Archives de catégorie : chow chows à l’adoption

Jouck

Samedi 13 juin:  Laure et Patrick,  sur la route pour aller récupérer un chow mordeur, en risque d’euthanasie, Jouck.  La route est longue, émaillée de réflexions …. « Et si le propriétaire avait raison ? et si il était irrécupérable ? il va peut être agresser les nôtres ? » Toutes ces questions qui tournent dans la tête….

Et puis c’est le moment de la rencontre, laissons la parole à Laure:  « En arrivant sur le lieu du rendez vous, on constate très vite qu’ il n’est pas agressif. Au fur et à mesure de la conversation, on se rend compte qu’il s’agit plutôt d’incompréhension et de mauvais conseils….

Le voyage de retour se passe plutôt bien, Jouck est assis derrière et regarde le paysage se dérouler.  Arrivé à la maison il fait le tour du jardin très intéressé, manque de chance il y a une chienne en chaleurs…. et Jouck a déjà sailli dans sa vie, il faudra vite le castrer. Pour le moment il est assez calme, mange un peu, ça ira mieux demain…..

Dimanche matin, on ouvre la porte, et il se met à trembler de ses 4 pattes, il est terrorisé!  Pourquoi?

On le laisse faire son tour,  il revient gentiment quand on l’appelle.

Dans la journée il a eu la diarrhée, quand je suis venue nettoyer, il était sur la défensive, grognait et avait visiblement peur du balai…. il m’a fallu reculer et revenir plus tard.

Nous avions prévu un rv chez le vétérinaire  dès le lundi matin, parce que Jouck est sous neuroleptiques depuis 18 mois, ce que nous savions, et qu’il avait un méchant hot spot, ce que nous ne savions pas. Le véto, prévenu par mes soins, le laisse faire le tour de la salle d’examen pendant que l’on fait le tri de son dossier médical. Le veto se penche, l’appelle,  Jouck finit par venir et pose sa tête sur la cuisse du praticien, lui lèche le bras, il peut soigner le hot spot, c’est à dite couper les poils, désinfecter…. On convient de le stériliser la semaine suivante et de ne commencer le sevrage des médocs qu’après.

Jouk, première consultation

Nous pensons que durant cette première semaine, il est urgent de lui laisser du temps. On lui parle, on l’ appâte avec des friandises qu’il aime. Il apprécie les gamelles, et en redemande, cela tombe bien il n’est pas épais. Mais il a peur de moi. Il voit les autres chiens, ne cherche pas à les agresser. On lui a présenté une petite chienne très joueuse, Pupuce, qui est revenue en râlant:  « Il n’est pas drôle celui la, il ne joue pas !« 

Une semaine après, le mardi matin, direction la clinique véto pour la castration… j’avoue être un peu anxieuse. Mais ça se passe bien, pas de grognement, encore moins d’agression.

facture castra jouk

Après ma journée de boulot, je vais le chercher, avec un autre chien. normalement j’en ai pour une heure… et nous voila bloqués sur le parking du vétérinaire car ma voiture ne démarre plus: appel de l’assistance, il nous faut attendre une bonne heure. Il fait une chaleur épouvantable, pas de clim et aucun moyen d’ouvrir les vitres. Je les sors a tour de rôle. Jouck est gentil, sort et rentre dans la voiture sur mon ordre. Lors du trajet retour avec la dépanneuse, je reste dans la voiture sur le camion, pour pouvoir entrouvrir la portière avant pour avoir un peu d’air. Patrick vient nous chercher chez le garagiste, Jouk est content de le voir et fait les derniers kilomètres assis sur le siège passager sans bouger.

Le lendemain, changement radical d’attitude, il est content de me voir et vient même chercher une caresse ! on décide de lui retirer le carcan et de lui installer une bouée ce sera moins inconfortable, il se laisse faire. prend les médicaments sagement. On commence le sevrage des neuroleptiques. son regard change, mais nous sommes prudents, le vétérinaire nous a bien dit que ça peut ne pas être linéaire.

Aujourd’hui, on peut dire que ça se passe bien , il fait des progrès tous les jours. on le reprend quand il grogne, et il commence à comprendre que ce n’est pas bien.

Prochaines étapes, le brosser et l’intégrer dans un groupe avec les autres chiens. En tout cas au bout de 17 jours il n’a pas mordu, n’a même pas essayé. Il a toujours un peu peur de mouvements brusques ou quand on passe derrière lui. Chaque jour il se révèle, c’est un « discuteur » il vocalise beaucoup pour communiquer ».

Si Jouk ne change pas, l’éducateur canin auquel nous avions envisagé d’avoir recours  ne s’avérera pas utile, Jouck est un chow, c’est tout, c’est à dire un chien que l’on vouvoie, expression très usitée dans le monde du cheval, totalement ignorée du monde canin, et qui pourtant illustre à merveille la relation qu’il convient d’entretenir avec son chow.

Amateurs de chiens, passez votre chemin!

La présentation de Jouk à fait chavirer votre cœur? La suite par ici!

Iona

27 juin 2020

« C’est moche ce qui arrive« …. C’est à peu près la phrases qui est venue aux lèvres de chacun(e) d’entre nous lorsque la jeune maîtresse d’ Iona a pris contact avec nous le we dernier.

Iona a 7 ans et c’est une chienne qui a été, qui est toujours, très aimée. Oui mais voilà, sa maîtresse est décédée, très jeune, laissant sa chienne Iona et sa fille mineure, Elodie, au bons soins de la famille.

« C’est moche ce qui arrive« . A cette dame, à Elodie, à Iona.

A l’immense chagrin de perdre leur maman c’est ajouté, pour Elodie et Iona le chagrin d’être séparées.

Après avoir vécu bien des moments douloureux ensemble, c’est seules chacune de leur côté qu’elles ont du continuer à affronter la vie.

Iona est passée du lit de sa maman à une cuisine qu’elle partageait avec un couple de golden, situation qu’elle a de moins en moins supporté jusqu’au jour où, ses chaleurs aidant, il y a eu un gros clash, suivi de bagarres devenues quasiment  incessantes.

« C’est moche ce qui arrive« ….

Très courageuse, Elodie nous a contactés pour que nous trouvions à Iona une famille où elle pourrait continuer sa vivre sa vie comme elle l’avait toujours vécue: centre de l’attentions d’humains dévoués à son bonheur exclusif.

……………………………..

Nous avons récupéré Iona le dimanche 21.

Le lundi 22 Iona était chez le veto pour soigner ses morsures (heureusement légères), refaire ses vaccins et acheter un antiparasitaires.

Vaccin ++ iona

 

Sophie, sa FA nous dit d’ Iona qu’elle est une  » petite chienne très affectueuse, qui a besoin de beaucoup d’attention.

Elle a beaucoup souffert du décès de sa maîtresse, mais quand elle se sent en confiance c’est gagné.

Elle adore les ballades, mais aime également le confort de la maison.

Nous avons découvert qu’elle adore le fromage, la Vache qui Rit, et les yaourts.

Pour le brossage pas de problème, elle aime ça. Elle se laisse nettoyer les yeux facilement.

Avec nous elle était calme en voiture (1h30 de trajet sans problème).

Il est peut-être préférable qu’elle soit l’unique animale de la maison, de façon à retrouver la vie à laquelle elle était habituée et qui semble lui convenir ».

Les chats?  Il nous reste à tester Iona avec un chat compatible chien.

Il nous reste aussi à faire prendre un peu d poids à la douce fifille car apparemment quelques kilos sont restés dans les épreuves vécues.

Il nous reste également à la stériliser, ce qui ne pourra être fait avant la mi-août.

Vous rêvez d’ une âme sœur? Elle s’appelle Iona!

 

 

Yeti

07 juin: Les soins se poursuivent sur Yeti et nous recevons la première facture vétérinaire: soins ophtalmo (rectification entropion car l’infection est toujours présente)  et dépistage sanguin des parasitoses: 671 USD soit 640 e avec la commission Paypal qu’il serait inéquitable de laisser à la charge du vétérinaire.

.

 

1er juin:  Les tests obligatoires aux  diverses maladies parasitaires (vers du cœur, babésiose, Lym et compagnie…) sont revenus….NÉGATIFS! Et Youpi!

25 mai: Pour sauver Yéti et pouvoir le faire rentrer en France nous avions évalué le montant des frais (vétérinaire, pension, transport, administratif)  à 2290 e.

Profitant du long  we de l’ Ascension pour motiver les troupes nous avons créé le Yéti-Thon: il a été un succès!  Au terme de ces quatre jours 2385 e ont été récoltés, sans compter les chèques qui n’ont pas encore eu le temps d’arriver au siège.

Vous êtes formidables et , depuis sa pension, Yéti vous remercie chaleureusement:

Yéti mange…avec appétit!

Yéti découvre les trottoirs

Promenade, plus à l’aise

Voici une somme déjà payée pour transporter Yéti du refuge du moine Brother à la pension de Pékin:

Paiement envoyé à Little China Dog Rescue
8 mai 2020 21:03:58 UTC+2
Numéro de transaction : 9U0829251D8421035
État du paiement : TERMINÉ
Type de paiement : Paiement personnel
Montant
-86,59 GBP
Votre paiement
Montant avant commission
-86,59 GBP
Frais PayPal
-3,32 GBP
-89,91 GBP

Conversion de devise

Conversion de : 107,99 EURConversion en : 89,91 GBPTaux de change : 0.832558139534884

Informations de contact

c2irescue@hotmail.com

Remarque à Little China Dog Rescue

Pour Yeti

Détails de l’approvisionnement

Type d’approvisionnement : Solde PayPal
Source d’approvisionnement : -107,99 EUR – Compte PayPal

 

 

20 Mai 2020

Les sauvetages internationaux sont toujours le fruit d’une coopération transfontalière. Il faut un réseau, il faut des bénévoles sur place, il faut des infrastructures d’accueil sécurisées, il faut des vétos, il faut des professionnels expérimentés dans les procédures d’exportation, et il faut des fonds.

Et ça commence toujours par :
« Hello, I have been made aware of this chow. He’s in a terrible state » (Bonjour, on m’a prévenu pour ce chow, il est dans un état horrible)
C’est Elaine qui donne l’alerte depuis l’Angleterre.

A ce stade, vous ne savez pas l’âge, le sexe, les maladies, les ententes, vous savez juste qu’à l’autre bout du monde, un animal souffre, et sans sponsor pour financer ses besoins médicaux, il va mourir.

Etat des lieux… prolapsus anal, entropion…

Pour Yeti, le message est arrivé le 3 mai, il faisait beau, il fallait tondre la pelouse, faire la poussière ou sortir la pizza du four. Quelques photos et vidéos horribles accompagnent l’alerte, et aussitôt, nous sommes en contact avec les gens qui ont mis le chien en sécurité. Pendant ce temps, notre pizza brûle, la poussière s’accumule et la pelouse attendra.

Yeti est en Chine, à Anshan, dans le refuge d’un moine bouddhiste, Brother, qui accueille actuellement 500 chiens. Yeti vient d’être acheté à un boucher, à qui il avait été vendu par son propriétaire quelques jours plus tôt. Ben oui, Yeti avait besoin de soins médicaux d’urgence, alors plutôt que de payer pour une chirurgie, son propriétaire a choisi d’être payé au kilo.

C’était sans compter sur le cœur de Brother, qui l’a secouru. C’est à cet instant que la chance de Yeti tourne. Brother est connu, comme d’autres activistes de la protection animale, et l’association australienne  Fight Dog Meat finance la chirurgie d’urgence.

Yeti souffrait d’un prolapsus anal- comment a-t-il pu avoir un prolapsus anal, c’est un sujet auquel nous préférons ne pas penser, là, on a préféré se concentrer sur l’évacuation de la fumée de la pizza brûlée- il a également été opéré des entropions et stérilisé.

Oeil gauche fichu

Prolapsus anal

Aië!

Opération des yeux

Post op

Promenade

Mais voilà, un refuge qui accueille 500 chiens n’est clairement pas l’endroit idéal pour un chien convalescent, peut-être aveugle faute de soins à ses yeux. Il faut évacuer d’urgence Yeti, et l’emmener à Pekin (12h de route) où il pourra être pris en charge dans une clinique vétérinaire pour le suivi post-op et le reste de ses soins, puis dans une pension jusqu’à ce qu’il puisse voyager. Rajoutons à cela les restrictions de circulation liées à l’épidémie de Covid, il est urgent d’organiser le transport car des rumeurs de retour au confinement circulent.

C’est Gabby, irlandaise et fondatrice de l’association Little China Dog Rescue qui est aux manettes avec ses contacts locaux.
Elle est en contact avec Mme Wang, qui affrète 2 fourgons pour transporter 10 chiens jusqu’à Pekin, remplit les autorisations adéquates – l’entrée dans la province pourrait être refusée sans les bons formulaires.

Du travail de pro. 10 chiens arrivent ainsi chez le Dr Gavin à Pekin.

Transport pour Pékin

Ouf! Yeti l’a échappé belle, une épidémie de maladie de Carré se déclare dans son refuge, maladie mortelle et fulgurante, et le Dr Gavin se rend sur place avec une partie de son équipe, des médicaments, des vaccins pour tenter de sauver les chiens malades. Là aussi, le nerf de la guerre, ce sont les fonds, les traitements ne sont pas gratuits, et les vétérinaires offrent déjà leur temps et leur savoir faire.

A son arrivée à la clinique de Pekin, Yeti est scruté: analyses de sang, de selles, de la peau. Nous recevons les résultats, Yeti a une otite, Yeti a des vers, Yeti est aveugle d’un œil, aucune maladie mortelle n’est détectée, Yeti va donc recevoir les vaccins et traitements adéquats.

Son âge est évalué à 5 ans, et notre nouveau protégé est un tout petit chow: 14KG, même si on peut imaginer qu’il n’est pas épais, il restera un petit modèle.

Aujourd’hui, Yeti est hors de danger: encore à la clinique, nous recevons ses bilans de santé régulièrement. L’urgence est passée, il faut « consolider » son état, il a pour le moment des problèmes de transit suite à sa chirurgie, son immunité est basse mais… il n’est pas malade.

Que va-t-il se passer ensuite?

Yeti quittera la Chine dans un temps incertain.
Incertain parce qu’il faut que sa santé soit suffisamment solide pour supporter le voyage en avion.
Incertain parce qu’il faut que les vols reprennent, que des dizaines de chiens attendent que les vols reprennent, parce que le virus a aussi eu cette conséquence… des dizaines de chiens sauvés par les refuges locaux et destinés à être adoptés aux USA, en Europe sont restés bloqués en Chine. Et il faut des bénévoles pour faire les trajets et prendre les chiens en « bagage » lors de leurs vols, pour que ces rescapés des marchés de la viande de chien puissent, enfin, connaître le bonheur de vivre dans la famille qui les attend.

Alors Yeti ira dans une pension, toujours à Pekin, où il sera préparé pour son voyage, parce que Judith, qui tient la pension, sait quels papiers il faut remplir pour exporter un chien vers telle destination, quels vaccins il faut, quels vermifuges il faut donner 36h maximum avant le vol.

Nous avons chiffré le coût que va représenter le sauvetage de Yeti, jusqu’à son départ:

Nous lançons dès à présent un appel aux dons pour couvrir ce coût. Nous souhaitons même que vos dons dépassent le coût que représente son sauvetage, pour que nous puissions aider le refuge qui a sauvé Yeti, pour que nous puissions aider les associations qui œuvrent quotidiennement à sauver des animaux de leur horrible destin en Chine.

Parce que Yeti est une goutte d’eau… de plus… une toute petite goutte d’eau… mais qui coulera jusqu’à ce que ces pratiques horribles cessent… Parce qu’il ne s’agit pas juste de manger du chien ou du chat, il s’agit de manger un animal tué dans des souffrances abominables, pour en « améliorer les vertus ». Il faut agir pour changer les mentalités sur place. Et pour que les associations locales puissent continuer à sauver des vies, il faut que les animaux sauvés soient adoptés, ailleurs, loin, et il leur faut des fonds.

Vous pouvez faire parvenir vos dons, en précisant « pour Yeti »:

  • par Paypal:


en cochant « transfert entre proches »

  • par virement, nous contacter pour les coordonnées bancaires
  • par chèque, à l’ordre de l’association et à adresser à:
    Chow au Cœur
    20 rue de la croix St Vincent
    89340 Villeblevin

 

 

Goliath

Nous diffusons aujourd’hui pour Goliath, croisé Chow de 9 ans qui se trouve au refuge S.P.A. de la région Creusotine.

Voici ce que nous dit le refuge à son sujet : « Un gros nounours, sympa comme tout, qui vivait en appartement, sociable et sans problème pour cohabiter avec les chats . Par contre Monsieur n’aime pas trop être contraint ou bousculé. Enfants s’abstenir. Un milieu calme, pas de jeux provoquant de l’excitation pour ce si beau loulou qui aime bien son indépendance, mais adore les promenades ! »

Si vous voulez plus d’information, il vous faudra prendre contact avec le refuge :

S.P.A. de la région Creusotine
32 rue Jean Lafoy
71170 MARMAGNE
Tél. : 03 85 78 32 97

Opium

14 juin 2020 : Des nouvelles d’Opium qui poursuit gentiment son apprentissage de la vrai vie de chien auprès d’Hooly la chowchowtte de la famille et surtout près de Rosie, la chatte qu’il adore par dessus tout 🙂

25 décembre: Avec Opium on en est pas à poser des coiffes de Père Noël sur la fourrure mais en cette nuit de Noël Opium a fait le plus beau des cadeaux à Chantal: il est venu se réfugier près d’elle et elle a pu le caresser lorsqu’ ont éclaté des pétards!

Vive Noël!

22 décembre:  » Que St Clomicalm apporte la paix et l’apaisement à Opium! 🐶🦊🐶 St Nicolas l’a déjà rendu vraiment plus sociable : il dort ds la journée à 1m de moi et aujourd’hui il est entré dans l’espace étroit compris entre table basse et canapé. L’exploit de Noël !!! »

 

07 juillet : « Voilà les débuts de Monsieur Opium dans la série « J’entre et je sors quand je veux » !!!  Ce que la pluie n’a pas réussi à faire, la chaleur persistante y est arrivée. Hooly a eu un mini coup de chaleur et s’est enfin résolue à passer du temps à l’intérieur. Quand Petitou, lassé d’attendre au bout de 3 heures, a vu qu’elle ne ressortait pas, c’est lui qui est entré, lui a fait des léchouilles, puis est ressorti, et ce à de nombreuses reprises.
Ce n’est pas LE progrès majeur, mais c’est une véritable avancée (sans mauvais jeu de mots) !!! »

30 juin : Opium continue son apprentissage auprès d’Hooly. Aujourd’hui au programme, séance de jeu 🙂

Jeu avec Hooly

22 juin: Désormais Mr Opium s’aventure un peu dedans mais…. c’est Hooly qui a tendance à copier sur lui et à rester dehors! Ha! ha! ha! Les mauvais comportements sont bien plus faciles à imiter que les bons…

Mais Chantal est  toujours confiante car Opium est désormais très heureux de la voir apparaître au rdc, il sprinte tout joyeux dans le jardin, incite Hooly au jeu et plus aucune crainte ne se lit dans son regard… les progrès sont insensibles mais constants!

05 juin: « Il est rentré! »

Que cette nouvelle fait du bien! Nous ne nous étions pas trompées en pariant sur le mimétisme et l’exemple donné par Hooly.

« Depuis quelques jours je voyais bien qu’il mettait ses deux pattes avant sur le bord de la porte fenêtre, qu’il trépignait en battant de la queue. Ce soir la pluie l’a peut être décidé… Hooly est couchée contre le canapé, lui il va, explore, renifle…. je ne bouge pas pour ne pas l’effrayer…. »

Il aura fallu 3 semaines, finalement ce fut assez bref; les progrès seront constants désormais…

 

« Bonjour, nous prenons contact avec vous car nous avons un chow de 10 mois et nous ne parvenons pas à l’approcher, ni à le faire rentrer à la maison, ni même à le faire s’abriter lorsqu’il pleut. Impossible évidemment de le brosser et si un jour il est malade il sera impossible de l’emmener chez le veto ou de  lui faire des soins. Nous pensons qu’à son âge, entre des mains plus expérimentées que les nôtres, Opium a des chances d’évoluer« .

Bien qu’habitués des excuses bidons en tout genre pour larguer son chien, après une conversation avec l’humain d’ Opium,  nous n’avons pas douté de la difficulté du cas, aussi c’est avec beaucoup de doutes que le 11 mai nous sommes allées tenter de « capturer » Opium.

Opium, que Sophie a immédiatement baptisé « Bébé Sauvage »….

Inutile de chercher à incriminer ses ex, ils ont tout tenté pour approcher Opium, seuls, car grâce à Dieu, le côté inapprochable d’ Opium lui a évité d’avoir affaire aux éducateurs canins qui sur les chows font le plus souvent plus de mal que de bien. « Si vous ne pouvez pas l’approcher on peut rien faire » autre variante de « si vous ne pouvez pas lui mettre une muselière, on peut rien faire » que nous avons déjà entendu…. Ben, si on pouvait en quoi on aurait besoin d’un « éducateur canin »? lorsqu’il ne s’agit plus de faux problème, en cas de vraie difficulté comportementale, il  n’y a le plus souvent plus d’abonné au numéro qu’on a demandé…

Bébé Sauvage, c’est finalement sa famille qui l’a « capturé », l’incitant à rentrer dans la maison avec une friandise et refermant la porte derrière lui. Et là….. nous avons compris qu’ils ne se soient pas astreints plus souvent à cet exercice. Opium était TÉTANISÉ! figé sur ses 4 pattes raides, la queue basse, le regard perdu… aucune agressivité mais un terrible blocage. On n’achète pas un chien pour vivre ça, pour voir ça…. quelle frustration….. la dame a doucement passé le harnais, nous avons tracté Opium jusqu’à la voiture, l’avons hissé, poussé aux fesses….il n’a plus bougé durant les longues heures de route, s’il avait pu se retenir de respirer, il l’aurait fait.

Mais qu’à pu vivre Opium pour être ainsi, à 10 mois? la cause est à rechercher dans sa génétique ou son passé avant l’achat puisque le jour de l’acquisition, rentrant tous fiers avec Opium dans les bras, celui-ci à peine posé à terre a filé à l’autre bout du jardin et n’a plus pu être approché sans créer chez lui une véritable terreur.

Nous voici donc arrivées à destination avec « Bébé Sauvage ».

L’idée:  sociabiliser Opium par l’exemple.

Pour cela il fallait une chienne équilibrée et expérimentée ainsi qu’une humaine disponible et bienveillante:  Hooly et Chantal ont accepté de relever le défi!

Alors c’est parti!

Bébé Sauvage a été descendu de la voiture, tracté dans le salon, tout  comme au départ: TÉTANISÉ! figé sur ses 4 pattes raides, la queue basse, le regard perdu…. quand est apparue Hooly! avez-vous déjà vu un chien sourire? et bien Opium a souri! Son panache s’est redressé, son regard s’est illuminé, ses muscles se sont détendus. Durant les heures qui ont suivi, Opium a beaucoup reniflé Hooly, qui s’est laissé faire, comprenant la détresse du chiot.

Une semaine a passé.

Opium ne semble pas du tout affecté par son changement de domicile, il mange bien, il reste dans le périmètre d’Hooly, l’invitant au jeu, lui chipant les Dentastix jusque dans la bouche. Hooly, patiente, se laisse faire et va en réclamer un autre à Chantal. Qui le donne.

Ainsi sont les propriétaires des chows, à leur service. Et ceux qui ne l’ont pas compris, ou qui ne conçoivent pas ainsi les relations avec un chien, ne sont pas dignes de vivre avec un chow chow.

Pour le moment, Opium ne rentre toujours pas, cela ne fait qu’une semaine. Il reste sur le pas de la porte mais, curieux, observe tous les faits et gestes de Chantal. Un jour il se débloquera. Ça viendra de lui. Chantal papouille beaucoup Holly, la flatte, la gâte…. un jour Opium voudra lui aussi goûter aux caresses. C’est notre pari.

 

Notre Bébé Sauvage n’est pas à l’adoption, il ne le sera peut être jamais.

A suivre…..