Ax

19 mai: Ax prend sa première leçon de golf.

Elle est pas belle la vie?

 

24 avril :  Finalement, Ax , nullement désaxé .. apprécie bien son balcon :

 

Nous avons récupéré Ax alors qu’il venait d’avoir 18 mois.

Son histoire est une suite d’injustices…..

  • Injustice d’être arrivée si beau des pays de l’ Est, magnifique petite boule blanche offerte à la convoitise des badauds derrière sa vitrine d’animalerie. Achat impulsif largué à la va-vite via un journal gratuit.
  • Tout jeune encore, peluche livrée à une ribambelle d’enfants déchaînés on l’accuse d’avoir pincé…. Exit.
  • Le troisième abandon, on n’en connait pas la cause.
  • Alors Ax finit dans une cage de fer de 4 m2. Il y restera plusieurs mois, sans sortir car sa réputation est mauvaise: « Il a été si souvent abandonné, il doit bien y avoir une raison… comment tant d’humains auraient-il pu décider de se séparer de lui en si peu de temps?« 

Mais nous, nous savons que le chow a de toute façon une très mauvaise réputation auprès de tout ce que le monde canin comporte de professionnels, des vétérinaires aux toiletteurs en passant par les transporteurs,  des gens des refuges aux éducateurs canins que son caractère méfiant envers les humains et rebelle à l’autorité confronte à une évidence qu’ils refusent d’admettre: le chow n’est pas un chien comme les autres.

Alors nous avons pris Ax en charge……

 

Nous nous attendions au moins à un chien marqué par les conditions de détention inqualifiables qui avaient été les siennes durant des mois. Nous aurions compris la malpropreté, la méfiance à l’égard de l’humain qui ne lui avaient apporté que des malheurs, de sa cage de naissance dans une usine à chiots à sa cage de rétention chez de tristes sires….

Mais non, dès les premiers instants, Ax s’est comporté comme un chow parfait, tranquille en voiture, sage en laisse, propre à la maison, en recherche de câlins, discret, pas aboyeur, pas destructeur…

Parfait au point que nous avons pu choisir pour Ax une FA pleine de bonne volonté mais totalement inexpérimentée, jusque dans le véhicule totalement inadéquat, un coupé Mercedes sur le siège duquel Ax a réussi à se lover pour les heures de voyage qui le séparaient de sa nouvelle vie: un appartement en centre ville (mais avec une présence quasiment constante),  un balcon pour s’occuper l’esprit en espionnant les chiens de passage, des balades…

En 8 jours,  grâce à Jean-François, (déjà parrain de Velours et Cannelle) Ax était passé de 4 mois de détention en cage aux escalators de la FNAC, des déjections qui jonchaient le sol du cloaque aux tapis douillets, de la négligence absolue au brossage et au nettoyage des pattes à chaque retour de promenade…

 

Ah! l’adaptabilité d’un chien!

Et lorsque Jean-François a du se séparer de lui quelques semaines pour raison de santé (c’était prévu) c’est dans un autre appartement, cette fois en plein cœur de la capitale, que nous avons trouvé un hébergement 5 étoiles pour Ax: Ludivine, qui souhaitait adopter un chow a bien voulu tester la compatibilité de la vie parisienne avec un chien de 30 kg en prenant Ax en FA. Montmartre, ses squares, les bus, le RER et même les Autolib’ pour aller balader au bois n’ont plus de secret pour Ax, le chow qui n’avait connu jusque là que des humains crétins.

« Ax a mis la barre très haute pour pouvoir envisager la vie avec un autre chow » nous confie Ludivine à la fin de la période de garde.

 

Car désormais, Ax est un chow aux qualités vantées et appréciées; Ax a fait le buzz dans le quartier, tout le monde voulant se prendre en photos avec un si beau chow au manières si parfaites.

Voilà justice enfin rendue aux nombreuses qualités d’ Ax, qualités bafouées durant 18 mois par des humains quelconques et même méprisables, bien loin de pouvoir rêver avoir un jour l intelligence et l’empathie nécessaire à la cohabitation avec un chow chow.

Un chow ne s’achète pas, il se mérite.

Et vous l’aurez compris, Ax a choisi d’adopter Jean-François.