Link

Link a 5 ans .
Voila déjà deux ou trois ans que son  humain avait pris contact avec nous pour  que nous l’aidions à résoudre des problèmes de léchage-grattage des coussinets, à sang, au point de se blesser.
Champignons? bactéries? comportement? nous avions donné des pistes, conseillé un bon dermato.
Le temps a passé.

 

 

Link continuait de se meurtrir les pattes, les plaies de se surinfecter.
Les vetos généralistes, frais émoulus des écoles vétérinaires privilégient les traitements locaux, sans tenir aucun compte des réalités de terrain.
En l’occurrence, la réalité de terrain c’est qu’un chien qui souffre peut mordre lorsqu’on veut le soigner.
Et Link a mordu.
Un petit deux pattes était né et il y a toujours la famille et les bons amis pour expliquer que le chien représente un danger pour l’enfant.
Limite on est irresponsable si on ne se sépare pas du chien.
Alors l’humain de Link a repris contact avec nous.
Cette fois pour nous confier son vieux copain.
Ca n’a pas été facile.
« Je vais vous faire un don pour couvrir les frais pour le faire soigner, si ça ne suffit pas vous me le direz. Je ne peux pas risquer que Link morde mon enfant, mais je voudrais tant que vous trouviez une solution pour qu’il aille bien….. » Ceux qui nous suivent savent que cette attitude élégante est pour le moins inhabituelle….

 

Doit-on s’en réjouir? Doit-on s’en attrister?
Le fait est que Link n’a pas eu besoin de voir de vétérinaire,  une fois arrivé chez Sophie, Link ne s’est plus léché.
Une semaine, deux semaines, un mois ont passés.
En compagnie de Nikita, en compagnie de Maïtika et Pantoufle, les chats de Sophie, Link ne se léchait pas.

 

L’histoire de Link a rappelé aux plus anciens de l’asso l’histoire de Gimmy qui avait cessé de se lécher les pattes sitôt arrivé au Pays des Langues Bleues. Tous deux ont été des chow très aimés, très entourés, très soignés. Trop? Ou bien leurs conditions de vie, qui auraient satisfait la plupart des chows ne  les satisfaisaient-ils pas eux? Nous ne saurions le dire. Nous ne saurions non plus nous attribuer le mérite de leur « guérison » puisque nous n’avons rien fait d’autre que les accueillir….
Nous sommes triste pour son ex, mais il faut admettre que les chiens ont des états d’âme et somatisent eux aussi.

Link est resté quelques mois chez Sophie, le temps d’être certains que les léchouilles ne reviendraient pas.
Passé les premiers jours de nécessaire adaptation à cette nouvelle vie Link s’est montré bon compagnon envers Nikita et les chats, les tolérant tous sans les rechercher particulièrement, plus féru de siestes contre le poêle à bois que de cavalcades au jardin, bon appétit, amical sans excès. Peut-être que Link voulait simplement qu’on lui fiche la paix? qu’on cesse de s’intéresser à ses pattes?

Link a été castré.


Puis Link est parti dans sa nouvelle famille, où il s’est révélé encore différent, joueur, presque démonstratif, très copain avec le chat du foyer.

Un Link aux multiples facettes mais plus du tout dans l’auto-mutilation.
Etonnant Link.
Et nous sommes heureux car te voilà parti pour des années de bonheur au compteur, Linky!