux chows la possibilité de battre en retraite…

Au grand soulagement d’ Annie et de Jean-Pierre tout se passe bien!  Même mieux qu’espéré. Looping sent Opame et s’en désinteresse assez vite…

Et quid de la rencontre dans la maison, peut être zone plus territoriale pour Looping?

Après un moment dehors c’est le coeur battant qu’ Annie et Jean-Pierre proposent aux quatre pattes de rentrer…

A son habitude Opame se fait discrete, c’est sa nature.
Elle marche doucement, explore ce nouvel environnement avec prudence.  Et Looping ne se sent pas envahi, il tolère Opame, sa présence ne l’effraie pas.

Tu vois, ch’uis gentille, je fais dodo dans un coin…

 

Les jours passent…

Annie et Jean-Pierre sont de plus en plus confiants dans les chances de cohabitation. Ils seraient si malheureux de ne pas pouvoir garder Opame! Ils étaient si peu sûrs que Looping accepterait un autre chow dans sa vie! Et pourtant eux en avaient tellement envie… une chow chow noir, ou bleu, comme Goliath. Une femelle évidemment car avec un mâle la catastrophe était courue d’avance, ça n’avait pas été toujours simple entre Goliath et Looping…

Qu’on se rassure pour eux! La fin de l’histoire est un joli conte de Noël qui se termine par  « Ils vécurent heureux car ils n’eurent pas beaucoup d’enfants, l’un et l’autre étant stérilisés« 🤣

Opame continue à évoluer dans une vie de famille;  la voiture est encore un peu stressante, ou plutôt « est devenue » stressante, preuve qu’ Opame n’a plus envie de quitter ses nouveaux humains

 

L’aspirateur, même pas peur!

Le jardin? elle y est chez elle!

 

Alors on s’était dit:  » Attendons fin janvier pour être certains que la cohabitation va bien se passer et annoncer l’adoption » Mais à quoi bon tant de prudence?
Looping, 7 ans, et Opame 4 ans, c’est pour la vie!

T’as vu c’que vois? Un chat!!

 

June (bis)

21 janvier:

Claire: « Première grande balade pour June depuis l’opération. On a fait une balade de 1h30, c’est June qui a choisi. Nous sommes allés aux étangs. »

 

1ier janvier 2023:

June et Claire, sa nouvelle maman, souhaitent à tous les chows et leurs bipèdes une belle année 2023.

 

22 décembre 2022:

June nous est arrivée un soir de septembre, déposée chez Carma par son propriétaire.


Plus tôt dans la journée nous avions reçu une requête poignante: « Prenez ma chienne svp, elle n’est pas méchante, j’ai été malade, elle a passé deux mois au pied de mon lit, mais là, elle a mordu notre fille de 11 ans et mon mari veut la faire euthanasier« .
L’échange s’établit, apparemment June a été involontairement bousculée par la jeune fille, c’est une chienne qui n’aime pas être touchée, d’ailleurs la jeune fille ne la caressait jamais, June a été surprise, elle l’ a pincée, puis mordue.
La famille a eu un autre chien, ils ont dû s’en séparer car June l’agressait.
June n’apprécie pas non plus les vetos car l’un d’eux lui a fait mal lorsqu’elle était encore chiot.
Voilà le tableau dressé.
Carma est la plus proche, mais elle a ses deux ados et deux chiens…. « Bonjour Carma…. on a une urgence euthanasie justement dans votre ville, vous accepteriez de dépanner?  c’est une chienne, presque 8 ans… et heu…. apparemment elle n’apprécierait pas trop les inconnus…. ni les ados….  ni les chiens…. Bon, c’est à voir évidemment… et c’est juste le temps de se retourner… »
Carma n’a as besoin d’être persuadée; une chienne a besoin d’elle, de son foyer, ça suffit: « Les enfants savent se comporter avec les chiens et s’il faut séparer avec Jia et Samy, on le fera. »
Les consignes sont données: « Les enfants, on va accueillir une chienne, elle a mordu, on ne la connait pas, vous n’y mettez pas les mains, vous n’essayez pas de la toucher« .
Sauver un chien, c’est aussi simple qu’un coup de fil.😉
Dans les jours qui suivent, Sacha est un peu souffrant, June le veille:

Lena non plus n’y met pas les mains….

Mais June  s’emploie à convaincre la famille de ses bonnes intentions:

Tu vas mieux?

 

Hé! pourquoi tu me caresse pas?!
Allez, viens jouer!

Là où ça ne va pas du tout, mais alors pas du tout, c’est avec Samy.
Avec Jia, le courant passerait mieux. Mais Samy est lourd!
Il faut dire que June est en chaleur, que Samy oublie parfois qu’il est castré, et que June déteste ce genre d’insistance. Les bagarres sont de plus en plus fréquentes, impossible de les laisser ensemble, il faut trouver une autre solution.

Hé! m’laisez pas, ch’uis gentille avec les humain, séparez-vous plutôt du gros!

Carma a le coeur gros, mais Anne-Cécile et sa famille s’emploient à la rassurer, June sera bien chez eux, c’est sûr; Oréo ne s’interesse pas du tout à ces choses là, ils ont pu le constater lors de l’hebergement de nombreuses chiennes…..
Hélas, Oréo non plus ne trouve pas grâce aux yeux de June!
Comme Carma, au bout de 3 semaines  Anne-Cécile doit se séparer de June.

J’veux être fille unique, c’est clair non?

C’ est le 30 octobre que June monte dans la région parisienne pour être hébergée dans sa troisième FA, Claire, l’ex maman d’ Isaac et de Gummie et toujours sans loulou dans sa vie.
Le 30 octobre, Anne-Cecile, son époux Franck, ses filles font un voyage aller pénible car ils doivent se séparer de June, leur retour sera encore plus éprouvant car Azur, la petite chowchotte qu’ils vont prendre en FA décède d’une crise cardiaque.
Aimer les chiens, c’est parfois souffrir beaucoup.
« Après avoir souffert, il faut souffrir encore ; Il faut aimer sans cesse, après avoir aimé » pense le poète romantique Alfred de Musset.
Aimer les chiens c’est refuser ne ne pas s’exposer au chagrin.

Bien dit!

 

Claire et June: « Bien sûr que je veux bien la prendre en FA, je suis si triste de la mort de Gummie et d’ Isaac… pas le courage d’adopter, de recommencer à aimer…mais aider June me fera du bien, on se fera du bien mutuellement… enfin, je l’espère… »

Mouais… on va voir. C’est moi qui décide.

Eh bien il est clair que côtoyer June oblige à affronter des situations jamais envisagées!!!
Principalement parce que June ne supporte ni collier ni harnais. Impossible de la promener avec les mesures de sécurité habituelles employées pour tous les autres chows, et pourtant June adooooore aller promener! Le jardin ne l’interesse pas, il faut sortir.
Alors Claire sort June, avec la laisse passée en lasso autour du cou, une longe mise au bout pour lui laisser plus de liberté.
Nous imaginons son angoisse.
Mais Claire aime les chows, alors elle décide de faire confiance et faire plaisir à June.
Et tout se passe bien!

 

En balade June est parfaite. Elle se fiche totalement des autres chiens, mâles comme femelles. Elle renifle, trottine, prend du plaisir à découvrir les nouveaux sentiers, les nouvelles odeurs.
Un jour 3 eurasiers se sont précupités sur elles. Avec un mâle cela aurait donné une bagarre. Avec June tout s’est bien passé.
Au fil des promenades Claire acquiert plus de sérénité et de confiance en June.

A l’interieur tout va bien; June est  tranquille, silencieuse. Elle ne réagit pas particulièrement aux bruits inconnus, mais elle aime bien s’installer dans la véranda pour observer la rue.

June est gourmande aussi, c’est bien, ça aide à établir la confiance.

June devient plus câline au fil des semaines, un peu jalouse lorsque la fille de Claire est à la maison mais sans agressivité, juste pour manifester qu’elle aussi, elle est là…

 

June se laisse caresser, ce qu’elle n’aime pas, c’est le brossage, ou si Claire approche avec un objet dans la main.
Mais lorsqu’il ne s’agit que de caresses, tout va bien…

La mission de Claire, puisque les deux autres FA ont du se séparer de June avant de pouvoir l’enmener chez le veto, est d’aller consulter. D’abord parce qu’il faut vacciner la miss.
Ensuite par ce qu’elle a des gratouilles et des dépilosités qui nous font énormément penser à la teigne….
Ensuite parce qu’il faudra bien profiter du créneau entre les chaleurs pour la stériliser.

 

Les vetos!
Les vetos et les chow chows! Avec Isaac et Gummie Claire a fait tous les vetos à 30 km autour de chez elle! Peur des chows à cause de leur réputation, défiance extrême, agressivité envers les propriétaires de cette race honnie, incompétence, plus vendeurs de croquettes que soignants, mal embouchés. Il y a des régions où les propriétaires de chows sont mal lotis. Dez zones blanches. Un vrai désert médical…
Une enième tentative pour trouver un veto compétant pas trop loin se solde par un échec cuisant, un refus d’examiner June, une prise de bec qui laisse Claire bouleversée. Mais June pas traumatisée du tout puisque la dame aura même refusé de la vacciner!
Pourtant June est de plus en plus facile lorsqu’elle est en confiance:

Claire se rend compte qu’il faudra faire plus de km mais qu’il n’y a pas d’autre solution que d’aller chez une vétérinaire qui sait prendre les chows car elle a connu beaucoup des chows de l’asso au cours des 7  années que nous avons passé à Villeblevin, le Dr Marion Brignoli qui exerce désormais à la clinique AZ Vet.

Le 18, June a été vaccinée et stérilisée….


Tout s’est bien passé, les câlins peuvent continuer…

Et ils continueront longtemps car Claire a décidé d’aimer encore et d’adopter June!
Un beau cadeau de Noël qu’elles se font mutuellement!

 

Jaïka et Largo

25 janvier:

Laetitia: « Jaïka a mis du temps avant de s’intéresser à son os. Largo a mangé le sien devant elle et elle a commencé à le lécher puis manger le jambon. Largo n’arrête pas de lui chiper son os, elle a bien compris, des fois, elle fait pareil 🤣 »

Jaïka: « Moi aussi j’ai droit à mon bandana! »

10 janvier:

« Jaïka va très bien, la maison n’a plus de secret pour elle. Elle a pris ses petites habitudes, surtout celles des friandises de fin de balade 😉. Elle mange bien. Avec les chats, elle se comporte comme une maman, c’est très mignon, une belle complicité est née entre elle et notre femelle.

 

Largo est d’une patience, c’est hallucinant. Que ce soit pendant les balades où à la maison, il va la laisser faire, il l’attend, je pense qu’il a compris qu’elle a besoin de lui.

Pour les balades au bois, c’est compliqué et des fois un peu dangereux. Elle n’est pas à l’aise sur cette grande balade entre le bruit, les gens et les autres chiens, je sens qu’elle a peur. Quelques fois, elle refuse d’aller au bois, y’a rien à faire, donc on ne la force pas et on ne part qu’avec Largo. Elle préfère la petite balade dans le parc enfants (on n’a pas le droit mais Jaïka est plus rassurée donc on se donne le droit au moins pendant l’hiver 😋). C’est vraiment une Chow chotte très mignonne, adorable et remplie d’amour. Jamais très loin pour gratter un câlin la petite puce. »

 

19 décembre:

« Ma petite brochette de poilus 😎😎 »

 

Décembre 2022

Jaïka est un bonbon, plus précisément un cachou. Avec juste un tapis de poils gris et tout doux sous le menton, là où on caresse pour faire décendre la Vache qui Rit fourrée à l’amoxiciline, suite à la stérilisation.

Jaïka est un petit amour, généreuse en léchouilles et en remuement de queue. Pas compliquée pour deux sous la fifille, aimant les humains de tous sexes, les chien(ne)s, les chats, les poules et même les enfants.

 

De sa vie d’avant elle n’a pas de mauvais souvenirs, ça se voit. Elle est confiante, vite rassurée, prompte à apprendre.
La voiture par exemple, elle ne connaissait pas. 45 mn de route qui la première fois lui ont vraiment tordu les boyaux. En silence. C’est l’odeur qui a alerté. On arrivait.
Les fois suivantes, pour le vaccin, puis la stérilisation, puis 2h de route pour rencontrer son promis, the fingers in the nose. Bien installée à roupiller.

Idem pour le toilettage. Séance prévue le lendemain de son arrivée. Bien sûr nous n’aurions pas insisté si Jaïca avait refusé obstinément mais que nenni. Après un bain un peu compliqué…

Au secours! elles veulent me noyer!

… le reste de la séance s’est déroulé facilement…

Nous avons même eu l’impression que Jaïka éprouvait une sorte de fierté, en tous cas du plaisir, à se sentir toute propre et désodorisée…

J’défile avec Richard

Les jours qui ont suivi nous avons croisé les doigts pour que ne commencent pas les chaleurs, ce qui se produit souvent lors des changements de vie. Il n’en fut rien. Donc stérilisation dans la foulée et hop! hop! hop! la gentille demoiselle n’a pas attendu plus longtemps pour rejoindre sa nouvelle famille qui n’est autre que….. celle de Largo!

largo et sa chatte

En effet il eut été dommage de « gâcher » cette belle entente de Jaïca avec les chats en la confiant à une famille sans chat.
Laetitia et Nico l’ont bien compris et il ne leur est pas venu à l’esprit d’émettre un « Nous préfèrerions une crèèèèème » » ou un « 8 ans? elle est trop vieeeelle, c’est que nous aimerions la garder loooooongtemps vous comprenez? ça fait trop de peeeeeeine lorsqu’ils s’en vont« .
Non, ils ont pensé qu’ à 8 ans à peine Jaïca serait sur le même rythme que Largo, que ce qui importait avant tout c’était l’entente avec les chats et que l’adoption était une déclaration d’amour qui n’avait rien à voir avec l’ affaire du siècle. CQFD.

Jaïka s’est donc installée dans la vie de Largo, Nico , Laetitia et le couple de félins avec une facilité extraordinaire. « Lorsque je l’ai quittée, elle était couchée dans le salon et n’a absolument pas fait mine de vouloir repartir avec moi. Elle avait trouvé son port, et ça fait vraiment plaisir » raconte Sylvie.
Les bonnes nouvelles ont suivi, principalement au sujet de l’entente avec les chats: « Jaïca part et revient se coucher près de Largo 🤩. Elle a essayé de monter sur le meuble où il y avait la chatte, elles se sentent, aucune agressivité, c’est génial.  »

Pour les balades, Jaïca et Largo ne sont pas encore au même rythme pour plusieurs raisons:

  • D’abord Jaïka vient de la campagne, elle vivait vraiment au milieu des bois et la ville, ses bruits,  lui font peur, mais elle apprend tous les jours un peu.
  • Jaïka n’a pas non plus d’entrainement, elle allait où elle voulait quand elle voulait, sans trop sortir du périmètre qu’elle connaissait.

 

  • Outre cela, sa morphologie est bien differente de celle de Largo, petite, trapue, clairement Jaïca n’est pas faite pour avaler des kilomètres, elle fait partie des chows surtypés.
Surtypée toi même!

D’ailleurs, lorsque l’anesthésie de la stérilisation sera loin d’elle il est prévu de faire opérer Jaïka des entropions car ses yeux sont fermés par ses paupières, (en attendant elle est sous traitement pour la soulager) et sa respiration fait peine à entendre au moindre effort.

C’est pour ça que j’en fais pas hé! banane!

Mais telle qu’elle est Jaïka fait déjà le bonheur des siens et ils font le sien en retour, c’est certain.