Hermann, rebaptisé Lutin

25 octobre: Attention, photos trashs:

What????

Hé oui, la FA de Lutin, comme toutes nos FA à des degrés divers, de la simple prise d’antibio pour enrayer l’infection à l’hospitalisation en passant par les urgences et les points de suture, paie un lourd tribu à sa passion pour les chows.
Est-ce que cela fait de Lutin un chien « méchant« ? Non, Lutin est bien le chien calme et câlin que nous avons décrit, y compris envers les personnes qu’il ne connaît pas du tout:

Le terme « méchant« , concernant un animal est à bannir du vocabulaire.  La méchanceté, plus que le rire, est le propre de l’homme car lui seul est doté de la volonté de nuire.
Un animal est instinctif.

Une morsure, en soi, ne veut rien dire, il faut toujours analyser les circonstances de la morsure et l importance de la morsure (un simple coup de dent? une morsure tenue?  plusieurs morsures?)
Ce sont les circonstances de la morsure qui permettent de comprendre pourquoi le chien à mordu, s’il est réellement dangereux et à exclure de la société des  homme (Ah! vivement notre chow chow pôle!) ou si c’est seulement à l’humain de s’adapter pour que cela ne se reproduise plus, ce qui, Dieu merci, concerne la plus grande partie des chows.
« C’est de ma faute » nous dit Isabelle « Lutin ne me connaissait pas assez et j’ ai passé mon bras au dessus de sa tête« . « J’ai bien compris que la laisse le met en panique mais il fallait bien que je l’emmène chez le veto pour le contrôle sanitaire » assure Didier.
Et nous pourrions encore évoquer maints exemples de ce genre de morsure provoquées par la peur, parce que nous sommes amenés à manipuler trop rapidement (transport, veto) des chows dont c’est la nature d’être méfiants, qui supportent la contrainte bien moins qu’une autre race et qui en mordant luttent pour ce qu’ils croient être leur survie.
Nos FA comprennent et respectent la position du chien.

Et puis il y a des cas un peu plus compliqués, Lutin en fait partie.
Lutin a beau connaître Didier depuis 1 mois, lorsqu’il a vu la laisse, tout son instinct lui a commandé de se mettre en mode survie. Il est inutile de se demander combien d’expériences négatives il a vécu lorsqu’on lui passait la laisse….. Isabelle et Didier comprennent et respectent.
Compréhension et respect sont la base de la relation à l’autre, animaux compris.

Pendant le temps que Lutin restera chez eux, Osabelle et Didier vont essayer de le désensibiliser à la laisse, en associant la laisse à quelque chose de positif. Plus facile à dire qu’à faire et il faudra du temps car on n’efface pas des années de mauvais traitements en quelques séances.

 

Pour postuler à l’adoption de Lutin il faudra avoir le même profil qu’ Isabelle et Didier et que toutes nos FA:  savoir s’oublier pour pouvoir contribuer efficacement au bien être de Lutin qui ne serait pas dans cet état psychologique s’il n’avait pas été victime de connards.
Et bien sûr quelques conditions dans mode de vie s’imposent pour rendre l’ adaptation de Lutin plus facile:

  • pas de jeunes enfants qui, même adorables, pourraient se montrer maladroits
  • pas de chats ni de rongeurs ou de volailles en liberté car Lutin est très chasseur
  • pavillon avec terrain pour que les balades puissent être évitées dans un premier temps

Vous?

Ce dont nous sommes absolument sûrs, c’est que le jour où vous aurez gagné la confiance de Lutin les difficultés que vous aurez surmontées vous la rendront encore plus précieuse et que Lutin sera le chow de votre vie, celui dont on dit des dizaines d’années après: « J’ai eu un chow, il était formidable!« .

 

 

10 octobre:

Lutin et Mila s’adorent!

9 octobre:

Lutin profite désormais de tout l espace chez Isabelle et Didier.
Il faut un peu insister pour qu il retourne dans son enclos mais il y va.
Il faut dire qu’ il a encore été amelioré d une plus grande surface à l abris de la pluie.

 

02 octobre: Voici un peu plus de 15 jours  que Lutin est chez Isabelle et Didier.

Clairement, sa vie a déjà changé.

Ca, c’est mon super dodo, trop top!

 

Et puis il y a aussi les promenades dans le terrain avec les chowpains,

Et les câlins!

Et comme Lutin est très sympa et qu’il retourne de de lui même chez lui dans son enclos Isabelle et Didier pensent pouvoir le laisser en liberté dans le vaste terrain.

A bien manger, bien dormir, sniffer les traces des copains et vivre avec des humains bienveillants, tu vas très vite de reconstruire Lutin!

 

27 septembre 2020

Hermann a eu 8 ans le 23 septembre et grâce à la bienveillance du personnel de la LPA de Roubaix il a eu la chance de ne pas passer son anniversaire dans l’enfer de la fourrière.
C’est peut être la seule chance  qu’Hermann ait eue dans sa vie de pur produit d’usine à chiots belge.

Flash back.

Sur FB, début juillet, un pauvre chien ultra craintif et tellement hirsute qu’on aurait du mal à distinguer la tête de la queue est signalé errant dans les rues de la mégalopole du Nord.
Quelques jours après il est capturé par la fourrière et s’il lutte un moment pour ce qu’il juge être sa survie il ne se montre néanmoins  pas agressif.
Il est « juste » terrorisé.

Terrorisé par ces gens qui cherchent à l’attraper avec un lasso bien sûr, mais aussi terrorisé par sa faim et sa soif qu’il a eu bien du mal à étancher jusqu’à manquer se noyer dans le canal de Roubaix  -nous sommes en plein été-   terrorisé aussi par sa vie d’avant car, nous l’apprendrons « de source sûre », Herman a été jeté à la rue par sa maîtresse qui déménageait dans le midi.
Qui faut-il être pour se comporter ainsi?  De quelles négligences Hermann a-t-il été encore victime durant 7 longues années? Sa peur nous le dira,  qui lui fait chercher tous les recoins pour se planquer, qui le fait paniquer devant la laisse, qui le fait se tapir au moindre regard que l’on porte sur lui.. .

Son passage dans les locaux de la fourrière n’est pas fait pour apaiser ses craintes: surpopulation, promiscuité, aboiements incessants…
Le personnel de la LPA (et c’est une attitude suffisamment rare pour que nous rendions hommage à leur humanité!) est bien conscient que les conditions de vie qu’ils proposent à Hermann ne peuvent contribuer à le détendre et passé le délai légal de fourrière (8 jours francs) ils sont tout à fait d’accord pour le confier à notre asso.

Oui mais voilà, Hermann, acheté chiot en Belgique et vivant à Lille depuis tout ce temps  n’a jamais été inscrit à l’ I-cad et, sa propriétaire ne s’étant pas manifestée, il n’y a aucune preuve qu’Hermann ait bénéficié du moindre vaccin, que ce soit anti rabique ou autre. Nous voilà pris dans les rets de l’administration: Hermann est  considéré comme étant entré illégalement sur le territoire français et il se voit imposer une quarantaine de 6 mois avant de pouvoir être adopté.

Pour nous, « y’a plus qu’à » trouver la famille qui acceptera d’être bloquée plusieurs mois avec un chien et qui dispose d’un espace clos où les mesures sanitaires imposées par l’administration pourront être respectées.
Ce sont Isabelle et Didier, déjà plusieurs fois FA, qui acceptent d’offrir l’asile à Hermann et c’est parfait: ils disposent d’un enclos, ils vivent dans un endroit spacieux et en plus le calme dont ils ne se départissent jamais permettront à Hermann de se refaire une santé physique et morale.

Le transport d’Hermann a été effectué par Sylvie,  le 13 septembre.
Avec beaucoup d’appréhension car Elisabeth était allée visiter Hermann  et nous avait confirmé l’état de panique: impossible de passer une laisse au toutou….

 

Ou plutôt, une fois qu’Hermann est en laisse, il se cabre comme un cheval pas encore débourré, se jette par terre et contre les murs au risque de se blesser ou de s’échapper…. Les 7 heures de route pour rallier Roubaix à Limoges promettaient d’être stressantes… Mais pipi, caca, vomi, odeur, parfois aboiements, difficultés à l’arrivée pour sortir le chien saucissonné dans sa laisse, morsure…. on a à peu près tout vécu à Chow au Cœur et on est prêt à tout pour donner une vie meilleure à un chow.

Durant l heure que nous avons passée à l’accueil avec Hermann sa crainte et sa nervosité n’auguraient pas un voyage facile:

  • Sylvie a renoncé à le balader, l’extérieur, les bruits du périphérique, la laisse, terrorisaient Hermann qui jouait au poney sauvage, cabré en bout de longe, prêt à sortir du harnais.
  • Retour à l’accueil pour passer un collier en plus, par sécurité.
  • Laissé libre pour le décontracter, Hermann est allé se cacher sous un bureau.
  • Aux tentatives d’approche des uns et des autres, il répondait par des léchouilles du genre « Ch’uis gentil, me faites pas de mal » qui brisaient le cœur. Pauvre chien…

Dorothée, de la LPA, qui s’était beaucoup impliquée pour Hermann et était ravie de le voir enfin quitter des locaux inamicaux pour un endroit plus propice à la sérénité a aidé à sécuriser la montée dans le coffre.
Et à partir de là…… Hermann a roupillé plus de 7 h non stop, au point d’oublier qu’un chien était dans la voiture. Jamais une oreille n’a dépassé du dossier.
Comme quoi, il suffisait d’ un endroit qui ressemble à quelque chose de connu pour donner un repère à Hermann et apaiser ses craintes.
On doit à la vérité de dire que même l’odeur était moins insoutenable que prévu, soit on s’habitue, soit il y a vraiment eu pire.

Arrivée sur Limoges vers 21h, accueilli par des croquettes et de l’eau fraîche, Hermann ne bronchera pas de la nuit. Au matin, nous découvrirons qu’il est rentré dans son abri car la couverture mise à sa disposition était toute roulée en boule.
La vie recommence, ou commence, pour Hermann.

Hermann et Didier

« On va tout de même pas l’appeler Hermann? c’est trop dur comme nom, je lui trouve une tête à s’appeler Lutin » dit Isabelle.

Son nom est le seul bagage d’un chien et autant il est vrai qu’un chien aimé se sentira rassuré si des inconnus connaissent et prononcent son nom, oublier un nom qui ramène à une vie de m…. est aussi un soulagement pour un chien, nous considérons que cela l’aide à faire du passé table rase. Va pour Lutin.

De l’espace, des caresses, du calme.

Le personnel de la fourrière a fait ce qu’ il  a pu pour le débarrasser de ses puces, de ses hots spots, de ses  vers, et pour le faire grossir un peu. Lutin a été castré, vacciné, vermifugé.  Mais ils n’ont pas pu agir sur la crasse. Pas le temps, pas sa mission. Pas de locaux adaptés.

Isabelle et Didier veulent laver Lutin avant qu’il se rende à sa 2 ième visite sanitaire, prévue le 17 septembre. Il faut aussi profiter des derniers beaux jours pour donner à Lutin redonner l’apparence d’un chow civilisé. Le mercredi 15, c’est chose faite:

Mission accomplie pour la plus grande satisfaction de tous les intéressés:

Et maintenant?

Maintenant Lutin va subir encore deux visites sanitaires destinées à vérifier qu’il n’a pas la rage.  Cette mesure est purement administrative. Elle prendra fin le 17 janvier. Dura lex, sed lex.

Nous savons que Lutin vivait en appartement, avec un autre chien et des enfants. Mais garde-t-il de bons souvenirs de cette vie passée? Compte tenu des conditions de son abandon il est permis d’en douter…..
Isabelle et Didier découvriront Lutin au fil des semaines et seront à même de nous guider pour choisir pour lui la vie qui lui conviendra le mieux. Déjà on peut dire qu’il faudra faire preuve de patience et de douceur….

Puis il sera temps de penser à trouver une famille pour Lutin.