Archives de catégorie : En famille d’accueil

Hailing

Hailing a 7 ans.

Hailing a fait des bébés comme d’autres. Puis elle a été vendue, comme d’autres.  Puis revendue. Puis encore revendue. Ou donnée. Puis encore, tombant de Charybde en Scylla.

Heureusement, sur son parcours, quelqu’un, a eu la bonne idée de la stériliser.

Son dernier acquéreur le savait-il lorsqu’il se l’est procurée? en tous cas, lui, la seule chose qui lui importait lorsqu’il a fait paraître son annonce sur Le Bon Coin, -après  deux mois de vie commune- c’était d’en retirer 200 e.  A nos prises de contact pour lui expliquer notre fonctionnement, une seule réponse: « J’ai pas b’soin d’vous pour la faire adopter. Pis j’veux 200 e« .

Mais nous refusons que l’argent des dons, que l’argent collecté lors des marchés, lors des événements, tombola, calendriers, autres….  autant de somme issues de lé générosité des uns et des autres  tombe dans l’escarcelle d’individus sans scrupules  pour lesquels les animaux, mal soignés, mal nourris, pas considérés, représentent juste une source de profit.  Cf le Gang des 5…………. Chez Chow au Cœur l’argent sert uniquement les chows, pas les humains qui les exploitent.

Pourtant, même 200 e, pour une chienne de 7 ans stérilisée, cela parait trop chers aux prédateurs des supports gratuits, ce qu’ils veulent c’est la chienne jeune et pas chère, non stérilisée bien sûr -et si elle peut être crééééééme, c’est le jackpot-  qui leur permettra de faire de la repro…. « par amour de la race« , bien sûr.

Alors, sans clients pour la pauvre Hailing,  notre homme a appelé des éleveurs: « Z’ en voulez pas d’ma chienne? j’la vend pas cher, 200 e » Ben non ,  par définition un éleveur fait de l’élevage et pour ça il faut une chienne en état de reproduire….

Certains adhérents, qui scrutent les sites d’annonces, se sont émus et nous ont prévenus. Parmi eux quelqu’un a décidé de l’acheter pour nous la confier.

…………………………………………

C’est Joël, notre adhérent le plus proche d’Hailing et adoptant de Gucci, Jewenn, Nina et Noisette qui est allé la chercher courant janvier.

C’est sa famille,  Sandrine, Clotilde et Adrien, qui depuis héberge Hailing.

Hailing dont les côtes étaient visibles sous le poil.

Hailing à la fourrure mitée par des hot spots.

Hailing qui ne connaissait pas, ou plus, les friandises et qui a appris , ou réappris, du bout des doigts bienveillants de Joël…

Hailing qu’il a fallu non seulement vacciner -son dernier vaccin datait de son époque de chienne d’ élevage- mais aussi déparasiter et soigner d’une otite purulente. Précisons que la quantité de vers qui infestait ses selles ainsi que l’importance de l’otite laissait supposer que l’état de négligence ne datait pas d’hier…

Primo vaccination, otite, anti parasitaie

rappel Hailing

Hailing, craintive, mais si douce, découvrant ou redécouvrant le bonheur de manger à sa faim, engloutissant les gamelles les unes derrière les autres durant plusieurs semaines.

Hailing joueuse aussi, boute en train des chow chows de la maisonnée.

Hailing première à squatter le nouveau dodo….

Hailing que Sandrine et Joël entrainement à recevoir un bain, d’abord en la mettant dans la baignoire sans eau….

Hailing qui ne raterait une promenade pour rien au monde..

Il est inutile de demander à adopter Hailing, si les mesures de confinement n’avaient pris ses adoptants de court, elle serait déjà dans sa nouvelle famille, des chowistes passionnés dont la fifille est décédée en décembre.

En attendant le jour où Hailing pourra prendre la route, ses futurs humains apprennent à la connaître et participent de loin à sa vie en correspondant avec Sandrine et Joël.  Ainsi l’arrivée de la belle Hailing est préparée au mieux.

Prochaines nouvelles au retour des beaux jours…

 

Le gang des 5

14 mars:   Sylvie: « Aujourd’hui nous avions un co-voiturage dont la maison de Sophie était le point de RV.  C’était deux jours après l’arrivée chez elle de ceux qu’elle a baptisés, Le Gang des 5, chow chows dont nous ne savions même pas s’ils étaient mâles ou femelles, incapables d’apercevoir la moindre différence entre eux dans la gangue de crasse qui les recouvrait tous uniformément.

J’ai moi même hébergé des chows extrêmement sales et nauséabonds, qui m’avaient obligée à faire le voyage fenêtre de voiture ouverte. Je pense par exemple à Hortense….. Mais j’ai hébergé UN chow de ce genre à la fois, et jamais cela n’a été un jeune chien plein de vie; Sophie accueille CINQ chows dans un état de saleté qui défie l’imagination et ils ont tous la fougue de la jeunesse alliée à un manque total d’éducation. Et comment pourrait-il en être autrement alors que quatre d’entr’eux  n’ont connu qu’un balcon comme lieu de vie, balcon où ils ont dormi, joué, déféqué durant 18 mois et même plus pour le papa….

Lorsque je suis arrivée chez Sophie ce samedi, son espace de vie offrait un spectacle de désolation… L’odeur prégnante est difficile à respirer malgré les baies vitrées ouvertes. Odeur de chien mouillé, de terre, d’excréments, d’urine… Sans éducation les loulous montent sur les canapés, virent les protections de fortune, grattent le cuir, se frottent avec délectation sur les tissus, posent les pattes sur les tables, jouent avec les coussins, courent au jardin, rentrent en jouant pour ressortir aussitôt et recommencer, marquant au passage leur territoire, enthousiastes de découvrir de nouvel espace, les jouets,  la nourriture à volonté qui les attend dans les gamelles disposées partout, et peut être tout simplement l’eau propre. Car même l’eau propre est un luxe pour eux qui la première nuit n’ont pas hésité à boire l’eau savonneuse du seau destiné au nettoyage d’urgence du sol…

Alors bien sûr ils changeront, ils changent déjà, il y a moins de pipis de marquage, moins de bêtises, les personnalités de chacun se font jour et oui, quelque part c’est un bonheur pour Sophie de contribuer à leur permettre de continuer leur vie dans des conditions qui nous semblent évidentes de propreté, de soins, de bien être et d’amour.

Mais à la lecture des dizaines de mots de félicitation et d’encouragement sur FB il m’apparaît que PERSONNE ne peut comprendre ce que vit réellement Sophie, qui passe ses nuits avec eux, dans leur puanteur, pour les rassurer, qui passe son temps la serpillière à la main, qui voit heure après heure ses vitres griffées, son salon ruiné… Non, il ne suffira pas « d’un bon bain » pour ces malheureux, mais des dizaines d’heures de travail. Qui à part elle ferait cela?

Et ensuite il faudra remettre la maison en état, laver les rideaux et les tapis, peut être les jeter, détacher le canapé en tissu, camoufler les rayures du canapé en cuir, redonner un coup de peinture sur le bas des murs (autant dire repeindre des murs entiers), dire adieu aux objets cassés…. Qui à part Sophie accepterait cela, en plus de continuer les co-voiturages et être présente pour les nombreuses personnes qui contactent Chôc! via FB?

Et malheureusement  les aléas de l’actualité n’aident pas Sophie dans son sacerdoce: les mesures de confinement dues à l’épidémie de coronavirus nous empêchent – Ludivine et moi- d’aller l’aider à toiletter, elle devra seule, tant bien que mal, essayer de tondre et de laver des chiens qui ne connaissent rien de l’hygiène élémentaire, qui ont peur de l’eau, de la brosse et du bruit de la tondeuse….

L « amooooouuuur de la race », le vrai,  il est là. L’amour de la race, c’est mettre de côté tout le matériel, tout son confort,  reporter sine die ses occupations professionnelles ,amicales, familiales (qui pourrait-elle recevoir chez elle qui comprendrait ce qu’elle accepte de vivre?) pour ne penser qu’à donner une vie meilleure à ces chiens déshérités que le hasard à mis sur sa route.

Merci Sophie »

Dernière minute, 17 mars:  Un grand merci au Dr Nouri et au Dr Brignoli de Pont sur Yonne qui ont accepté de stériliser -et du coup, tondre- la petite chienne du gang en urgence, juste avant la prise d’effet des mesures de confinement, car nous ne savions pas si elle était gestante ou non. Il n’aurait plus manqué que la mise au monde de chiots consanguins pour ajouter au difficile quotidien de Sophie... »

 

12 Mars 2020

On vous a déjà parlé de « l’amour de la race »? « Je veux faire reproduire mes chows, c’est par amour de la race »

Ou du « bonheur de faire faire une portée à ma chienne pour qu’elle connaisse le plaisir d’être maman »?

Et bien voici la parfaite illustration de ces 2 concepts mystérieux!

Ces 5 chiens, c’est la SPA de Hirson qui est allée les chercher il y a quelques jours suite à une enquête pour maltraitance. Ils vivaient sur un balcon, au milieu de leurs excréments.

Ah! l’amour de la race… Il nous fait déplacer des montagnes… Nous prenons contact avec le refuge, qui accepte de nous confier les chiens. Aussitôt nous bâtissons notre plan d’action. Il nous faut une FA capable d’accueillir tous les chiens ensemble, et de les garder en quarantaine, on ne sait pas de quels parasites ces chiens tant aimés peuvent être porteurs. Toutes nos FA ont des chiens, mais chez Sophie, Bailey’s et Fidji sont sociables avec tout le monde et elles acceptent bien volontiers de partir en colonie de vacances chez Sylvie, par amour pour leurs congénères. L’amour de la race, encore…

Et hop, à l’aube, Sylvie et Sophie partent chercher les chows à Hirson, pleines d’inquiétude, parce que ces chiens sont totalement désociabilisés… On compte les doigts au départ, 10 chacune, on espère en avoir autant au retour…

Sur place, l’équipe du refuge capture les chows sans dommage corporel, malgré quelques tentatives de rébellion… Quelques frayeurs…. Merci à eux, et à leur amour des animaux!
A chaque capture, on lit la puce, et on essaye de deviner s’il s’agit d’un mâle ou d’une femelle. Et oui, on en est là,! les chiens sont tellement sales et leurs corps si emprisonnés dans une carapace de poils collés par des choses auxquelles nous préférons ne pas penser, qu’on ne peut deviner en les regardant si ce sont des mâles ou des femelles.

On repart du refuge, existe-t-il des boules Quiès pour le nez? A partir de cet instant de votre lecture, nous voulons que vous imaginiez qu’une odeur aigre pénètre vos sinus:  l’odeur de l’amour de la race.

3h30 de route pour rallier Chartres, on va ouvrir les fenêtres des voitures pour ne pas finir asphyxiées… Et enfin, ils arrivent à destination! La descente des véhicules se fait sans dommage, les petits sont contents de pouvoir se dégourdir les pattes, ils se laissent enlever harnais et laisses, et arrivent dans le jardin! Nous avons toujours 10 doigts chacune et nous aimons toujours la race!

Le gang des 5 prend vite possession de son nouveau territoire, jardin maison… Certains avec plus d’hésitations que d’autres. Mais très rapidement, nos 5 terreurs se détendent, une boite de Vache qui Rit entière y passe, quelques saucisses cocktail aussi.

 

Rapidement, nous évaluons les dégâts. En vrac: otites, lésions cutanées visibles sous la crasse, les femelles sont-elles pleines, propreté pas acquise, traces de morsures, marche en laisse non plus -évidement, sont-ils même un jour sortis de leur balcon avant que la SPA ne s’en mêle? C’est donc ça l’amour de la race!

Alors de grâce, vous qui vous apprêtez à acheter un chiot…   Pensez aux parents de ce chiot… Quelles sont ses conditions de vie? A qui allez vous donner quelques billets pour ce chiot mignon? A quelqu’un qui aime la race?

Le papa

Dans les jours qui viennent, nos 5 gangsters iront voir le vétérinaire, recevront des vaccins, seront stérilisés, tondus, soignés pour leurs divers bobos, vermifugés, traités contre les puces, et NOURRIS et hébergés au chaud dans une maison. Oui parce que par amour pour la race, nos FA font tout ça.

 

Réglisse

24 Janvier 2020

Un matin de Novembre, à l’aube, comme tous les jours, Laura prend la route pour aller travailler.

Et là, au bord de la route, un chien tout noir, l’air perdu… Laura essaye de l’attirer, il fuit. Il a l’air maigre et sale. Toute la matinée la vision de ce chien noir l’obsède. Sur le chemin du retour, elle roule les fenêtres ouvertes, guettant sa présence, elle sait qu’il l’attendra là où elle l’a vu le matin.

Et bingo! il est là et cette fois, il acceptera de monter dans sa voiture. Elle l’emmène chez un vétérinaire pour faire vérifier sa puce, il n’en a pas, ni de collier, ni de tatouage.

Laura se demande bien quoi faire avec ce chien inconnu, dont l’âge est évalué à 5 ans, qui est maigre et sale. Les chiens elle ne connait pas, elle n’a que des chats. Mais, comme Natacha qui avait trouvé Oréo, elle ressent quelque chose de fort pour ce chien qu’elle a trouvé… Elle repart donc avec lui et l’installe dans sa grange, avec nourriture et eau.

ça c’est moi quand Laura m’a trouvé

On ne peut qu’imaginer tout ce qui se passe dans la tête de Laura… L’inconnu ressemble fortement à un chow, malgré la crasse et la maigreur. Il faut lui trouver un nom, il faut le faire toiletter pour lui enlever cette odeur de pisse. Comment ça va se passer avec ses 2 jeunes enfants? Et avec ses chats? Quelle a été sa vie? D’où sort-il? Combien sa remise en état va coûter?

Nous contactons Laura et lui proposons notre aide pour financer les soins de l’inconnu.

Celui qui devient Réglisse comprend qu’il tient sa chance pour une belle vie. Alors il se laisse toiletter pendant 3h par une professionnelle. Il rentre gentiment dans la maison. Il n’aboie pas. Il est facile.

Je sens enfin bon et mon poil est doux!

Quelques semaines passent et l’attachement de Laura pour Réglisse grandit. RDV est pris chez le vétérinaire pour le pucer. Il faudra attendre qu’il prenne du poids pour recevoir les 1 ers vaccins et envisager la castration.

Identification et vaccins Réglisse

j’existe officiellement!

1 mois plus tard, Réglisse reçoit ses primo-vaccinations, et encore 1 mois plus tard, il sera castré.

de plus en plus noir!

Enfin, ce chien errant reçoit les soins dont il a toujours manqué! Câlins, beaucoup de câlins, nourriture, anti-puces et tiques, promenades, entretien du poil, vaccins… Quelle a été ton ancienne vie Réglisse? D’où t’es tu échappé? ou bien as-tu été mis dehors une fois que tu as cessé d’amuser tes ex?

Réglisse n’est pas proposé à l’adoption, et restera chez Laura, s’il s’habitue à cette nouvelle vie qui lui est offerte.

Réglisse prend des gâteaux

Mais vous pouvez le parrainer pour financer ses soins passés (puce, vaccins, castration), et futurs, notamment les anti puces et tiques, sur lesquels nous sommes particulièrement vigilants car Réglisse habite dans un bassin important de pyroplasmose.

 

 

 

 

Finn et Fanny

25 mars:  » Cet après midi séance toilettage aux ciseaux et à la brosse. Fanny est de plus en plus noire et Finn semble avoir doublé de volume !

Après l’effort,  le réconfort pour elles et la récompense pour nous:Fanny c’est endormie à mes côtés sur le canapé et Finn s’est allongée par terre à côté de Philippe. 

Encore un petit pas de gagné ! !« 

 

18 mars: « Malgré la gravité de la situation actuelle nous ne subissons pas le confinement de la même façon que les citadins. La campagne est très appréciable en cette saison et les filles sont les premières à en profiter. »

24 février:  » Nous avons bien profité du week end. 

Nous avons découvert des lieux où nous irons régulièrement nous promener: l’abbaye, le canal , le château . . . . Les gens que l’on rencontre viennent nous caresser et ils rient de nous voir si  heureuses.« 

26 janvier : Reine Fanny, nous donne des nouvelles depuis son royaume. Elle observe depuis son nouveau trône, les fleurs qui poussent et écoute les oiseaux qui gazouillent. Ses dauphines, Finn la dormeuse et Elysée la frimeuse, elles, veillent à ce que rien ne perturbe le royaume 🙂

22 janvier:  Que faire par une froide journée d’hiver?

13 janvier: «  Finn et Fanny sont intelligentes et donc adorables. On ne leur a  trouvé aucun défaut depuis qu elles sont chez nous. Au bout d’une semaine on dirait même qu elles ont toujours vécu avec nous!!!!

Voici donc des photos du week end. 

Après le bain et les soins et l’après midi dans le jardin avec Élysée la shar-pei.« 

 

03 janvier 2020: C’est co-voiturées par les adoptants de Blanche et de Cannelle (Maxime et sa maman) que Finn et Fanny ont traversé la moitié la France pour rejoindre leur FA en Auvergne.

Elles ont été très sages en voiture et, comme le soulignait le refuge, elles sont inséparables: ce matin c’est couchées l’une contre l’autre que les a surprise le réveil matin.

Finn, harnais rouge, Fanny, harnais bleu

Avec les humains, elles sont de vraies calinettes, assoiffées de caresses et d’attentions.

L’appétit? il va bien!

 

Précision: il est inutile de postuler pour adopter les deux chowchottes qui resteront toute leur vie dans cette FA. Le refuge tient à ce que Finn et Fanny gardent juridiquement le statut de chiens en famille d’accueil pour pouvoir assumer les frais afférents à leur santé.

 

 

 

cherche famille d’accueil ⚠️
Finn ( la bleue ), Fanny ( la noire)
Âge : 9 ans et demie
Sexe : femelle
Race : chowchow
Visible : au refuge
Animal réservé : non
Type de placement : maison avec jardin clôturé ou appartement
Entente avec les autres chiens : compatible mâles et femelles
Entente avec les chats : non compatible
Entente avec les enfants : compatible mais qui respectent leur tranquillité donc on évitera en bas âge
Entente avec les adolescents : compatible

Finn et Fanny sont deux sœurs inséparables. Elles vivent ensemble depuis leur plus jeune âge et sont très fusionnelles, il est donc impossible de les faire adopter séparément. Elles seront placées en famille d’accueil.

Fanny est une chienne très sociable autant avec les humains qu’ avec ses congénères. Elle est très affectueuse et adore les câlins.
Finn contrairement à sa sœur est plus réservé, cela est du à leur passé difficile. Il faudra donc être doux et patient afin qu’elle prenne confiance. Mais une fois qu’elle se sent à l’aise c’est une chienne très affectueuse.

 

Si vous souhaitez adopter ou prendre ces deux sœurs en FA il faut contacter la SPA Déodatienne:

adresse: Vosges FR, Chemin de Chaumont, 88100 Saint-Dié

tel: 0673507097

Adresse FB: https://fr-fr.facebook.com/spa.pbelfort

Opium

25 décembre: Avec Opium on en est pas à poser des coiffes de Père Noël sur la fourrure mais en cette nuit de Noël Opium a fait le plus beau des cadeaux à Chantal: il est venu se réfugier près d’elle et elle a pu le caresser lorsqu’ ont éclaté des pétards!

Vive Noël!

22 décembre:  » Que St Clomicalm apporte la paix et l’apaisement à Opium! 🐶🦊🐶 St Nicolas l’a déjà rendu vraiment plus sociable : il dort ds la journée à 1m de moi et aujourd’hui il est entré dans l’espace étroit compris entre table basse et canapé. L’exploit de Noël !!! »

 

07 juillet : « Voilà les débuts de Monsieur Opium dans la série « J’entre et je sors quand je veux » !!!  Ce que la pluie n’a pas réussi à faire, la chaleur persistante y est arrivée. Hooly a eu un mini coup de chaleur et s’est enfin résolue à passer du temps à l’intérieur. Quand Petitou, lassé d’attendre au bout de 3 heures, a vu qu’elle ne ressortait pas, c’est lui qui est entré, lui a fait des léchouilles, puis est ressorti, et ce à de nombreuses reprises.
Ce n’est pas LE progrès majeur, mais c’est une véritable avancée (sans mauvais jeu de mots) !!! »

30 juin : Opium continue son apprentissage auprès d’Hooly. Aujourd’hui au programme, séance de jeu 🙂

Jeu avec Hooly

22 juin: Désormais Mr Opium s’aventure un peu dedans mais…. c’est Hooly qui a tendance à copier sur lui et à rester dehors! Ha! ha! ha! Les mauvais comportements sont bien plus faciles à imiter que les bons…

Mais Chantal est  toujours confiante car Opium est désormais très heureux de la voir apparaître au rdc, il sprinte tout joyeux dans le jardin, incite Hooly au jeu et plus aucune crainte ne se lit dans son regard… les progrès sont insensibles mais constants!

05 juin: « Il est rentré! »

Que cette nouvelle fait du bien! Nous ne nous étions pas trompées en pariant sur le mimétisme et l’exemple donné par Hooly.

« Depuis quelques jours je voyais bien qu’il mettait ses deux pattes avant sur le bord de la porte fenêtre, qu’il trépignait en battant de la queue. Ce soir la pluie l’a peut être décidé… Hooly est couchée contre le canapé, lui il va, explore, renifle…. je ne bouge pas pour ne pas l’effrayer…. »

Il aura fallu 3 semaines, finalement ce fut assez bref; les progrès seront constants désormais…

 

« Bonjour, nous prenons contact avec vous car nous avons un chow de 10 mois et nous ne parvenons pas à l’approcher, ni à le faire rentrer à la maison, ni même à le faire s’abriter lorsqu’il pleut. Impossible évidemment de le brosser et si un jour il est malade il sera impossible de l’emmener chez le veto ou de  lui faire des soins. Nous pensons qu’à son âge, entre des mains plus expérimentées que les nôtres, Opium a des chances d’évoluer« .

Bien qu’habitués des excuses bidons en tout genre pour larguer son chien, après une conversation avec l’humain d’ Opium,  nous n’avons pas douté de la difficulté du cas, aussi c’est avec beaucoup de doutes que le 11 mai nous sommes allées tenter de « capturer » Opium.

Opium, que Sophie a immédiatement baptisé « Bébé Sauvage »….

Inutile de chercher à incriminer ses ex, ils ont tout tenté pour approcher Opium, seuls, car grâce à Dieu, le côté inapprochable d’ Opium lui a évité d’avoir affaire aux éducateurs canins qui sur les chows font le plus souvent plus de mal que de bien. « Si vous ne pouvez pas l’approcher on peut rien faire » autre variante de « si vous ne pouvez pas lui mettre une muselière, on peut rien faire » que nous avons déjà entendu…. Ben, si on pouvait en quoi on aurait besoin d’un « éducateur canin »? lorsqu’il ne s’agit plus de faux problème, en cas de vraie difficulté comportementale, il  n’y a le plus souvent plus d’abonné au numéro qu’on a demandé…

Bébé Sauvage, c’est finalement sa famille qui l’a « capturé », l’incitant à rentrer dans la maison avec une friandise et refermant la porte derrière lui. Et là….. nous avons compris qu’ils ne se soient pas astreints plus souvent à cet exercice. Opium était TÉTANISÉ! figé sur ses 4 pattes raides, la queue basse, le regard perdu… aucune agressivité mais un terrible blocage. On n’achète pas un chien pour vivre ça, pour voir ça…. quelle frustration….. la dame a doucement passé le harnais, nous avons tracté Opium jusqu’à la voiture, l’avons hissé, poussé aux fesses….il n’a plus bougé durant les longues heures de route, s’il avait pu se retenir de respirer, il l’aurait fait.

Mais qu’à pu vivre Opium pour être ainsi, à 10 mois? la cause est à rechercher dans sa génétique ou son passé avant l’achat puisque le jour de l’acquisition, rentrant tous fiers avec Opium dans les bras, celui-ci à peine posé à terre a filé à l’autre bout du jardin et n’a plus pu être approché sans créer chez lui une véritable terreur.

Nous voici donc arrivées à destination avec « Bébé Sauvage ».

L’idée:  sociabiliser Opium par l’exemple.

Pour cela il fallait une chienne équilibrée et expérimentée ainsi qu’une humaine disponible et bienveillante:  Hooly et Chantal ont accepté de relever le défi!

Alors c’est parti!

Bébé Sauvage a été descendu de la voiture, tracté dans le salon, tout  comme au départ: TÉTANISÉ! figé sur ses 4 pattes raides, la queue basse, le regard perdu…. quand est apparue Hooly! avez-vous déjà vu un chien sourire? et bien Opium a souri! Son panache s’est redressé, son regard s’est illuminé, ses muscles se sont détendus. Durant les heures qui ont suivi, Opium a beaucoup reniflé Hooly, qui s’est laissé faire, comprenant la détresse du chiot.

Une semaine a passé.

Opium ne semble pas du tout affecté par son changement de domicile, il mange bien, il reste dans le périmètre d’Hooly, l’invitant au jeu, lui chipant les Dentastix jusque dans la bouche. Hooly, patiente, se laisse faire et va en réclamer un autre à Chantal. Qui le donne.

Ainsi sont les propriétaires des chows, à leur service. Et ceux qui ne l’ont pas compris, ou qui ne conçoivent pas ainsi les relations avec un chien, ne sont pas dignes de vivre avec un chow chow.

Pour le moment, Opium ne rentre toujours pas, cela ne fait qu’une semaine. Il reste sur le pas de la porte mais, curieux, observe tous les faits et gestes de Chantal. Un jour il se débloquera. Ça viendra de lui. Chantal papouille beaucoup Holly, la flatte, la gâte…. un jour Opium voudra lui aussi goûter aux caresses. C’est notre pari.

 

Notre Bébé Sauvage n’est pas à l’adoption, il ne le sera peut être jamais.

A suivre…..