Poppy, rebaptisée Mitchiko

05 septembre 2021

Popy, 15 mois, est un bon exemple du nécessaire passage en FA pour de nombreux chows.


Passage nécessaire pour le chien qui se retrouve sans ses humains de référence souvent pour la première fois de sa vie.
Passage nécessaire pour les adoptants auxquels nous fournissons un chow avec son « mode d’emploi ».
Nos FA essuient les plâtres.  Pour Popy, ce sont Régine et Lucien qui étaient en première ligne.

« Popy est une chienne craintive, peut être plus que la normale, même pour un chow chow »  avaient prévenu ses humains.
« Nous l’avons achetée pendant le confinement, nous n’avons pas pu la sociabiliser« . Suivent des photos de Popy en balade sur des rochers sur fond de méditerranée d’un bleu de rêve. Soit.

Popy a été une chienne choyée.
Pour preuve des dizaines de jouets fraichement lavés, des affaires de toilettage multiples et proprement entretenues, des ordonnances multiples elle aussi témoignant que ses humains avaient été attentifs à ses moindres bobo. Popy était même stérilisée et à jour de ses vaccins, ce qui est assez rare pour être souligné.
Et Popy était parfaitement à l’aise avec eux.
Qu’avec eux.

Photo souvenir de la séparation

Arrivée chez Régine et Lucien Popy a mis le cap sur le jardin et n’a plus du tout répondu à la moindre sollicitation.
C’est une situation que les FA ont toutes connue et qui est très stressante:

  • le chow ne mange pas
  • parfois il aboie au moindre bruit, principalement la nuit, sympa pour les voisins….
  • Dès qu’on l’approche il fuit, impossible de lui passer une laisse donc impossible de faire des promenades qui sont pourtant souvent facteur de prise de confiance…
  • On se demande comment on va pouvoir le conduire chez le veto si c’est nécessaire, comment on pouvoir le brosser , ou même lui faire continuer son voyage vers une autre FA ou vers les adoptants…. On tente des approches, on essaye de décoder le comportement, ce qu’il aime ou ce qui lui fait peur… Autant dire qu’il vaut mieux être zen et se persuader qu’il y a une solution à tout.

Pour Régine et Lucien qui comptaient bien aller dans leur résidence secondaire la solution a été de faire monter Popy en voiture sans lui passer de laisse, ce que leur permettait la configuration de leurs deux maisons où les voitures peuvent rentrer dans la cour. Une chance…

Au bout de 15 jours, Popy était toujours dans la fuite, au point qu’un premier co-voiturage a été annulé puisqu’il était hors de question de transférer Popy d’une voiture à l’autre sans laisse.

Vous m’attraperez pas, na!

Heureusement peut être, en faisant la sotte dans le terrain, Popy s’est fait mal à une patte avant. Plus question de la laisser prendre son temps , Régine et Lucien on fait appel à un éducateur canin pour lui passer une laisse et pouvoir la conduire chez le vétérinaire.
Rien de grave, bête petite entorse qui rentrerait dans l’ordre avec du repos.
Le principal était que Popy était  attachée! Et que sans possibilité de fuite elle se montrait plutôt agréable, acceptant les caresses « On peut la toucher, quel bonheur« , acceptant les Vache Qui Rit fourrées d’anti-inflammatoire directement dans la gueule et se montrant même désireuse d’accompagner Shelfie et Manbo en balade, ce qui était interdit par la Faculté.
Le voyage vers son adoptante pouvait continuer!

Comment ça? je reste pas là?

 

C’était lundi dernier.
Un grand voyage sud/nord qui a mené Popy en Belgique, chez Barbara, la maman du regretté Saïko.
Deux changements de voiture négociés par Popy dans la panique la plus extrême, sautant d’une voiture pour se jeter dans l’autre sans envisager une seule seconde de boire ou de se soulager. Trop peur!
Mais sage en voiture, ce qui n’est pas toujours le cas.

Depuis 6 jours Popy, rebaptisée Mitchiko, en l’honneur de l’impératrice du Japon, est en Belgique.
Et?
Et avec Barbara, dotée du bon « mode d’emploi » après ce séjour en FA chez Régine et Lucien, tout se passe bien.

  • Barbara n’a pas enlevé la laisse, ce qui lui a permis d’obliger Mitchiko à vivre à l’intérieur, sans la contraindre néanmoins à un contact que Mitchiko ne souhaitait pas dans les premiers moments
  • Pas de stress que Mitchiko n’aboie et ne dérange les voisins
  • Recettes maison pour inciter Mitchiko à manger (croquettes+steack haché, ou gruyère rapé, ou poulet, ou Knackis)
  • Courtes balades dans le terrain et aussi à l’extérieur de la propriété de façon créer un lien sympa entre toutes les deux.

Et?
Et il a suffit quelques jours, moins d’une semaine, pour que Mitchiko déboule à toute vitesse lorsqu’elle entend le mot « promenade », qu’elle accepte de se laisser caresser légèrement dans la rue par des connaissances de Barbara, qu’elle  s’acclimate aux rumeurs de la ville au point d’aller chez le vétérinaire (en simple visite, pour prendre contact), qu’elle puisse enlever le harnais à l’intérieur,

A la maison, Hop! plus de harnais

qu’elle apprécie un bon brossage par Barbara, dessus dessous, et qu’elle teste le confort des divers fauteuils…

C’est le miracle du passage en Famille d’Accueil 😁

Est ce que je n’ai l’air d ‘être une impératrice ,et je suis très sage !
Ok ,le harnais de Saïko est trop grand mais ce n’est que provisoire