Archives de catégorie : chow chows à l’adoption

Pandi

Vous ne vous trompez pas: Pandi est bien la sœur de Panda, adoptée il y a un mois.
Si nous avons préféré ne pas faire adopter Pandi tout de suite c’est pour pouvoir comprendre un peu mieux son caractère et lui trouver un cadre de vie optimal en fonction de ses besoins.

Dans leur ancienne famille Pandi était l’ombre de Panda; cruel de les avoir séparées?
On peut aussi penser que Pandi était l’âme damnée de Panda, leurs ex  se demandant même si la domination psychologique qu’exerçait Panda n’aurait pas empêché Pandi de déclencher ses chaleurs…

Après le départ de Panda, Pandi a rapidement rejoint le Pays des Langues Bleues pour commencer sa sociabilisation et s’il y a une chose absolument certaine c’est que Pandi est une chowchowtte adorable. Qu’est-ce qui nous fait écrire cela?

  • Il est très facile, et même préférable, de prendre Pandi à bras le corps plutôt que de lui mettre une laisse car la laisse la met dans un état de panique extrême. Dans les bras, même avec de parfaits inconnus, elle ne bouge pas. Et on sait que ce comportement extrêmement familier est à proscrire avec la plupart des chows.
  • Pandi a rapidement dû être lavée et elle a accepté de se faire toiletter plus de 3 heures sans manifester la moindre rébellion. On ne saurait dire si elle a apprécié les 4 shampoings successifs (Lady Degrease et Lady Protéin de LadyBel)  mais en tous cas elle n’a pas bougé, acceptant sans la moindre panique le brossage et même le pulseur.

Premières constatations:

  • Pandi a un entropion à l’œil gauche qui devra être opéré
  • Pandi a deux ergots aux pattes arrières dont un très enflammé à cause de l’ongle incarné. Ils sont inutiles, il faudra les faire enlever.
  • Les oreilles présentent un excès de sébum, il y a vraisemblablement une otite céreuse bilatérale  et, oh! surprise! tous les shampoings pourtant spécifiques n’ont que peu réussi à entamer le gras qui suinte de la peau. Pourquoi? Nous verrons tout cela avec le veto chez lequel rv est déjà  pris .

Quelques jours plus tard l’anesthésie s’est bien passée et Pandi  a même bénéficié d’un mini lifting pour lui enlever le pli de a joue qui revenait sur son œil:

Ch’uis réussie, grrrrrr!

 

Et côté peau? Voici 1 mois que Pandi est traitée avec Douxo séborhée, shampoing, mousse et spray et sa peau est bien moins grasse,  son poil est plus soyeux et même son sous poil commence à pousser.  Il se peut que la stérilisation (intervenue il y a plus de deux mois dans son ancienne famille) et l’alimentation  jouent aussi mais nous ne saurons trop insister auprès de ses adoptants pour qu’ils continuent les shampoings spécifiques au moins une fois par mois durant les premiers temps, à adapter ensuite.

Par contre, du point de vue du comportement, Pandi ne fait aucun progrès.
Une fois le traitement post op terminé Pandi a été laissée libre d’aller et venir à sa guise car elle est sociable avec tous les chien(ne)s du PLB. Malheureusement, au lieu de choisir pour mentor un des loulous  sociables Pandi a choisi Girl et toutes les deux , à l’abri du même arbre, regardaient tomber la nuit et couler la pluie sans aucune intention de suivre la troupe à l’intérieur.

Vous m’attraperez pas, nananère!

Il a fallu « piéger » les deux filles pour les faire rentrer dans l’enclos d’ où elles peuvent à leur guise rentrer dans la maison.

Depuis 15 jours Girl et Pandi sont ensemble et sont promenées en laisse quotidiennement dans le terrain.


Girl progresse.
Pandi pas du tout. Toujours bon appétit et toujours gentille elle se laisse sans problème nettoyer les yeux, les oreilles et passer le harnais pour faire un petit tour. Physiquement elle va bien. Mais vis à vis des humains elle est toujours dans la fuite, elle déroule sa laisse au maximum pour être le plus loin possible,  elle ne renifle pas,  elle ne se soulage pas et n’a qu’une idée: fuir!

Moi ch’uis Louki, et toi t’es qui?

Il faut noter que son ex-famille, confortée dans son idée que Panda était la fauteuse de trouble, nous a gentiment proposé de récupérer Pandi.  Mais serait-ce une bonne idée?

A voir évoluer Pandi nous sommes persuadés que si Pandi vit avec un autre chien, ou d’autres chiens, elle se réfugiera derrière l’un d’eux et ne fera aucun effort pour aller vers l’humain, jamais; est-ce une vie pour une jeune chienne de 2 ans?
Car Pandi n’a pas peur de l’humain, elle n’a aucune raison d’en avoir peur, elle n’a jamais été maltraitée. Selon nous, c’est juste que depuis sa naissance elle avait pris sa sœur Panda comme référente et qu’ aller vers l humain lui demande un effort qu’elle n’estime pas nécessaire si une autre solution se présente.

Le profil selon nous idéal pour adopter Pandi:

  • Pas de chats car nous avons pu constater qu’elle manifeste un intérêt assez vif pour Bacchus et ses ex nous ont mis en garde: pas de chats!
  • Pas de chien qui empêcherait Pandi de faire un effort de communication envers les humains
  • De préférence une famille calme pour la mettre en confiance
  • Une famille patiente car Pandi ne sera pas mise en confiance du jour au lendemain et il y a beaucoup de choses qu’un chien doit savoir et que Pandi doit apprendre
  • Il faut un pavillon car il est impossible (pour combien de temps?) de sortir Pandi en laisse dans une rue
  • Il faut aimer toiletter (laver, sécher, brosser) car en période de confinement les salons de toilettage sont fermés.
  • Il faut prévoir un budget pour acheter des croquettes correctes (au PLB c’est Enova mono Chicken, cela peut être autre chose) et de bons shampoings et autres soins du pelage.

Vous êtes tentés et vous vous sentez aptes à faire de Pandi une chowchotte bien dans sa tête et dans ses pattounes? Remplissez le formulaire de demande d’adoption!

 

Black

Black est né le 18 11 2014, il a  donc 6 ans aujourd’hui et il est en refuge.

Black se trouve à la SPA des près de Longuevalle-Laon
et en cliquant sur le lien ci-dessus vous aurez toutes les infos nécessaires pour  contacter le refuge.

Chow au Cœur diffuse pour Black mais n’est pas en charge de son adoption, si vous êtes intéressés par son adoption il faut contacter la SPA.

.

Girl

21 novembre: Girl se laisse passer un harnais et rentre dans la maison avec moins d’hésitation. Nous envisageons de la laisser sortir de l’enclos lorsque le passage de porte nous semblera consolidé.

Girl en balade

 

17 Novembre 2020:  Nous ne l’annonçons pas très souvent car nous sommes comme les chow chows: extrêmement méfiants quant à la nature humaine dont nous n’attendons rien de bon. Mais tout comme nos chers chow chows, une fois que l’humain a démontré son sérieux et que  la confiance est acquise c’est définitif; aussi lorsque les adoptants de I-ou-Shin et Simba ont pris contact pour nous dire qu’ils acceptaient Girl telle qu’elle était, avec ses craintes qui sont peut être rédhibitoires et avec sa tumeur qui est peut être cancéreuse, avec juste pour objectif d’offrir un havre de paix à cette chienne de 9 ans et de s’adapter à elle sans espérer à tout prix qu’elle s’adapterait à eux, (même si accepter n’empêche pas d’espérer), nous avons dit « Banco ».

Mais nous n’actualisons pas la page de Girl pour annoncer qu’elle est réservée.
Nous l’actualisons pour faire part de ses progrès!

 

Et en premier lieu retour dans un enclos puisque cela semble rassurant pour Girl qui, dans cet espace restreint accepte de se mettre à l’abri dans la maison.

Ensuite ce sont les rillettes qui au bout de quelques semaines ont fini par tenter la belle. D’abord posées sur les croquettes, où elle n’y touchait pas faute de connaître. Puis elle a goûté et apprécié. Du coup nous y avons glissé de l’Anafranyl, un anti-dépresseur, déjà utilisé pour Opium, de façon à ce que la vie paraisse plus rose et les apprentissages moins stressants.
Résultat?
Impressionnants! D’abord avec un jeune garçon, Luigi, amoureux des chiens et venu visiter les chows du Pays des Langues Bleues:

Girl, Luigi et les chowchows

Luigi caresse Girl

Depuis les progrès s’enchaînent, principalement envers les femmes:

  • Claire (sans Gummie ni Isaac) est passée au PLB en voisine pour voir si avec elle le courant passerait mieux qu’avec Sylvie  et Girl a essayé une balade en laisse, avec la laisse lasso, pour lui éviter la crainte du harnais.
  • Puis courte séance toilettage qui a permis d’investiguer dans la fourrure et mise à jour de quantité de croûtes sur des plaies de léchage, probablement dues aux puces, vu la quantité de déjections découvertes. Heureusement rillettes et Nexgard se marient très bien. Du coup on pourra aussi traiter les parasites internes avec Nexgard Spectra. Youpi!

Depuis, au Pays des Langues Bleues, Sylvie n’a pas lâché l’affaire et tous les jours apporte un peu de mieux: les caresses se font plus franches, l’esquive est moins dans la panique et on peut effleurer le dos de Girl sans entrainer une fuite effrénée, le passage de la laisse devient chaque jour moins stressant et la marche en laisse -sans sortir du terrain- moins hésitante.
Dans les jours qui viennent Girl sera entrainée au passage des portes, qui la panique toujours et il est clair que si elle était livrée à elle même, elle se réfugierait encore sous les arbres plutôt que dans la maison.

Ensuite elle rejoindra I-ou-Shin et Simba.
Bien sûr il faudra à nouveau lui laisser du temps, mais l’apprentissage de la vie en société, fait tout doucement au rythme de Girl ne sera pas à reprendre à zéro car comme chacun sait: « On grave sur le marbre bien plus malaisément que sur le sable 
mais  les choses y sont conservées bien plus longtemps« 

Novembre 2020

Girl a 9 ans.
9 ans passés dans un élevage parfaitement aux normes.
Un élevage où Girl avait la possibilité de profiter d’un extérieur ombragé et de se mettre à l’abri des intempéries à sa convenance.
Un élevage où elle côtoyait des copains chiens.
Un élevage où elle mangeait à sa faim.
Un élevage où elle n’a pas forcément été exploitée.
Mais un élevage où la relation à l’humain était limitée car lorsqu’on vit avec plusieurs dizaines de chiens on ne peut pas se comporter avec chacun d’eux comme avec des chiens de famille et ce n’est pas médire que de l’écrire.

Girl est arrivée au Pays des Langues Bleues voici deux mois.
« Ses dernières chaleurs ont eu lieu en juin, cela nous laisse le temps de la stériliser, super » pense Sylvie.
Sauf que non.

Si Girl a été super sage dans la voiture où son ex maîtresse l’a portée pour la déposer car Girl ne connait pas la laisse, depuis il est impossible de l’approcher.  Oh! Girl n’est pas agressive, non. Girl est totalement dans l’esquive….. ce qui constitue un léger mieux par rapport aux débuts où elle était dans la fuite.

Girl est incorruptible car elle ne connait aucune friandise. Vache qui Rit, rillettes, récompenses pour chien, rien de cela ne fait sens.

Girl est incorruptible car les caresses, elle ne connait pas.

Girl est incorruptible car la laisse pour partir en ballade, ça ne lui parle pas.

Suivre les autres chiens pour renifler ça et là, oui.
Suivre les autres chiens lorsqu’ils rentrent dans la maison, c’est non. Blocage devant la porte.
A la longue, si on s’accroupit dehors, si on tend les doigts, Girl se laisse caresser le museau. Si on bouge pour tenter plus, elle fuit.

Quelques fois, les jours ou les nuits de grosses pluies, en ouvrant la porte à deux battants, Girl est rentrée et elle a pu rester à l’abri. Mais l’espoir qu’elle comprendrait que dedans aussi les chiens ont leur place a été déçu. Peu importe que tout le monde prenne ses aises sur un couchage, Girl reste debout, filant telle une flèche à  la moindre suspicion que quelqu’un veuille l’approcher…

Du coup la stérilisation est impossible car même à supposer que l’on puisse l’emmener chez le véto, il serait impossible ensuite de lui faire avaler les antibios et les anti inflammatoires. Et en supposant qu’il y ait un problème post op, impossible de l’attraper pour retourner consulter. Pourtant la stérilisation serait bien nécessaire car on voit sous le ventre de Girl une tumeur dont on ignore si elle est mammaire et bien sûr si elle est cancéreuse ou non.

Voilà Girl.
A part ces difficultés d’approche, Girl est extrêmement facile à vivre, compatible chie(ne)s et chat et pas du tout aboyeuse. En deux mois, au PLB on ignore encore le son de sa voix.

Evidemment impossible d’envisager de déparasiter Girl, ni de la brosser, ni de la vacciner.
Sylvie espère un déclencheur par l’exemple.
Ne pas oublier que Girl s’est laissée prendre dans les bras par son ex et qu’apparemment cette dernière avait pu la brosser.
Peut être qu’un jour Girl finira par suivre les chowpains lorsqu’ils rentrent pour la nuit?
Peut être q’un jour Girl finira par se laisser tenter par cette Vache qui Rit dont tous sont si friands?
Peut être qu’un jour Girl finira par cesser de remuer la queue de loin lors de la distribution de caresse et qu’elle approchera franchement au milieu de la troupe?
Si ce jour là arrive, ce sera gagné car c’est elle et elle seule qui aura surmonté ses craintes. Mais en attendant il faut supporter de la savoir dehors lorsqu’il fait froid ou pis, lorsqu’il pleut car Girl ne cherche pas à s’abriter, elle dort roulée en boule sur la pelouse ou le gravier.

Si une autre famille pense pouvoir faire mieux nous tenterons de piéger la belle pour l’emmener dans son nouveau foyer.
Présence d’un autre chien sympa souhaité.

Vous?

Panache

Nous diffusons aujourd’hui pour Panache, croisé Chow qui se trouve au refuge SPA de Saintes. Né en janvier 2019 le refuge nous dit de lui qu’il n’est pas compatible mâle, qu’il a besoin de présence et qu’un jardin clos est nécessaire.

Pour plus d’information, il vous faut prendre contact avec le refuge car Chôc ne s’occupe pas directement de son adoption.

route des Gauthiers
17100 SAINTES
Tél / 05.46.93.47.65
Ouvert tous les jours meme les jours fériés
de 14H a 18H

Nikita

20 octobre 2020

Petite Nikita.
Ce jour de 2017 où tu as quitté ton éleveuse pour rejoindre ta famille, tout le monde devait afficher un grand sourire. Un rêve de petite fille se réalisait pour ton acquéreuse, qui a surement fait la promesse de t’aimer pour toujours.

Quelle hypocrisie.

Chez les cas sociaux, « réaliser un rêve de petite fille », c’est l’équivalent de faire un caprice, comme Nikita l’a découvert très vite, car son carrosse s’est rapidement transformé en citrouille. Un 2ème enfant est arrivé dans la famille, puis un 3ème. Et comme les cabots, ça ne rapporte pas d’allocs et ça salope l’appart, ouste, dehors Nikita, fais ta valise!

Et un beau jour de l’été 2020, Nikita est cédée via les réseaux sociaux à une personne dont ses ex propriétaires ne connaissent que le pseudo FB.  TOUT VA BIEN!

Personne ne vous avait obligés à acheter un chiot, ni à faire d’enfants, et si vous étiez déjà à la limite de vos capacités d’organisation avec 2 enfants, pourquoi en faire un 3ème? Vivement l’arrivée de n°4. Et bonne chance à toi, n°1!

Arrivée chez sa nouvelle propriétaire, Nikita essaye de mordre l’enfant de la maison. La nouvelle propriétaire, aussi abrutie que les premiers, dégage promptement Nikita chez « un ami éleveur ».

Autant d’intelligence et d’humanité concentrées dans les gens que croisent Nikita, c’est presque une malédiction.

Et mi-août, dans la campagne tourangelle, un chow errant est repéré. Ce chow est hyper craintif, très mal entretenu… et c’est Nikita. Il faudra 2 mois pour arriver à la capturer.

2 mois d’errance et Dieu seul sait ce que la vie de Nikita a été avant car:

  • Nikita souffre d’un entropion pas soigné, et sa vue est grandement altérée
  • Nikita est EXTREMEMENT craintive des humains et des contacts avec eux, et pour nous, ses comportements témoignent sans aucun doute possible de l’absence de bienveillance avec laquelle elle a été traitée.

Toujours est-il que mi Octobre, quelques jeunes femmes de la zone où erre Nikita, et qui depuis des semaines la nourrissaient, l’abreuvaient et essayaient de la capturer, arrivent enfin à la mettre en sécurité. La sécurité, pour un chien errant, ça veut dire la fourrière, qui est compétente pour chercher et prévenir les propriétaires, si toutefois l’animal est pucé.

Et pucée, Nikita l’est. Son éleveuse appelle les acquéreurs, qui ne sont absolument pas à la recherche de la chienne, puisqu’ils l’ont vendue ou donnée, ils ne se rappellent plus trop, mais ce qui est sûr, c’est que l’éleveuse les emmerde bien à les appeler pour leur parler d’un cabot qui n’est plus à eux et ils lui raccrochent au nez.
Comment ont-ils pu vivre pendant 3 ans auprès d’une chienne et manifester aussi peu d’intérêt pour son devenir?
Comment ont-ils rendu cette petite aussi craintive?

Dans son box de la fourrière, Nikita s’enfonce, amorphe, et nous demandons son transfert chez un vétérinaire. L’asso payera disons nous, on ne va pas laisser crever cette petite parce qu’elle a été vendue à des salopards il y a 3 ans, on ne va pas attendre le délai de 8 jours pour la soigner.

Nikita à Azay le Rideau

Fiévreuse, cachectique, Nikita lutte contre une énorme infection, et son corps est affaibli par l’errance et la dénutrition. Le véto lui injecte des antibios, essaye de la faire manger, mais Nikita ne mange pas, sauf à la seringue. Le véto considère qu’il est d’une urgence vitale que la chienne se nourrisse et la fourrière accepte de nous la confier, dans une de nos familles d’accueil, le temps du délai légal de garde.

Nikita arrive à Chartres, chez Sophie, tenant à peine sur ses pattes. Mais, dès le 1er soir, elle mange. Le lendemain aussi, un petit peu. Pourtant, Sophie voit bien que ça ne va pas mieux, direction à nouveau le véto.

Nikita est au bout de ses forces, toujours fiévreuse, elle se laissera manipuler sans réagir pour l’échographie, les prises de sang. Les résultats sont catastrophiques, les globules rouges, qui étaient déjà très bas le week-end précédent, ont encore chuté, l’infection est toujours présente. L’hypothèse du pyomètre est écartée, il s’agirait d’une énorme cystite qui dégénère. La véto préconise une hospitalisation, Nikita risque de décompenser à tout instant, et une transfusion est envisagée.
Le pronostic vital de Nikita est à ce moment réservé.

Sophie repart en pleurant de la clinique, les sauveuses de Nikita pleurent aussi, elles qui ne connaissent Nikita que depuis quelques heures ou quelques semaines, elles aiment déjà Nikita.

24H de perfusion, un changement d’antibios, la fièvre descend un peu. Nikita ressort de la clinique sur ses 4 pattes et retourne chez Sophie, l’objectif est toujours de la faire manger.

Nikita mange, et 48h plus tard, les analyses de sang montrent enfin une amélioration, les globules rouges ont augmenté, même s’ils restent extrêmement bas, et la fièvre est tombée.
Nikita va vivre!

Nikita aux Sablons 1

Nikita aux Sablons 2

Nikita aux Sablons 3

Evidement, les propriétaires de Nikita n’ont pas réagi suite à l’envoi du courrier par la fourrière. Elle est donc maintenant officiellement transférée à Chôc.

L’histoire de Nikita nous confirme une fois de plus qu’il ne faut jamais céder son chien via les réseaux sociaux ou les sites d’annonces gratuites. Nous ne savons pas sur quel ton le chanter pour que le message passe. Vous ne voulez plus de votre animal? Vous ne pouvez plus le garder parce que votre vie a changé? Cédez-le à une association, à la SPA, il n’y a pas de honte à ça. La honte, c’est la maltraitance, et la négligence. Nikita a failli en mourir.

Elle nous démontre aussi, que s’il y a des gens qui sont totalement dépourvus de conscience, et dont l’intelligence frôle le niveau des globules rouges de Nikita, d’autres sont prêts à tout pour sauver un animal. Merci à Edwige, Gwen et Marjorie d’avoir veillé sur Nikita quand elle était errante, à Adeline, Anne, Cécile, Gawen, Ma, Monika, Marie-Noëlle, Sébastien d’avoir proposé d’amener vos chiens pour transfuser Nikita. C’est vous qui nous donnez de la force chaque jour.

Grâce à vous, grâce à chacun des bénévoles de l’asso, ceux qui donnent, ceux qui covoiturent, ceux qui accueillent, ceux qui adoptent, nous allons pouvoir assurer un avenir à Nikita, loin du fossé où ses ex l’avaient condamnée à crever. Chôc! a déjà dépensé 850 e pour sauver Nikita d’une mort certaine.
Quand elle aura repris du poids, elle sera stérilisée, opérée de son entropion et adoptable…  Laissons-lui d’abord le temps de récupérer physiquement et moralement.